Before Tomorrow Comes :: Bienvenue sur BTC :: Communauté :: Présentations


Eiichi Noda

Données Spirituelles
Grade: Jack of Coins
Mer 5 Avr 2023 - 22:09 - Eiichi Noda [Terminée]

Eiichi Noda

Race Fullbringer artificiel
Âge 31 ans


Grade Jack of Coins, sinon Ace.


Pouvoir


Avant toutes choses, je veux préciser que je ne pense pas rendre le fullbring et les techniques potentiellement validées accessibles à Noda immédiatement. C’est un nouveau monde pour lui et je ne le vois pas comprendre, encore moins maîtriser son pouvoir en quelques semaines.

Fullbring - My Way
Dans les affaires comme au combat, Noda ne fait pas de quartiers. Il surpasse, domine et écrase ses adversaires avec autant d’efficacité que d’enthousiasme.
Né de ces aspirations et issu de la cicatrice infligée sur son torse par le seul être qu’il n’a jamais réussi à surpasser même après sa mort, le fullbring My Way permet à Noda d’amplifier ou de réduire l’énergie cinétique émise par sa personne ou tout objet ou individu à son contact. Concrètement, cette capacité lui permet de gagner brusquement en vitesse, de réduire à néant l’impact d’une attaque, de grandement amplifier les siennes ou encore de ralentir voir d’immobiliser une cible. Un outil des plus redoutables pour contrôler le champ de bataille, car c'est là son droit légitime.
Eiichi Noda [Terminée] P-humain

Description

S’il est habité par l’arrogance commune à la jeunesse dorée du Japon, l’apparence physique de Noda, elle, s’en éloigne de loin. L’ambitieux trentenaire est un homme de taille moyenne, certes, mais à l’imposante musculature forgée par des décennies de discipline et, il faut bien l’avouer, de prises de stéroïdes. Son corps, plus sculpté encore que ceux des héros grecs, est constellé de petites cicatrices semblables aux craquelures apparues au fil des siècles sur les statues représentant ces derniers. La plus visible d’entre elle s’étend à peu près de son cœur à la fin du côté droit de sa cage thoracique. Comme la majorité de ses autres balafres, elle incarne une énième épreuve, une nouvelle punition imposée par son paternel.
Les cheveux noir de jais du jeune oligarque sont généralement plaqués en arrière, formant une pointe qui culmine derrière son crâne, mais rare sont ceux qui oseraient en rire tant on peut déceler derrière son air narquois et hautain une haine froide dont les pulsions ne demandent qu’à être assouvies.
En dépit de la noirceur souvent apparente de son âme, l’hétérochromie des yeux de l’homme d'affaires lui confère pourtant un charme presque magnétique. En effet, si son iris droit est d’un marron somme toute banal, le gauche arbore un teint ambré des plus inhabituels qui tend presque sur le rouge.

Cette particularité n’a pas aidé le multimilliardaire à gagner en humilité au fil de sa croissance, bien au contraire. D’aucun le décriraient comme orgueilleux, cruel, agressif et violent, mais aussi terriblement compétent et presque injustement chanceux. Conscient que son image importe beaucoup dans le monde des affaires, il s’habille en permanence avec de luxueux costumes et de longs manteaux.
Eiichi Noda [Terminée] P-humain

Histoire

Noda naît en 1992, période chaotique s’il en est pour le monde entier en raison de la chute d’une certaine union, mais période de triomphe donc pour près de la moitié du globe qui prouve par sa longévité la suprématie de son système. Sur le podium des nations incarnant le plus efficacement le capitalisme se trouve le Japon, au miracle économique initié par les défuntes zaibatsus et perpétué par les obscurs keiretsus. Au sommet de ces conglomérats trônait alors une deuxième génération d’impitoyables leaders, plus efficaces et certainement plus distants que leurs prédécesseurs. Le conglomérat Mitsubishi ne faisait pas exception à la règle, en témoignait la gestion presque impériale d’Eiichi Shigeta. Mais ce dernier se différenciait en un point de ses pairs sur l’éducation qu’il donnait à son fils unique.

Chaque grand patron avait bien sûr à cœur de faire de ses héritiers de dignes chefs d’entreprise, mais Shigeta était pour sa part déterminé à faire de Noda un lion. Séparé de sa mère dès son plus jeune âge, l’enfant fut soumis à un régime d’entraînement draconien. Les consignes dispensées par Eiichi Shigeta aux éducateurs de son fils étaient simples: faites en sorte qu’il puisse abattre tous les obstacles imaginables par la force de son esprit et par la puissance de ses poings. Ainsi commencèrent près de 20 années d’enfer pour Noda, qui fut soumis à des exercices élaborés par les meilleurs soldats, athlètes et combattants de la planète et à un rythme d’études insoutenables dispensées par les académiques les plus prestigieux que le keiretsu put dénicher.

Par miracle, l’héritier survécut à ces épreuves, non sans écoper de son lot de cicatrices, et atteint l’âge de 20 ans. L’air de rien, son père l’intégra alors au comité de direction, sans un mot pour celui qu’il n’avait vu que ponctuellement en deux décennies. Confus un instant par la tournure des évènements, ce fut bien vite la fureur qui prit le dessus dans le cœur du jeune homme, qui passa les années suivantes à consolider méticuleusement son influence au sein et en dehors du groupe et à renforcer, encore et toujours, son corps et son esprit. La nuit de ses trente ans, un conflit armé éclata entre les forces restées loyales au père et celles acquises à la cause du fils.
Après de longues et sanglantes heures, le soleil se leva enfin et mit en lumière, en frappant le haut de la tour tokyoïte du groupe, le vainqueur de ce terrible affrontement.Noda avait triomphé, mais le doute l’assaillit alors que les premières lueurs du jour révélaient la dernière expression qui figurerait jamais sur le visage de son paternel. Il souriait.

Faisant fi de la mystérieuse satisfaction d’un homme qui n’aurait jamais plus aucun impact dans son quotidien, Noda se remit au travail. Il lui fallait stabiliser et fédérer un immense groupe industriel tout en cachant au monde ce qu’il avait dû faire pour en prendre le contrôle. Fort heureusement pour lui, toutes ces années l’avaient préparé à une telle épreuve. Il savait qui menacer, qui charmer, qui corrompre et qui ignorer. Surtout, il savait à quel point il était important pour lui de rompre les traditions entrepreneuriales de ses aïeux afin d’apparaître comme un leader crédible, innovant et dynamique aux yeux du monde.

À ce but, il accepta l’invitation de la Fondation Mémento, une organisation à laquelle son père avait jusqu’ici refusé en bloc d’adhérer. Noda, lui, supposait qu’elle cachait, comme l’immense majorité des associations philanthropiques, un autre but. S’agissait-il de blanchiment d’argent ? Peut-être de détournement de fonds caritatifs ou d’emplois fictifs ? Non. Décidément, la fondation cachait bien son jeu. Alors Noda assigna simplement plus d’agents à la surveillance du groupe. Les renseignements internes de Mitsubishis mirent bien des mois à trouver la moindre trace d’une machination, mais enfin, elle arriva.

Le diabolique patron était aux anges ! Il avait encore une fois raison. Seulement voilà, toutes les nouvelles n’étaient pas bonnes. Il semblait que la zone prioritaire découverte soit particulièrement dure à infiltrer. Selon toutes vraisemblances, et s’il tenait réellement à passer inaperçu, Noda serait sage de n’envoyer qu’un seul homme, et il avait intérêt à choisir le bon. La délibération fut courte et, après avoir passé un coup de téléphone pour lancer l’opération, l’homme d'affaires programma une apparition publique en plein Tokyo pour se forger un début d'alibi.

—------------------------------------------------------------------------------------------

La large double porte du bureau de Noda s’ouvrit avec force. S’empressant d’y entrer, le président du groupe Mitsubishi apparut bien vite satisfait de trouver une enveloppe scellée qui trônait sur le massif bureau qui était le sien. Un discret sourire apparut sur son visage alors qu’il se retournait vers ses gardes.

“Taigen, Ethan, ne faites rentrer personne.”

Le duo acquiesça en silence et quitta la pièce pour se poster devant l’entrée. Brûlant d’impatience, Noda déchira immédiatement le contenant et attaqua sa lecture. A vrai dire, il crut d’abord à une blague, une farce malvenue ou une private joke interne aux gestionnaires de Mémento. Seulement, il semblait impossible que le meilleur de ses agents ait jugé bon de ramener de telles idioties. Mettant son scepticisme de côté, il continua de parcourir des rapports, projets, documents d'archives tous plus fantaisistes les uns que les autres. Peut-être y avait-il un code particulier qu’il était nécessaire de connaître avant de pouvoir déchiffrer ces textes ? Non, ce charabia n’avait définitivement aucun sens, sans doutes n'était-il tombé que sur une secte obscure et ésotérique. Dépité par ce résultat décevant, l’héritier se releva et joint ses mains dans son dos, fixant d’un œil morne la grande baie vitrée qui séparait le calme intérieur de sa tour de l’orage qui sévissait à l'extérieur.

Derrière lui, il put entendre à nouveau le bruit d’une porte qu’on ouvrait. S’il aurait habituellement explosé de rage suite à cette contestation flagrante de ses ordres, le désappointement qui l’assaillait l’empêchait de faire preuve d’autant de hargne qu’à l’accoutumée.

“Je pensais avoir été clair.”

Quelques respirations haletantes précédèrent la voix de Taigen, l’une de ses deux gardes.

“Monsieur, nous devons partir, il y a un intrus dans la tour, et il progresse vite.”

Noda se retourna et arqua un sourcil.

“Un seul ? Enfin Taigen, vous pensez que je vous paie uniquement pour mettre des costumes noirs et des lunettes de soleil ?”

“Monsieur, c’est sérieux, Ethan est déjà parti sécuriser l’hélipad, suivez moi.”

L’héritier haussa les épaules et glissa les dossiers dans une enveloppe étanche avant de se mettre en marche, encadré bien vite par une petite escorte armée de fusils d’assaut. Ils atteignirent en quelques pas un ascenseur secret qui les emmena sur le toit de la tour Eiichi. Là, ils furent accueillis par Ethan, posté dans un hélicoptère dont les pales tournaient déjà, bravant l’épais déluge qui s'abattait tout autour.

“Allons-y monsieur. Il ne devrait pas pouvoir utiliser les ascenseurs, mais nous ferions mieux d'être prudents.”

“Absolument très chère, rejoignons notre ami.”

Noda se dirigea vers l’appareil et donc vers la main tendue de son employé, qui enfilait dans le même temps un casque. Soudain, le garde du corps releva les yeux, et un air d’incompréhension s’inscrit un instant sur son visage avant que l’hélice de l’engin ne se détache brusquement et soit projetée en direction du groupe au sol. Cette dernière manqua de peu de décapiter net le patron, et si figea dans la plateforme à quelques centimètres seulement de lui. Le liquide chaud qui l’éclaboussa lui indiqua immédiatement ce qu’il était advenu de Taigen, et il ne donnait pas non plus cher de la peau du reste de son escorte. Un simple mouvement de tête lui permit de constater le carnage qui venait de se créer autour de lui en un petit instant. Ne laissant rien paraître de sa nervosité, il se retourna lentement pour observer, comme il le pouvait au-delà du dense rideau pluvieux, ce qu’il supposait être l’assaillant. Derrière lui, Ethan leva son arme en hurlant, visant le nouveau venu sur l’hélipad. Noda leva son bras entre les deux hommes.

“Ethan, baisse ton ar…”

Le garde fit feu, en dépit des ordres de son employeur, et le propriétaire des lieux eut alors l’occasion d’observer un phénomène des plus inédits. Il parvint à voir, à l'œil nu, les balles tirées qui semblaient ralentir de plus en plus jusqu’à s’arrêter complètement au moment même où elles dépassèrent son bras tendu. Là, elles se remirent à tourner et furent éjectées par une mystérieuse force droit dans la tête du tireur initial, qui s'effondra sans plus de cérémonies au sol. Sa tête atterrit sur la chaussure de l’homme d'affaires, qui la retira prestement avant de s’adresser à l’intrus.

“Les serveurs et les secrétaires du rez-de chaussé sont remplaçables, mais ces deux là étaient précieux.”

Il ne reçu aucune réponse. Trop fasciné pour être réellement intimidé, il enchaîna.

“Tu dois être un de ces fullbringers, n’est-ce pas ? Je ne suis pas encore bien familier avec votre monde pour être honnête.”

En un battement de cils, l’assaillant se trouvait désormais devant ce qui apparaissait être sa cible. Il était entièrement vêtu de noir, à l’exception d’une sorte d’anneau de fiançailles dont la couleur dorée détonnait violemment avec la monotonie du reste de sa tenue. Pour la première fois depuis son arrivée, il prit la parole.

“J’apporte un message, Eiichi Noda. Tu peux nous rejoindre, ou mourir.”

Un sourire narquois apparu sur le visage du businessman, pourtant conscient d’être en danger mortel.

“Je vous rejoindrais avec joie, mais j’exige une contrepartie pour compenser la perte de mes…”

Il tapota sa chaussure au sol pour en dégager les quelques morceaux de cervelles qui s’y étaient entreposés précédemment.

“...estimés associés.”

La crispation nouvelle de l’intrus était désormais presque visible tant il irradiait la contrariété.

“Tu oses ? Penses tu être en mesure de négocier quoi que ce soit ?”

Refusant de se laisser intimider, Noda gonfla le torse et toisa avec mépris le laquais.

“J’ai conscience d’avoir une fortune colossale, une influence politique de rang mondial, et des capacités industrielles qui supplantent de loin celles de la majorité des groupes internationaux. Enfin, et s’il est seulement utile de le préciser, je crois comprendre que votre petit club n’est pas en position de force, et qu’il a besoin de combattants qu’il est capable de manufacturer sous certaines conditions. Voilà donc ma contrepartie: je veux devenir un fullbringer.”

À nouveau, et en dépit de son visage masqué, la fureur de l’assaillant était palpable, tant et si bien que l’on aurait pu croire que la pluie s’évaporait à son contact. Alors qu’il semblait être sur le point de répondre, il sursauta, puis porta une main à son oreille. Quelques hochements de tête plus tard, il s’adressa à nouveau à Noda, avec une frustration toujours évidente couplée à une certaine déférence presque forcée.

“Nous reviendrons vers vous, Monsieur Eiichi.”

Puis il disparu, aussi vite qu’il était arrivé. La pluie, elle, ne faiblit pas, et pourtant le simple départ de l’intrus sembla instaurer un silence pesant. Après une longue expiration, Noda s’effondra presque sur le sol, mais parvint finalement à s’y asseoir. Il ne s’était pas senti si impuissant et dominé depuis bien des années. Et pourtant, il avait vaincu. Encore.

D’abord étouffé par le fracas de la pluie, le rire presque hystérique qui le prit ne fit que monter en intensité, avant de se stopper brutalement au bout d’une dizaine de secondes. Son air neutre retrouvé, l’héritier se releva, contemplant le spectacle sanglant autour de lui. Il constatait avec un sinistre amusement que chaque bain de sang qui surgissait en ce lieu finissait par tourner à son avantage, d’une façon ou d’une autre.

Il dégaina son téléphone et le porta à son oreille après quelques pressions sur l’écran.

“Bonsoir Aoki, j’ai besoin d’une équipe de nettoyage sur le toit.”

Il raccrocha sans attendre de réponse, puis rangea son appareil dans sa poche avant de s’approcher du rebord de la plateforme, les bras croisés. D’ici, on ne distinguait de la ville que quelques lumières perçant l’averse. Noda tentait de visualiser une Tokyo remplie d’esprits et de démons en tous genres. Ce devait être une vision proprement spectaculaire.

Eiichi Noda [Terminée] P-humain


HRP

Code:
TEKKEN→ [i]Kazuya Mishima [/i] est [b]Eiichi Noda[/b]

Comment avez-vous connu le forum : Par une simple recherche google, puis j’ai appris que mon parrain y était, profite bien de l'xp chef.
Parrain : Sora

Est-ce un double-compte ? Non.


https://www.before-tomorrow-comes.fr/t841-eiichi-noda-ft

Eiichi Noda

Revenir en haut Aller en bas


Kuchiki Haruka

Données Spirituelles
Grade: Capitaine de la Sixième Division
Jeu 6 Avr 2023 - 16:29 - Eiichi Noda [Terminée]

Bienvenue !

Il n'y a pas de problème à restreindre l'utilisation de tes pouvoirs dans un premier temps, tu gères ça comme tu veux. Même au niveau de la Fiche Technique, rien ne t'oblige à placer d'emblée tous tes points de compétence ou à remplir tous tes emplacements de techniques, donc tu peux soit garder ça de côté pour plus tard, soit déjà les investir mais ne pas t'en servir pour refléter cette inexpérience, à ta guise.
Ceci étant dit...

J'ai le plaisir de te valider au grade de Jack of Coins !

Ton rang attribué est celui d'expert, ce qui te donne droit à 12 PC, 3 PB et 2600 Reiryoku à répartir librement dans ta FT. Tu disposes également de 2100 PV, sans parler les :
  • 5 techniques N1 ;
  • 4 techniques N2 ;
  • 2 techniques N3 ;
  • 1 technique N4 ;
  • 2 aptitudes (1 N1 & 1 N2).
Pour constituer ta fiche technique, je t'invite à relire plus avant le système de combat et suivre le modèle de FT dans ta zone de faction où tu pourras poster ton sujet. Je t'invite également à consulter les sujets propres à ta faction concernant l'organisation de cette dernière entre les joueurs. C'est aussi ici que seront postées les demandes d'inscriptions pour les diverses interventions ou missions.

Comme d'accoutumée, le bureau du Staff est à ta disposition en cas de question.

Je te souhaite à présent bon jeu sur BTC, au plaisir de te rencontrer en RP !

_________________
Eiichi Noda [Terminée] EEHHKP5
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t1454-kuchiki-haruka-en-cou

Kuchiki Haruka

Revenir en haut Aller en bas


Eiichi Noda

Données Spirituelles
Grade: Jack of Coins
Jeu 6 Avr 2023 - 18:06 - Eiichi Noda [Terminée]

C'était rapide, merci beaucoup.

_________________
Eiichi Noda [Terminée] Pbch10

not gonna sugarcoat it:
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t841-eiichi-noda-ft

Eiichi Noda

Revenir en haut Aller en bas


 
   Permission de ce forum:

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum