Before Tomorrow Comes :: Mémoires oubliées :: Archives :: Présentations archivées


Nagaraishi Aro
Mar 22 Nov 2022 - 19:02 - La noblesse n'apporte pas tout ? { Terminée }

Nagaraishi Aro

Race Shinigami
Âge553 Années


Grade Capitaine et rédacteur en chef de la Huitième Division


Pouvoir


Nom Zanpakutō : Chinmoku no kizoku (Noblesse du silence)

Shikai : Shin'nyū suru (Empiéter)

Dès lors, qu’il prononcera ce mot, son Zanpakutō optera pour une forme plus longue qu’un Katana nommé Nodachi. La lame sera donc plus souple, plus fine, autre part, il changera son style de combat, se transformant totalement en escrime, plus rapide, plus précis ses compétences seront augmentés !

Bankai : Pour le moment je souhaiterais le détailler en rp étant donné que je ne l’ai pas énoncé dans l’histoire.
Je précise simplement qu'il se nomme : Kokorogaitamu (Esprit douloureux)
La noblesse n'apporte pas tout ? { Terminée } P-shini

Description

Aro Nagaraishi était le frère aîné de la fratrie Nagaraishi il y a si longtemps, un homme à l'honneur irréprochable. Mais sa définition de l'honneur différait grandement de celle de ses compatriotes et pairs de la noblesse, son idéologie étant peut-être trop radicale à l'époque. Il était intransigeant sur ce qu'il considérait comme le bien et le mal, ne laissant guère de place à autre chose que ce qui était tout simplement juste. Pour lui, la noblesse n'était qu'un nom, quelque chose à laquelle il fallait se conformer pour servir d'exemple à ceux qui étaient en dessous d'eux, afin qu'ils puissent s'élever au rang de leurs pairs. La nature presque trop décontractée de ses frères et sœurs l'irritait, mais il n'a jamais cessé de les aimer. Contrairement à beaucoup d'autres âmes de son âge, il n'a jamais vraiment connu le changement du monde, enfermé dans la branche ouest, ce qui l'amène à avoir souvent des points de vue désuets. Pour lui, le monde gris n'existe tout simplement pas actuellement, il y a des lignes claires entre ce qui est bien et mal, et il n'a pas peur d'aller à l'encontre de tout un système s'il le ressent vraiment.

En raison de cette nature intransigeante, il s'est souvent retrouvé en désaccord avec d'autres nobles, que ce soit avec les Kuchiki dans leur propre nature intransigeante avec la loi. Il faut noter que même s'il n'était pas d'accord avec leurs méthodes, il devait respecter la rigidité avec laquelle ils s'en tenaient à leurs croyances, créant ainsi un respect presque dédaigneux pour l'autre grande famille noble. Mais cela n'était pas plus clair qu'avec sa propre famille, étant le plus "sérieux" de ses trois jeunes frères et sœurs. Il voyait de la grandeur en chacun d'eux, seulement retenue par eux-mêmes et cela les rendait furieux. De la même manière qu'ils le voyaient comme un frère autoritaire, il y avait toujours un décalage, même s'il les aimait. Souvent, cela le laissait à l'écart des affaires de la famille - la triste réalité était qu'il était l'intrus. Mais telle était la nature du jeune homme Nagaraishi, même s'ils le détestaient sur le moment, il l'acceptait tant qu'ils répondaient aux attentes de la famille. Dire que les événements actuels l'ont laissé amer est un euphémisme.

Aro n'a jamais prétendu, et ne prétendra jamais, être né comme il est. Au contraire, il croit qu'un homme devient ce qu'il s'efforce d'être, qu'à force de ténacité et de travail, il peut tout accomplir. Être né à une époque où le sang comptait plus que l'effort lui a souvent causé de grandes difficultés, car il voulait être à la hauteur du titre de noblesse. Qu'être noble, c'était plus que quelque chose d'acquis par la nature de son sang. C'est cette idéologie qui a forgé le jeune homme en ce qu'il était, choisissant toujours le bien difficile plutôt que le mal facile. Il croyait que la faiblesse n'était qu'une infection de l'esprit, provoquée par une volonté faible, et que de telles choses pouvaient être purifiées dans la fournaise ardente de la résolution et du travail acharné.

Il y a une raison pour laquelle Aro n'a pas été déclaré chef de famille par ses parents. C'est parce qu'il a clairement fait comprendre qu'il n'était pas l'homme qu'il fallait pour les diriger. Il n'était pas celui qui devait traiter avec les autres nobles, il n'était pas celui qui pouvait bien s'entendre avec ses pairs qu'il considérait comme inférieurs spirituellement. Voir de telles disgrâces, telles que des nobles sautant l'académie, atteindre des niveaux d'influence par la simple mention de leur nom, le dégoûtait au plus haut point. Il ne pouvait pas faire partie d'une telle chose, il ne pouvait pas simplement jouer son rôle dans l'injustice et avec cela, il a déclaré qu'il ne voulait rien. C'est cette mentalité d'acceptation totale, ou rien, qui l'a conduit à commencer son voyage de 200 ans aux confins de la société des âmes. Banni, en tout sauf de nom.

Malgré toute sa dureté, le fils du Nagaraishi n'est en fin de compte qu'une âme au grand cœur. Lorsqu'il est confronté à des personnes véritablement bonnes, qui ont gagné sa confiance, comme sa femme, il leur porte un amour que seule la famille peut connaître. Il serait faux de dire qu'Aro ne risquerait pas sa vie pour protéger l'être aimé, car même s'il n'est pas le fils préféré, il est celui qui mourrait plutôt que de voir l'un d'eux blessé. Pour Aro, le titre de noble a toujours été un poids, mais un poids qu'il porte avec un semblant de fierté. Car c'est ce titre qui lui rappelle chaque jour qu'il doit s'efforcer d'être un meilleur exemple parmi ses amis, ses alliés et ses partisans. Faire moins, être moins, est une insulte à tous ceux qui partagent son nom de famille ou l'appellent ami.

Tout ce qui l’englobe fait de lui un capitaine formidable !
La noblesse n'apporte pas tout ? { Terminée } P-shini

Histoire

1470-1600 Les années de formation (Age 0-130)



Aro Nagaraishi était le premier fils né de la branche principale du clan Nagaraishi, censé être destiné à devenir le chef du clan. On lui a donné son nom pour qu'il accepte son rôle dans le clan, pour qu'il soit celui derrière lequel le clan se rassemble. Le hibou de la cascade, symbolique par son kanji et ses racines claniques traditionnelles. Le ciel, la terre et l'eau se rejoignent pour ne faire qu'un et le hibou est censé posséder la sagesse. Un tel nom avait un poids pour lui, une responsabilité qu'il allait bientôt apprendre dans ses jeunes années.

Ses jeunes années d'enfance ont été passées dans le confort, il était après tout le fils d'une famille noble. Il ne voulait vraiment rien dans ces années-là, et l'ignorance béate de la jeunesse lui permettait de profiter de la vie. Mais c'est au cours de cette jeunesse et de son éducation qu'il a commencé à apprendre ce que signifiait la noblesse, et les contraintes qui l'accompagnaient. Alors qu'il entrait dans l'adolescence et commençait à s'entraîner pour l'académie avec les serviteurs de sa famille, il a vite appris que sa position dans la vie comportait des responsabilités. Il était troublé par la disparité entre lui et ses serviteurs, dont les repas étaient différents des siens. Le nom de Nagaraishi était censé être noble et donc d'un pedigree plus élevé, mais il se demandait à quoi servait son nom.

Alors qu'il se préparait pour l'académie, il commença à adopter un style de vie presque austère, à la grande confusion de ses parents. Dans son esprit, il devait justifier la nature de son nom, que sa simple naissance n'était qu'une responsabilité à assumer. Ses serviteurs, et même les roturiers qu'il voyait, semblaient travailler tellement plus dur que les autres nobles alors qu'ils étaient nés avec si peu. Il se sentait particulièrement injuste, et c'est cette injustice qui a marqué le jeune homme. Qui a commencé à le façonner en l'homme qu'il est devenu. A l'époque, des idées telles que l'égalité ou même la liberté pour tous étaient étrangères à son pays - né à une époque où de telles notions semblaient étrangères. Cela a provoqué des conflits entre lui et ses parents, car là où il voyait son besoin de faire ses preuves, ils voyaient de l'ingratitude. C'est ce gouffre qui n'a jamais vraiment été comblé, et sans doute l'une des choses les plus fortes qui l'ont poussé à partir dans le futur.

Malgré tout, Aro est entré à l'académie et a obtenu de bons résultats. Bien au-dessus de la moyenne en fait, passant le programme à un rythme accéléré mais sans jamais perdre en qualité. À l'académie, il s'est associé à des roturiers et à des nobles, c'était sa première véritable porte d'entrée dans un monde qui n'était pas strictement noble. Parfois, lors de séances privées, il parlait de ses croyances confuses, incapable de réconcilier de telles choses, et était souvent confronté à la confusion. Il se souvenait très bien des paroles d'un noble : "Nous ne choisissons pas notre sort dans la vie, mais nous devons néanmoins accomplir nos devoirs". Ces mots, étonnamment, venaient d'un Kuchiki. Même s'il détestait le système dont il faisait partie, il ne trouvait aucun moyen d'y résister, et cette incapacité à résister l'a conduit à durcir son cœur.

Avec la naissance de ses frères et soeurs et le début de ses fonctions au sein de la Gotei, ce conflit intérieur s'est étendu à l'extérieur. Mais dans les années Gotei à venir, il ne serait pas seulement confronté à l'injustice, mais prendrait part à de telles choses. Et le hibou des Nagaraishi n'en sortirait pas le même.

1600-1800 Les années Gotei (130-330 ans)



Aro trouva sa place au sein de la neuvième division, qui, à l'époque, faisait office de force de sécurité, d'art et de culture pour les Gotei. Il a trouvé une paix surprenante au sein de la division, étant l'une des divisions qui agissait directement avec tous les gens. Il a passé une quantité considérable de temps dans le département d'édition, développant ses compétences éditoriales, car à l'époque il visait à devenir un jour capitaine. Son capitaine, Kensei, était pour lui une source d'inspiration par son attitude intransigeante, mais aussi par sa nature étrangement bienveillante. Pendant de nombreuses années, il s'est installé dans un rythme décent, et presque heureux, en travaillant dans le département éditorial et en effectuant des patrouilles de routine afin de gagner son shikai. La raison en était principalement le désir de rejoindre l'unité commando de son capitaine, dans l'espoir de combattre plus régulièrement aux côtés de son idole.

Au milieu de ces années, cependant, il vivait toujours dans la propriété de sa famille, avec la naissance de son jeune frère et de sa jeune soeur, il voulait faire partie de leur vie. Teisamu et Muhomi. Ces deux enfants étaient parfois ses meilleurs amis, mais ils étaient aussi très ennuyeux. Peut-être voulait-il simplement qu'ils ne connaissent pas le même niveau de conflit interne que lui, mais ce faisant, en étant parfois si autoritaire, il les a peut-être repoussés. Mais à la fin de la journée, il a vu à quel point Teisamu a pris exemple sur lui, et en même temps a réussi à ne pas avoir les mêmes problèmes que lui. Dans ce jeune garçon, il voyait l'avenir du clan et honnêtement, ce n'était pas quelque chose qu'il enviait. Alors que Muhomi commençait à grandir, quelqu'un attira son attention et c'était la fille d’une famille noble, une amie de sa jeune sœur.

A cette époque, elle était relativement proche de lui en termes de puissance, et de ce qu'il croyait être l'âge. Mais elle l'avait largement surpassé en termes de positions, en raison d'une place plus ancestrale au sein du Gotei, contrairement à lui. Cependant, il n'a jamais cru qu'elle s'appuyait sur son nom de famille, car il a vu de ses propres yeux à quel point elle était puissante. De la même manière qu'Aro était austère et travailleur, il la voyait comme un bon compagnon à avoir autour de lui. Un soir, sa jeune soeur insista pour dire qu'il avait le béguin pour celle qui considérait comme sa princesse, ce que le jeune homme nia bien sûr. Il passait cependant un temps étrange à s'entraîner avec elle lorsqu'elle était libre et au domaine. La nature bruyante et taquine de Muhomi a été l'un des moments les plus embarrassants de sa vie, mais cela l'a soulagé. La présence de Teisamu et Muhomi peut être attribuée à la raison pour laquelle Aro accorde une telle valeur à l'amitié ; car dans les rares moments où il s'amusait avec eux, cela atténuait l'injustice qu'il ressentait.

Vers la seconde moitié des années 1700, il a commencé à faire de sérieux efforts pour débloquer son shikai. Il voulait atteindre la place de lieutenant. Pour ce faire, il s'est rapproché de son oncle, Eisake Nagaraishi, qui se trouvait être un lieutenant au sein de la Gotei. Malgré la nature paresseuse de son oncle, il l'a trouvé plus que disposé à aider le jeune Nagaraishi. Peut-être était-ce dû au lien familial, ou simplement au fait d'avoir une excuse pour abandonner ses fonctions de lieutenant pendant quelques jours. Mais ils étaient partis au plus profond des terres du domaine familial pour s'entraîner et, avec un peu de chance, revenir avec lui en ayant appris le nom de son Zanpakutō. Il faut noter qu'à ce moment-là. Et l'entraînement qu'il avait entrepris était éreintant, commençant par des journées de méditation dont le point culminant était "Tu l'apprendras si tu l'apprends". Et par là, son oncle voulait dire qu'il utiliserait son Shikai jusqu'à pousser Aro à ses limites.

Son oncle et lui passaient presque des heures en méditation silencieuse à communier avec leurs armes, et à vrai dire Eisake était là pour le soutien moral. Dans ces nuits tranquilles où il restait avec son oncle, il commençait à apprécier sa présence, les blagues qu'ils partageaient, il s'en souvient encore aujourd'hui. Être réveillé par des attaques aléatoires était assez ennuyeux, mais en vérité, c'était ce qu'il avait de plus amusant depuis des années. Cependant, leur entraînement prendrait fin une fois qu'il aurait rencontré son esprit intérieur. Un de ces jours, il a ouvert les yeux, mais au lieu de la forêt de son clan, il a trouvé autre chose. Un champ, qui ressemblait à un champ de bataille similaire à celui qu'il avait vu pendant son séjour sur terre. D'étranges engins posés sur le sol, des armes tonitruantes qui invoquaient la colère ardente des dieux. C'est là qu'il rencontra l'esprit de sa désormais Zanpakutō, une jeune femme vêtue d'un uniforme très différent du sien. A son côté se trouvait un Katana, et une de ces étranges armes tonitruantes.

La conversation qu'ils partageaient était énigmatique pour lui, mais il connaissait les mots qu'il devait prononcer. Un haïku qui semblait gravé dans son cerveau, alors qu'il faisait un pas vers elle. Un mince sourire sur ses lèvres alors qu'il sentait l'arme placée contre sa gorge, ses yeux ambrés la regardant fixement alors qu'il levait une main vide. Les derniers mots du Haiku quittant ses lèvres, il sentit une bouffée de puissance, alors qu'une arme semblable à la sienne apparaissait dans sa main contre son œil. Alors qu'il se préparait à appuyer sur la gâchette, le doigt serrant le bord de l'étrange arme, il se réveilla en position assise. Il n'était pas libéré, là où se trouvait son unique lame se trouvait maintenant un nouveau Nodachi.

Dans sa tête, il a senti qu’un mot se dessinait : Shin'nyū.

Inutile de dire que lui et son oncle étaient ravis, son oncle ayant mentionné qu'une telle arme était de plus en plus utilisée par les shinigamis. C'était l'une des premières de son genre, et à leur connaissance la première. Ils retournèrent au clan à la surprise et à la fierté de sa famille, l'une des rares fois dont il pouvait se souvenir où il n'y avait pas de conflit entre eux. Et dans les jours qui suivirent, il assuma la lieutenance du neuvième sous Kensei. Il est également devenu l'un des rédacteurs en chef du journal !

Cependant, la deuxième guerre des Quincy commençait juste à l'aube des années 1800 et l'expérience laissait un impact durable sur Aro...

1800-1900 Les années de conflit (330-430 ans)



L'existence des Quincy était une chose connue dans le Gotei, mais qui suscitait beaucoup d'appréhension. L'idée d'une secte de personnes capables de vous détruire jusqu'à votre âme était terrifiante. Quand quelqu'un voit le monde en noir ou blanc, franchir cette ligne peut souvent laisser une tache sur son âme. Le lieutenant Nagaraishi de la Neuvième, membre du Commando de Kensei, a fait ses preuves pendant la guerre de Quincy en utilisant ses compétences uniques pour un nouveau type d'extermination. Quand l'ordre de guerre est arrivé, il n'a pas eu à se poser de questions mais seulement à agir.

La guerre a été courte et sanglante, et il était clair qu'il n'y aurait pas de prisonniers. Il a utilisé son shikai afin de faire ses preuves, avant d'utiliser son ensemble de compétences uniques pour éliminer les cibles. Pour les quincy qui utilisaient des arcs, l'idée d'être simplement outragé équivalait à une condamnation à mort. Le fort bruit du Nodachi à chaque fois qu'il fracassait la tunique d’un quincy a conduit à un murmure, une sorte de rumeur, qui a pénétré dans les quincies. "Der Laute Tod", ou la traduction qui signifiait "La mort bruyante". Étonnamment, certains de ses camarades shinigami n'aimaient pas vraiment son style de combat. Rusé. Mais il n'a pas faibli dans ce devoir sanglant, face à l'anéantissement ou aux mains tachées de sang, il choisissait toujours la première solution. Les mots de son capitaine l'aidaient à soulager ses problèmes ; la finesse de Kensei, presque sergent instructeur. Il était intensément sérieux, et Aro supposait qu'il respectait son propre sérieux à l'égard de la manière.

Mais une fois que la guerre fut terminée, et que tout fut dit et fait, il ne trouva aucune paix. En fait, le gouffre dans son âme ne faisait que s'agrandir, au point qu'il était rarement capable de converser avec sa famille. Souvent, il se mettait à hurler de colère, ce qui l'amenait à quitter la propriété à la grande surprise de tous. Peut-être que la lente dégradation de son esprit venait simplement du poids de la guerre, ou peut-être du simple poids de son titre, ou de toutes ces choses. Mais un simple fait demeure qui l'a forcé à partir : Il ne pouvait plus jouer le jeu de l'injustice. Ce qu'il considérait comme étant simplement la façon dont le monde était fait le rongeait, et il se présentait devant ses parents - avant d'annoncer son départ. Ce n'était pas grandiose, c'était une chose silencieuse entre eux, il leur a dit que Teisamu ferait un excellent remplaçant. Ils n'ont pas discuté avec lui, peut-être trop blasés à ce stade ou simplement conscients que leur fils en avait besoin.

Dans la nuit, Aro Nagaraishi quitta le domaine avec rien de plus que son Zanpakutō, un sac de voyage avec quelques objets et un journal. Il marchait jusqu'aux limites de la société des âmes, cherchant peut-être la mort. Il n'avait pas de réel objectif, seulement celui de partir. Il n'avait aucune idée qu'il marcherait pendant plus de cent ans.



1900-2017 Le retour en grâce (431-553 ans)




Exilé, on le voit parcourir les contrées éloignées de la Soul Society, étant presque coupé de ce monde, il gardait simplement une communication mensuelle auprès de sa sœur, car malgré tout il éprouve toujours autant d’amours et d’amitiés pour ses petits frères et sœurs.

Aro ne parle pas beaucoup des cent ans qu'il a passés à voyager aux confins de la société des âmes. Il avait entendu des rumeurs selon lesquelles il s'agissait simplement d'une étendue infinie, là où le monde commençait à perdre toute rime et toute raison. Pendant les dix premières années de marche, il n'avait que ses pensées et un animal étrange occasionnel comme compagnon. La chasse était facile, malgré la forêt presque infinie, il y avait plus que de simples creux. Des créatures étranges qu'il n'avait jamais vues auparavant, mais qui étaient néanmoins comestibles.

A un certain moment de ses voyages, le monde a commencé à changer. Certaines heures, il avait l'impression de marcher dans d'étranges paysages où le sable s'étendait à perte de vue. D'autres jours, il avait l'impression d'escalader des montagnes qui rivalisaient avec les plus hautes qu'il avait jamais vues. Le jour et la nuit ne faisaient qu'un, tandis qu'il marchait. Il y avait des creux, des creux d'une telle puissance qu'il craignait qu'ils ne le consument s'ils le trouvaient. Des creux qui semblaient rivaliser avec la taille de montagnes entières. Pendant les cent ans qu'il a passé à voyager aux confins du royaume, les choses qu'il a vues pourraient remplir des centaines de livres du début à la fin.

Malgré l'horreur, il a trouvé une beauté sereine. Et la douleur qu'il ressentait autrefois et qui torturait son corps, se sentait allégée. C'était peut-être son propre enfer, et dans cet enfer, il a pu purifier les péchés de son âme. Mais finalement, il est arrivé à la fin. Les robes avec lesquelles il avait commencé avaient été déchirées depuis longtemps, ne laissant l'homme qu'avec des chiffons qui couvraient à peine son corps. Il arriva à ce qui ressemblait à une falaise, devant lui un épais brouillard qui semblait ne mener à rien. Dans un moment de folie, il a commencé à descendre le long de la falaise. Vers le bas dans l'abîme, et vers le bas dans le néant. Quand il est finalement arrivé en bas, ou plutôt en haut, il a été accueilli par quelque chose... de différent.

Ce monde qu’il avait laissé à l’abandon, s’était transformé en Zone de guerre, il avait eu écho de cela, quelques temps auparavant par le biais de sa soeur, il n’avait pas été présent durant la trahison D’aizen, ou même lorsque les quincy avait fait leur retours pour détruire le Sereitei et Rukongai, il n’était pas là, de son côté, on pouvait apprendre qu’il avait ajouté à sa palette de compétence, la nouvelle attribution d’un Bankai. A son retour il paraissait plus fort, plus puissant.

A son retour, il vagabondait dans les rues, reprenant le chemin des quartiers de sa noble famille. Cette bâtisse autrefois élégante était détruite, sans signe de vie, cela n’était guère étonnant étant donné que sa sœur ne l’avait plus contacté depuis le début de l'attaque d’Aizen.

Bon sang, que s’était-il passé ? Déboussolé, il se devait de trouver réponse à ses questions ! Haranguer sa parole devait-il ? D’une fougue, il prit d’assaut la salle du conseil militaire, directement tenue en joue par les gardes. Les seules mots qu’il lui ait été exprimé étaient :

- Ils ne sont pas morts en vain, reprend du service et redore le blason !

Il se faisait traîner en dehors de l’enceinte, il l’avait malheureusement compris, son départ avait précipité la descente aux enfers de sa famille. Avant d’en venir à terme, il devait affronter une dernière étape de sa vie !

2017 sonnait la révolte, le retour prématuré d’un ancien sanguinaire, ce qui perturbait l’équilibre retrouvé.
Dans ce moment compliqué, il ne pouvait plus fuir et devait prendre en compte ce que Kyōraku lui avait prononcé ! Combattre était sa seule porte de sortie, dans ce monde où il avait perdu toute légitimité, dorénavant, il repartait de zéro. C’est pendant ces affrontements qu’il s’illustrait le mieux, en rendant une copie parfaite, surmontant les contraintes du passé ! Preuve de courage, avait-il démontré ! Cependant les pertes alliés était encore une fois plus que déplorable, une reconstruction devait se faire le plus rapidement possible afin de ne pas perturber la stabilité de ce monde.

Venait ensuite le temps de la faveur, comme annoté dans un livre d’histoire où le chemin est déjà tracé, fièrement il pouvait enfin se hisser au sommet d’une division, si celle-ci n’était pas la 9ème, elle y ressemblait foncièrement, ayant obtenu comme nouvelle fonction, la gestion du Seireitei News Magazine, la 8ème était celle lui convenant le mieux, il avait déjà pu être à la tête des différents écritures de ce journal.

Haori tournant dans le rose framboise, il ne fallait plus qu'arborer noblement l'accoutrement, en mémoire à sa famille !
La noblesse n'apporte pas tout ? { Terminée } P-shini

HRP

Avatar : Le personnage sur votre avatar. Pensez à consulter le répertoire des avatars pour vous assurer qu'il ne soit pas déjà pris.
Merci de respecter le code suivant :

Code:
Issak → [i]Issak [/i] est [b]Nagaraishi Aro[/b]

Comment avez-vous connu le forum : ForumActif
Parrain :

Est-ce un double-compte ?


Nagaraishi Aro

Revenir en haut Aller en bas


Kuchiki Haruka

Données Spirituelles
Grade: Capitaine de la Sixième Division
Mar 22 Nov 2022 - 22:13 - La noblesse n'apporte pas tout ? { Terminée }

Bonsoir,

Ne tournons pas autour du pot : en plus de l'avatar semblable à ce que tu as utilisé précédemment et d'un style aisément reconnaissable, nous avons pu constater que tu faisais usage d'un VPN. Inutile de dire donc que tes chances de passer inaperçu se sont vite envolées.
Si nous nous efforçons de nous montrer pédagogues, je t'avoue que ce petit jeu risque de nous fatiguer assez vite.
D'autant que cette fiche n'est pas plus éligible au rang de Capitaine que les deux précédentes, et que si - encore une fois - il aurait été possible de le devenir en cours de RP... Ça le devient beaucoup moins dès lors que tu t'imagines pouvoir réessayer « discrètement » jusqu'à ce que ça passe.

Je pense donc que nous allons arrêter la casse dès à présent et te souhaiter de trouver un autre forum plus à même de te donner ce que tu veux, puisque ça semble tant te tenir à cœur.

Adieu !

_________________
La noblesse n'apporte pas tout ? { Terminée } EEHHKP5

Kuchiki Haruka

Revenir en haut Aller en bas


 
   Permission de ce forum:

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum