Before Tomorrow Comes :: Hueco Mundo :: Étendues désertiques :: Désert de quartz


Nataniel Fausto

Données Spirituelles
Grade: Fracción - El Rebaño
Mer 7 Déc 2022 - 6:43 - Full Moon [Pv : Adamas]

La curiosité, c’est avant tout ce qui m’a poussé à me déplacer jusqu’ici, ce qui a semble-t-il guidé mes pas jusqu’à cet étrange endroit. Une promenade nocturne dans cette étendue désertique qui ne semble pas connaître de fin, une escapade sous le couvert de l’obscurité comme je les aime. La pénombre m’a toujours rassuré, apaisé, a toujours été l’alliée dont j’avais besoin dans les moments les plus difficiles.
Pour avoir connu le jour à quelques occasions de passages dans le monde des humains, ce sont sans doute les seules choses que je ne leur envie pas, le soleil et la lumière. Trop exposé, trop agressif, trop révélateur des choses qui ne vont pas chez moi, de ma vraie nature. Ici, au Hueco Mundo, on ne voit jamais le jour se lever et je ne suis pas de ceux qui se plaignent. Paisible, ce mutisme ambiant rassure mon coeur.

Alors je sors régulièrement de la Cité, m’éloigne de ma petite habitation extraite du sable blanc, tourne le dos à l’imposant Ziggurat et m’en vais me perdre au beau milieu de nulle part. Je ne crains pas ce qui s’y cache, ce sur quoi je peux tomber, les Hollows affamés n’étant à mes yeux que des bêtes écervelées incapables de se transcender pour évoluer, pour s’extraire de cette malédiction qui frappe notre race. Ils ne méritent pas mon attention, ni ma compassion. Je me contente de les éliminer et de continuer mon chemin, la rage, la haine, ne subsistant plus en moi. Plus depuis que j’ai changé ce que j’étais.
Quelques temps maintenant que j’ai rejoint le troupeau, que je ne me laisse plus envahir par mes émotions négatives, que mes démons ne sont plus maîtres de mon esprit, qu’ils ne parasitent plus mes pensées. J’ai trouvé la paix, une communauté et un lieu à protéger, je ne cherche pas plus. Enfin, je crois ? Je ne sais pas vraiment, à vrai dire. Qu’est-ce qui me pousse encore à errer à travers le Yermo ?

La curiosité, je suppose. La vérité, c’est que je ne sais pas.
Il y a encore de nombreuses zones floues sur mon existence, mon ancienne vie, du moins. Qui est-ce que j’étais ? Pourquoi est-ce que j’ai perdu la vie ? Pourquoi est-ce que je me suis changé en un monstre dévoreur d'âmes ? Si mon arrancarisation, le Ritual de Luna, a balayé la violence qui régnait au plus profond de moi, apaisé la colère qui grondait, les questions subsistent.
Et j’ai encore trouvé personne pour y répondre,
Cette maudite amnésie dont nous souffrons à notre réincarnation n'aide en rien. J’ai pensé que de revenir dans mon monde originel raviverait de lointains souvenirs, comme s’ils étaient piégés dans une cage en attendant que je trouve la clé, mais cela n’a rien changé. Au contraire, à l’époque ça n’a fait qu’aggraver mon état.
Je n’ai pas abandonné d’en apprendre plus, je continuerai de chercher tant que je le pourrais, mais il y a des fois où le besoin de marquer une pause se fait ressentir. Comme ces derniers temps, comme ce soir. Mes yeux s’abaissent sur le morceau de papier dans ma dextre, m’assurant que le nom inscrit dessus coïncide avec celui affiché sur les néons illuminant l’entrée de l’établissement.

Le Bistro Mundo. Le paradis des poivrots, que c’est marqué sur l’affiche. Egalement, il est noté en petit caractère que sous présentation de ce flyer au comptoir, un verre vous est offert par la maison. Alors je n’ai pas pour habitude de picoler, mais un verre d’alcool n’a jamais fait de mal à personne, j’imagine. Et puis, c’est peut-être une solution envisageable pour momentanément arrêter de trop penser. Si jamais ça ne l’est pas, peut-être que les différentes animations proposées le seront.
Quoiqu’il en soit, je veux voir ce qu’il en est à l’intérieur. Je n’ai pas fait tout ce chemin jusqu’aux ruines de Las Noches pour faire volte face, de toute façon. Alors je pousse la porte et m’engouffre à l’intérieur, l'œil intéressé et les sens à l’affût. L’ambiance est au rendez-vous, sur la scène semble se dérouler un spectacle de marionnettes un peu particulier… Sans en comprendre totalement le sens, j’en détourne le regard et me dirige calmement au comptoir pour réclamer mon dû.

Un hochement de tête en guise de salutation, je prends place sur un tabouret et le flyer est déposé sur le comptoir. On me demande ce que je voudrais boire.
Moment de silence, de réflexion, on me pose une colle.
Je n’ai aucune foutue idée de ce qu’ils servent et encore moins, de ce qui me ferait plaisir. La queue prenant naissance au bas de mon dos s’agite, ondulant derrière-moi tandis que je cogite sur la situation et le problème à résoudre. Gêné, mes yeux se perdent, cherchant de l’aide. A droite, à gauche, tombent sur cette femme à la tignasse noire comme les roches les plus obscures. Pas un son ne sort d’entre mes lèvres, bien fermées, mais il suffit de s’attarder quelques secondes sur ma tronche pour comprendre que je suis dans le besoin.

J’ai besoin d’aide, maintenant.

_________________


Dernière édition par Nataniel Fausto le Mar 27 Déc 2022 - 22:40, édité 1 fois
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t1338-nataniel-fausto?nid=1

Nataniel Fausto

Revenir en haut Aller en bas


Delila Scarlatti

Données Spirituelles
Grade: Membre de Las Manadas
Sam 10 Déc 2022 - 12:50 - Full Moon [Pv : Adamas]

L'écho festif des jeux de verres qui s'entrechoquaient.

Le liquide qui retombe mollement au fond du récipient à peine bousculé.

La vie, chuchotant entre tous ces individus qui prenaient tout juste la peine de troquer leur existence de survie pour un peu de répit.

C'était cela, le Bistro Mundo.

Delila était une habituée. De celle qui prenait place non loin du comptoir et qui observait la clientèle et ses dires avec un oeil d'aigle. Tous les ragots y passaient, dans ce bar, de la plus insignifiante parole à la plus scandaleuse des révélations. Après tout, sa gérante n'en restait pas moins une Manadas et le Bistro en lui-même ne se situait qu'à quelques pas de Sonido de Las Noches l'éclairée. Bien loin d'être un havre de paix, l'ambiance plus obscure de la taverne concordait avec le bois et la pierre séchée de ses tables et de ses murs, lesquels portaient encore la marque de quelques disputes d'antan. Et parmi ces promesses martiales et la présence de l'ancienne Segunda en ces lieux, Delila n'était pas en reste...

Si celle qu'on dénommait l'Abeille de Las Noches prit le temps d'agiter un verre de droite à gauche malgré la tension environnante et ce petit scandale qui la poursuivait, un peu de solitude en ces temps pleins de changements lui faisait le plus grand bien. Sa tranquillité ne tarda néanmoins pas à être brisé lorsqu'un individu se plaça à ses côtés. Quoiqu'elle ne fit nullement attention à son arrivée, son air perdu et les regards furtifs qu'il lui accorde eurent bien fini de lui arracher une parole.

    "Je m'en occupe.", intervint-elle en haussant sa main un bref moment avant de s'adresser brièvement à l'Arrancar à sa gauche. "Qu'est-ce que tu apprécies ? Fait maison, ou plutôt une consommation du monde des vivants ? "


Elle patienta, observa l'individu qui lui faisait face. Grand, au teint encore un peu atypique et des antennes encore présentes en dépit d'un masque inexistant. Soit. Delila réfléchit, tenta de déceler des indices sur son visage et sa tenue. Etait-il un fervent adepte des goûts et des âmes du Hueco Mundo, ou un individu plus curieux de nature ? L'appartenance de cet inconnu aux marginaux ne faisait aucun doute et Delila ne tarda pas à identifier l'un des membres du Troupeau. Les pacifiés. Un sourire à demi-teinte s'esquissa sur ses lèvres. C'était là une visite pour le moins surprenante : Hélas, un appel à l'aide ne tomba pas dans l'oreille d'une sourde.

Les questions pouvaient bien attendre.

    "Une verre de Lambrusco, comme ceux qu'on en trouve sur Terre." Son regard roula ensuite vers l'étrange individu à l'Arrancar qui faisait office de serveur. "Un vin rouge, pétillant mais doux et très fruité. Puis un verre de whisky japonais, et un autre verre de spiritueux du Hueco Mundo."


Sur cette commande, un sourire bref lui fut accordé, de ceux qui signifiait "Choisis maintenant, je prendrai le reste". Dans le doute, il était préférable de goûter plusieurs saveurs pour connaître ses préférences.

    "Première fois ici ?", fit-elle, en s'emparant avec une rare justesse et délicatesse de l'une des flûtes restantes. "Delila Scarlatti, de Las Noches. Et pourrais-je savoir à qui j'ai affaire ? Ce n'est pas souvent que l'on croise un membre des Rebano dans les parages."


Et à en juger les regards qui venaient de se poser sur lui, cet agneau venait de faire mouche.


_________________

Full Moon [Pv : Adamas] Signat10
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t515-ft-de-delila-en-cou

Delila Scarlatti

Revenir en haut Aller en bas


Adamas Vildolorez

Données Spirituelles
Grade: Membre de Las Manadas
Mar 27 Déc 2022 - 11:50 - Full Moon [Pv : Adamas]

Des pas résonnèrent au sein de Las Noche. Dans les ténèbres de la cité en ruines, la crinière rougeoyante d'Adamas fila tout droit en direction du Bistro Mundo. Flanqué par l'un de ses Fracción, l'Espada marchait d'un pas hâtif. « Vous me dîtes que Delila Scarlatti est ici ? » gronda le maître à l'encontre de son sujet.

La jeune créature n'eut pas le temps de répondre car ceci n'était pas véritablement une question : à la lumière de cette rumeur, le forgeron n'avait pas traîné avant d'entamer le trajet vers l'édifice. L'idée de disputer dès à présent le duel qu'elle lui avait promis naguère continuait de tapisser le fond de ses pensées et l'occasion semblait rêvée pour qu'enfin l'idée se concrétise : un baroud d'honneur entre la Cuarta et l'ancienne Segunda Espada. Enhardi, excité, grisé par l'envie, dévoré par l'attente, Adamas filait entre les murs écorchés, au gré des couloirs des tortueux et des pièces dévastées, le palpitant résonnant d'un tambour intérieur.
Quand ses bottes s'arrêtèrent sur le pas de la porte, ses yeux roulèrent vers la rencontre de l'ingénue et de Nataniel Fausto. Il comprît aussitôt l’intérêt de cette dernière portée au spécimen d'El Rebaño. S’il leur laissa assez de temps pour échanger quelques politesses, il s’invita très vite au cœur de la conversation en posant son séant sur une autre chaise autour de la table, vide d’occupant. « Un Tinto de Lava pour moi, merci. » Delila ne tarda pas à lui adresser un sourire et après lui avoir indiqué d’approcher, il se pencha vers elle. Elle lui murmura quelques secrètes paroles et le visage d’Adamas se voila d’un air désapprobateur.

Quelques secondes plus tard, elle enfila une rasade puis s’éclipsa. L’arrancar n’était pas esseulé, puisque Nataniel était toujours là, face à lui. Il put voir le faciès d’une créature consternée et amère, probablement chagriné de ce qui lui fut susurré. Qui sait ce que Delila avait pu lui dire ?
Il releva la tête comme son verre arriva. Il n’avait pas encore échangé un seul mot avec le visiteur du jour. Quand il porta son breuvage à ses lèvres, ses yeux se relevèrent : ils luisaient comme deux flammes au-dessus du liquide carmin qui coulait dans sa gorge. Il but une petite gorgée avant de se figer. « Adamas Vildolorez. Mais je suppose que tu le sais déjà, puisque nos regards se sont croisés lors du Tournoi des Espada. Je n’oublie jamais les regards que je croise, particulièrement quand ils luisent de quelque chose d’autre que de la bêtise » asséna-t-il subitement avant d’étudier son corps d’un balayage oculaire.

« Le clan El Rebaño nous a tous surpris lors des échanges. Particulièrement ce… Cimériès Alastor. Je serais curieux de savoir qui de nous deux mérite véritablement le titre de Tercera : il s’est retiré sans combattre juste après moi. Qui sait s’il ne peut pas prétendre à quelque chose de supérieur… comme le titre de Primera, par exemple ? Le penses-tu capable de défier La Segunda ici présente ? »

Des questions loin d’être désintéressées, à l’évidence.
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t598-adamas-vildolorez-en-c

Adamas Vildolorez

Revenir en haut Aller en bas


 
   Permission de ce forum:

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum