Before Tomorrow Comes :: Mémoires oubliées :: Archives :: Présentations archivées


Raiden Hattori

Données Spirituelles
Grade: Vice Capitaine de la dixième division
Mar 22 Nov 2022 - 22:23 - Raiden Hattori | Vice-Capitaine de la Dixième division [FINISH]

Raiden Hattori

Race Shinigami
Âge 153 ans


GradeVice-Capitaine | Dixième division


Pouvoir

Shikai: Déchaîne toi, Raijũ - 雷獣 (Bête de tonnerre)

Lors de sa libération, un claquement semblable au tonnerre retentit, tandis que le Zanpakutō se transforme en un gantelet à 3 lames venant se placer dans la main dominante de son utilisateur, ce dernier ainsi que l’arme se retrouvant entourée d’une énergie bleu crépitante, semblable à des éclaires.

Forme Shikai:

Manifestation de l'énergie:

La capacité principale de ce Zanpakutō est l’utilisation de l'électricité et de sa propriété conductrice impactant tout ce qu’elle traverse. Les lames génèrent continuellement de la foudre qui peut se propager à travers le corps de son utilisateur ainsi qu’à toutes les surfaces ayant un contact physique avec ce dernier ou l’arme. Les effets sont alors affecté par les matériaux traversés ( ex: Matériaux conducteur augmente leur effets | Isolant, Réduit les effets )
Cela peut être pratique pour traverser les défenses de l’adversaire ou d’utiliser le terrain à son avantage.

Sur les cibles, la foudre généré par Raijũ est capable d’infliger une douleur vive ainsi que de paralyser au contact, s’attaquant directement au muscles et au nerds. Elle endommage la cible de l’intérieur, comme le ferait un courant d’une grande intensité, occasionnant des brûlures internes si exposées trop longtemps.
Il est possible de se protéger de ses décharges avec du Reiryoku et d’en atténuer les effets de paralysie.
Plus un membre est touché, plus les effets de paralysie s'accumulent et l’intensité du courant augmente.

Quand à l’utilisateur, il est lui aussi impacté par la foudre générer par le sabre libérer, impactant aussi ses muscles et son système nerveux, mais en amplifiant les courants internes, lui procurant des réflexes et une mobilité accru donnant l’impression qu’il se déplace à la vitesse de l’éclaire. Il ne laisse derrière son passage qu'une trainé d'électricité statique crépitante.

Un seul coup de l'énergie produite par Raijũ peut sembler assez moyen pour un combattant robuste, mais grâce au boost de mobilité et à la répétition des coups, ce Zanpakutō peut infliger d'énormes dégâts.
Raiden Hattori | Vice-Capitaine de la Dixième division [FINISH] P-shini

Description



Raiden Hattori | Vice-Capitaine de la Dixième division [FINISH] 3kib

___________________________________


Hattori est d’apparence un jeune homme tout ce qu'il y a de plus normal, ne dépassant pas les 1m75 et possédant une silhouette svelte plutôt bien entretenu par des années d'entraînements. Néanmoins, malgré ses membres sec et robustes, Hattori souffre d'un cruel manque de force brute qu'il aura de tout temps essayé de combler par moult exercices, où les résultats n'auront jamais été à la hauteur de ses attentes. Se concentrant donc sur sa vitesse et son endurance, jouant sur les erreurs de ses adversaires ainsi que la rapidité et la précision de ses coups.

Il possède des cheveux d'un blanc neige, mais beaucoup trop rebelles pour pouvoir en faire quoi ce soit. Le Shinigami les laisse alors faire comme bon leurs sembles la plupart du temps.
Couplé à cela, des yeux bleus semblables à la glace se mariant bien avec sa chevelure indisciplinée.
Il possède en plus un tatouage formant une étoile partant de haut dessus de son œil gauche pour se finir sur un trait descendant au milieu de sa joue (avatar)
Pour sa tenu vestimentaire, il porte le plus souvent la tenue traditionnelle des Shinigamis.

Comment décrire Hattori sans évoquer sa grande honnêteté. A vrai dire, c’est ce qui se rapproche le plus de sa philosophie de vie. Dans chaque situation il essaie d’être le plus honnête possible autant envers les autres qu’envers lui-même, ne se voilant pas la face avec de faux espoirs où des rêves futiles. A quoi cela sert-il de mentir de toute manière ? Même si malgré lui il lui arrive de broder les apparences, il n’est pas réputé pour bien le faire.

Néanmoins, parfois cette honnêteté peut être poussée beaucoup trop loin couplé avec un sens de l’humour des plus douteux. Il ne peut se retenir de lâcher une multitude de remarques sarcastiques sur à peu près tout le monde. Inutile de préciser que cela a tendance à excéder bon nombre de personnes, qui « prennent ses remarques trop à cœur » d’après le jeune homme. Il n’a pas peur de dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Pour lui faire changer d’avis, armer-vous de vos meilleurs arguments, une vraie tête de mule, et ce n’est parce que celui en face de lui fait deux fois sa taille qu’il tiendra sa langue pour autant, encore moins contre un de ces nobles nés avec une cuillère en argent incrusté en pleine lune, et dans ce cas-là c’est plus avec plaisir que Hattori leurs fera une remarque plus que par simple oublie de l’étiquette.

Ce qui nous amène ensuite à une autre chose : il ne porte pas spécialement la noblesse dans son cœur. En réalité ce n’est pas vraiment une haine qu’il abat sur tous, mais surtout ceux ayant pris la vie comme acquis, du fait de leur sang bleu coulant dans leurs veines. Étant pour sa part atterrit dans les bas-fonds du Rukongai, il a au fil du temps développé cette aversion naturelle envers ces derniers. Il a enduré mille épreuves pour se trouver à sa place et cela, il ne l’a pas reçu sur un coussin de velours brodé d’un tissu doré, qu'il imagine être le destin de chaque personne née dans cette situation. Néanmoins, si un de ces derniers arriverait à lui prouver qu’il vaut mieux que ça, qu’il s’est battu pour obtenir ses propres possessions, alors dans ce cas, il l’accueillera d’une main chaleureuse.

N’ayant aucune attache autres que son poste, il s’y dévoue corps et âme et considère sa division comme étant sa propre famille. Il ne rechigne pas au travail, même à la paperasse, mais en impose de même pour les autres.
A par cela, il est d’un caractère plutôt joyeux. Il adore discuter avec autrui, parler de tout et de rien et rigoler de temps à autre, arborant souvent un sourire. Il aime le temps passé avec ses camarades de divisions où les personnes ayant marqué son intérêt. Ce n’est pas rare qu’il paye sa tournée lors de soirée, n’étant jamais contre un petit remontant en fin de journée.

Une fois que tout est en ordre, durant son temps libre, il enfile un manteau en tissu noir ébène partant en haillon, prend un chalet, des pinceaux, des couleurs et quelques fusains et il s’en va reproduire sur ses toiles des scènes et paysages de la Soul Society. Reproduisant chaque courbes, chaque détailles, chaque émotion. C’est une des seules choses qu’il à garder de son ancienne vie : la peinture. Un art qu’il a entretenu tout au long de sa vie ici, gardant à jamais dans sa mémoire les paroles de celle qui lui avait jadis appris cet art. A l'époque, il utilisait tout ce qu'il pouvait trouver pouvant faire office de crayon ou de support pour apprendre à retranscrire sur papier paysages et personnes. Trouver des couleurs était choses rare et était souvent créer à partir de ce qu'il avait sous la main.

Pour finir, il a un énorme respect envers l’ancienne génération. C’est grâce à eux qu’il peut se tenir ici aujourd'hui. C’est pour honorer leur mémoire qu’il se voue corps et âme à son poste.
Raiden Hattori | Vice-Capitaine de la Dixième division [FINISH] P-shini

Histoire


En cours de correction et de mise en page

Dans les quartiers les plus éloignés du Rukongai, on dit que le vent a une âme et qu'il gémit le long des rues étroites, désolé parce qu'il voit. Il grondait à chaque bifurcation, s'engouffrait sous les portes des bâtisses désolées des bidonvilles et hurlait sur les flancs des maisons. Là, comme attristé par les âmes en peine qu'il y rencontrait, il se faisait aussi doux qu'un murmure. C'était en tout cas ce que pensait Raiden Hattori . Alors qu'une autre rafale de vent froid le fouettait, il sera encore plus son manteau râpé contre ses flancs. Baissant les yeux, il grimaça en voyant la boue qui éclaboussait ses sandales à chaque pas. Le froid le laissait transi lorsque celui-ci s'immisçait dans sa tenue et ses oreilles le brûlaient. Un mouvement vif, sur sa droite, attira son attention et il fit un pas de côté pour éviter un vieil homme qui titubait. Sortant d'une allée, il tomba sur le flanc dans la boue juste devant lui. Hattori s'arrêta et lui tendit la main, mais le vieil homme ne parut pas le voir. Il se releva et rejoignit le flot de silhouette qui descendait la rue.
En secouant la tête à l'abri de sa capuche, Hattori regarda autour de lui. Des dizaines d'âmes en peine descendaient les rues essayant à tout prix de trouver un endroit protégé du froid. Marchant tous d’une démarche faible et dénuée de volonté, tête baissée, leurs yeux pâles sans vie plongés sur la boue qui les éclaboussent à chaque pas où sur un horizon qu'ils savent, ne jamais atteindre.
Hattori releva la tête vers l'intérieurs des terres là où devait se tenir le Seireitei à des lieues d'ici, se remémorant de son regard neutre les maisons des familles nobles qui sont blottie au chaud, qui ferait pâlir les pauvres feux de fortunes à l'abri du vent dans des ruelles sombres où les mendiants et les pauvres venaient ce regroupés. Il s'arrêta quelque embranchement plus loin se plaçant sous le porche d'une bicoque abandonnée. Ici, il était à l'abri de la pluie et de la boue. Sortant son chalet, ses pinceaux, ses couleurs et son tabouret, il se plaça de manière à avoir un angle donnant sur la rue et la prochaine bifurcation. Et de là, se mit au travail. Traçant chaque courbe au fusain, prenant son temps et laissant ses sens s'évader au-delà de la toile. C'est en reproduisant ce paysage terni par la catastrophe, que ses plus jeunes années lui revenaient par flots, quand il faisait partie de ces âmes présentes sur sa toile, jeune, maigre et sans histoire.


___________________________________

Raiden Hattori | Vice-Capitaine de la Dixième division [FINISH] A7wp
___________________________________


Kusakishii, le 79ème district de la zone nord du Rukongai

C'était un hiver froid et humide, les températures étaient encore plus glacées qu’à l’accoutumé. Les habitants des taudis étaient habitués à le craindre depuis le temps, mais cela n’a jamais changé le nombre de corps sans vie gelés jusqu’à la moelle étalée dans les rues. Bien qu'ici, les corps étalés ne sont pas seulement l’œuvre de mère nature. Vols, meurtre, ainsi que bien d'autres méfaits sont le lot quotidien des personnes vivant ici et pas besoin d'espérer vouloir obtenir de l'aide dans cet enfer en marge de la Soul Society, car aucun Shinigami ou représentant d'un quelconque ordre n'ose fouler cette terre pourri jusqu'au fondation. Tout âme vivant ici est voué à se débrouiller seule tôt ou tard.

En temps normal, une âme venant d'arriver dans le Rukongai a très peu de chance de se retrouver au même endroit que son ancienne famille tellement cet endroit est immense. Néanmoins, dans les districts les plus éloignés comme Kusakishii, la pauvreté est tellement présente que les habitants ne daignent généralement pas accueillir quelqu'un au sein de leur famille s'ils en possèdent une.

C’est à cette période qu'une jeune âme à l’allure de jeune homme débarqua sur ces terres. Il n'avait ni souvenir, ni but. Quel était cet endroit ? Comment est-il arrivé ici ? Et surtout, Qui était-il ? Il lui fallut un moment pour se calmer et remettre ses idées en place pour enfin se lever et tenter de comprendre où il était.
Malheureusement, le temps n'était pas de cet avis. Le nouveau venu sentit quelque flocon de neige tomber sur sa nuque puis fondre instantanément. Cela l'amusait sur le coup. Néanmoins, le vent commença lui aussi à se lever et la jeune âme sentit malgré elle que ce dernier se renforçait de plus en plus, faisant virevolter les flocons au gré de ses humeurs.
Il n'attendit pas sagement que la tempête empire avant d’ aller trouver refuge, mais où ? La rue dans laquelle il se trouvait était entourée de bicoque toutes plus délabrées les unes que les autres. Alors que la neige lui fouettait le visage, il entreprit d'aller frapper à la porte la plus proche... Aucune réponse. Sans perdre courage il passa à la prochaine, puis frappa. Un colosse en sortit, mais avant que le nouveau venu ne puisse parler ce dernier le repoussa violemment du porche à grand coup de pied vociférant des insultes pour refermer la porte tout aussi sèche.
Les mains sur le ventre, tordu de douleurs et transi par le froid, Il commença à se dire que cet endroit n’était pas ce qu’il aurait pu appeler un “paradis”. Lorsqu'il leva les yeux pour regarder autour de lui, il les aperçut, les yeux remplis de dédain des habitants le fixant à l'intérieur de leur abri de fortune. C'est à ce moment précis qu'il perdit espoir.

Il se releva difficilement, tantôt bousculé par une bourrasque glacée, tantôt par son ventre le lançant gravement. Une fois debout, il tentât de trouver un coin où se cacher du blizzard. Déambulant dans cette rue jonchée de détritus, il aperçut une petite ruelle qui avait l'air d'être quelque peu épargnée par les assauts de la tempête. Une fois arrivé dans la petite allée, il s'enfonce le plus profondément possible à l'intérieur de cette dernière pour tenter de se mettre le plus à l’abri possible. Néanmoins, son sang se glaça au vu d'un cadavre à moitié congelé et croqué par des rongeurs qui rôdaient encore il y a quelque instant, s'enfuyant au vu de la jeune âme errante livrer à elle-même s'aventurant ici. Il réprima plusieurs haut le cœur avant de s'adosser à la parois de la ruelle, se mettant en boule pour tenter de se réchauffer. La température n'était pas excessivement basse, mais les habits que portait le jeune homme n'étaient pas faits pour un temps comme celui-ci. L'extrémité de ses pieds et ses oreilles commençaient à le faire souffrir tandis ses tremblements ne cessaient de croître. C'en était presque risible de trépasser, à peine une heure après avoir rouvert les yeux.

Plus le temps passait, plus Hattori se sentait faiblir. Il avait toujours froid jusqu'aux os, mais ses tremblements avaient commencé à s’atténuer, de ce qu'il pouvait ressentir. Une petite voix lui disait de se reposer, de fermer les yeux quelque instant, que ce n'était qu'un mauvais rêve et qu'il se réveillerait plus tard. La tempête commençait à se calmer, le vent s’estompait, la neige faiblissait, mais ses yeux étaient déjà clos.

« - ... encore en vie ?
- … m'étonnerais … un « mort né » ...
- … respire encore !
- ... il … plus pour longtemps.
- Non ... ramenons le ! »


Le jeune homme se réveilla en sursaut. Le front couvert de sueur froide, les pupilles réduits à leurs minimum et le souffle court. Un éclair de douleur dans le flanc le foudroya sur place et le cloua au lit. Les souvenirs de la veille lui reviennent d’un coup. Sa venue dans ce monde, la tempête, les habitants, le froid. Ce dernier avait disparu, mais vu la douleur qui lui vrillait encore les côtes, le type lui ayant ouvert la porte ne l’avait pas raté. Doucement, il s'adossa au mur derrière lui, enroulant le drap sous lequel il dormait autour de lui.

Une fois la douleur quelque peu atténuée, il prêta plus attention à la pièce où il était. Elle était délabrée. Le sol en tatamis était détruit par endroit, tandis que la plupart des cloisons donnant sur la pièce avait été arrachées, jonchant sur le sol poussiéreux. Il n'y avait aucune décoration, si ce n'est les quelques meubles usés par le temps qui se trouvait de part et d'autre de la chambre. Sentant un petit courant d'air, l’âme errante ne put s'empêcher de frissonner. L'édifice ne devait pas être très bien isolé.

Quelque minute plus tard, des bruits de pas se firent entendre au loin, accompagnés de plusieurs voix qui ne faisaient que s'amplifier au fur et à mesure qu'elles se rapprochaient. Bientôt, le convalescent pu identifier plusieurs voix enfantines accompagner d'une féminine plus forte et marquée que les autres.
A ce moment entrèrent dans la pseudo chambre du garçon quatre personnes. Trois d'entre eux ne devaient être que des enfants vu leurs âge et leurs manière de se comporter de manière totalement hystérique autour de la quatrième. Cette dernière était une ravissante jeune femme, qui ne devait pas dépasser la trentaine d'apparence. Elle gérait plutôt bien les trois électrons libres qui lui gravitent autour d'elle et marchait d'un pas assuré vers le convalescent qui ne comprenait plus grand chose à ce qui lui arrivait. Sans mot dire, il laissa la jeune femme approcher. Ses yeux étaient d'un vert émeraude magnifique et le fixait avec une nonchalance non cachée.

- Alors il va bien ?! Je vous l'avais bien dit qu'il était encore en vie, dit une voix enfantine derrière elle.
- Oui on a compris Noa, arrête de t'en vanter, ajouta la voix du d'un des garçons qui se trouvait là.
- De toute manière, qu'on l'ait sauvé ou non, ça ne changera pas grand chose... lança d'un ton pessimiste, un autre garçon qui s'était calmé en rentrant dans la chambre en ruine.
La jeune femme tourna un regard courroucé vers lui et lui assena une petite tappe sur la tête en signe de mécontentement.
- Ne dit pas des choses pareilles. Si tu penses ainsi, c'est toi qui ne va pas faire long feu !
Elle se retourna vers le jeune homme allité.
- Désolé pour ça. Je suis Fuku et voici Noa, Hide et Tamiko. On t'a trouvé à moitié mort de froid dans le village, puis emmené ici pour t'éviter une mort certaine. A vrai dire, je voulais te laisser là-bas, mais c'est Noa qui m'a convaincu de te prendre. Remercie là.

Alors c'était bien eu qui l'avait sauvé. Le jeune homme hocha lentement la tête en direction de la petite fille et articula un faible « merci » à son attention. Il se tourna ensuite de nouveau vers la dénommé Fuku, d'un regard plus méfiant. Si elle avait voulu le laisser là-bas, elle ne devait pas valoir mieux que les habitants qui l'avaient volontairement rejeté.

D’une voix rauque comme si elle n'avait pas été utilisée depuis des lustres, la jeune âme lui demanda:
- J- Je ne sais pas comment j’ai atterri ici ou même quel est cet endroit. Mes souvenirs sont flou. Je ne sais même pas qui je suis !
- STOP !!!
La femme cria ce mot tout en portant une main devant la bouche de l’âme errante qui commençait à paniquer en se remémorant ses péripéties.
- Pour faire simple, cet endroit est un peu ce qui pourrait se rapprocher du paradis. Une fois qu’une personne meurt dans le monde réel, il se retrouve ici, à Soul Society. Voilà ce qui explique ta perte de mémoire. Mais ici on est à Kusakishii, et il n’y à pas endroit plus éloigné du terme “Paradis”. En ce lieu, il n'y a aucune règle, code de conduite où que sais-je encore. C'est chacun pour soi. Personne ici-bas n'a de quoi se payer le luxe de vivre au abord du Seireitei où la vie y est plus riche et sécurisée. Si quelqu'un à envie de te faire la peau, rien ne va l' empêcher. Et je ne parle même pas de ces satanés Shinigami, mais je m'égare.
Elle adoucit quelque peu sa voix.
- Le seul moyen que des personnes comme nous puissent survivre, c'est de s'entraider. Sinon ces gamins n’auraient aucune chance de s'en sortir, ajouta-t-elle en jetant un regard triste vers les trois enfants.

Pour une raison qui lui était inconnu, le convalescent n’eus pas de mal à accepter les dires de la jeune femme, puis une douleur aiguë lui vrilla les côtes, et il se rappela pourquoi. Alors voilà donc à quoi allait ressembler sa vie à partir de maintenant : Une lutte constante pour sa survie dans la pauvreté la plus totale.
Un gargouillement le sortit de sa réflexion, puis un deuxième, plus audible cette fois. C’était à ce moment qu’il se rappela ne rien avoir mangé depuis son arrivée dans ce monde. Ses joues s'empourprent légèrement quand les regards de ses sauveurs se tournèrent vers lui. Les enfants étaient étrangement intrigués tandis que Fuku fronça les sourcilles affublées d’une mine à la fois inquiète et en colère. Elle se leva d’un bond et partit de la chambre sans dire un mot, laissant derrière elle la jeune âme convalescente et ses trois petits protégés.
Le jeune homme ne comprit pas de quoi il en retournait et d’après les visages surpris et inquiets des enfants avec lui, il en déduisit que cela ne devait annoncer rien de bon. Comment un simple gargouillis pouvait la mettre dans cet état ?
Quelque instant plus tard, Fuku revint dans la chambre, portant avec elle un plateau contenant une miche de pain accompagné de ce qui pouvait ressembler à un bouillon. Elle le plaça près de sa couche et s’assit à côté, lui intimant de manger.

- Dans ce monde, peu de personnes ont besoin de se nourrir, ce qui est plutôt logique étant donné que nous ne sommes que de simples âmes. Néanmoins, certaines personnes en ressentent le besoin. Une histoire de puissance spirituelle, Reiatsu ou je ne sais quoi dont j’avais entendu parler quelqu’un à ce sujet. Toujours est que c’est la galère de trouver de quoi manger, surtout ici et maintenant qu’on sait que tu en fais partie ça ne va pas être une partie de plaisir. Elle montra le plateau. Moi aussi je dois me nourrir, à la différence des trois autres, mais il ne me restait que ça.

A ce moment, le jeune homme ne put s'empêcher de sentir un malaise en lui. Ces personnes venaient de le sauver d’une mort certaine et lui offraient maintenant leurs dernières ressources. Pourquoi ? L’espace d’un instant il fit mine de refuser la nourriture, mais il su en croisant le regard de la jeune femme, que cette dernière ne le laisserait pas partir sans qu’il ait accepté de manger.
Tout en prenant la cuillère en bois se trouvant sur le plateau il dit ses mots:

- Je ne sais pas comment vous remercier pour le moment, mais je vais tout faire pour rembourser cette dette. Vous avez ma parole.

La jeune femme esquisa un sourire

- Dès le moment où tu t’es réveillé vivant dans cette chambre, tu es entrée dans la famille, donc maintenant cesse de pleurnicher et de mange Elle se leva et partit en direction de la sortie, prenant les enfants avec elles. J’ai besoin d’aide pour s’occuper d’eux, et je pense que tu pourras te rendre utile. Par ailleurs c’est pas très pratique de ne pas pouvoir t’appeler. A partir de maintenant tu t'appelleras Hattori, Raiden Hattori, bienvenu dans la famille. Elle sortit sur ces paroles.

La jeune âme était comme abasourdi après cette remise en place qu’il venait de subir. Il était membre de leur famille ? Pour la première fois depuis son arrivée, Hattori se sentit bien. Tout sentiment de mal être et de stress s'étaient effacés, ne laissant derrière eux que gaieté. Il s’empressa de manger ce qui se trouvait sur le plateau et ne put s’empêcher de lâcher une petite larme.

___________________________________

Raiden Hattori | Vice-Capitaine de la Dixième division [FINISH] 1iev
___________________________________


Après ce jour, Hattori se livra corps et âme dans la protection de sa famille d’adoption dans ce district où la loi du plus fort régnait. Pour cela, Fuku lui apprit à se battre et elle n’y était pas allée de mains mortes. Hattori passa des journées entières à se faire maltraiter par celle qu’il considérait désormais comme sa grande sœur. Elle ne lui fit pas de cadeau et il se couchait souvent le soir avec de vives douleurs sur tout le corps, pour ensuite se réveiller et continuer cette routine douloureuse.

Elle lui apprit aussi l’art du dessin et de la peinture. Au début ce n’était qu’un simple passe temps, mais cela devint bien vite quelque chose d’important pour lui. Bien sûr, le matériel était cher et ils n’avaient à leur disposition que quelques crayons trouvés si et là, voir volé ainsi que des couleurs créer avec les moyens du bord. Néanmoins cela suffisait à rendre heureux le jeune homme.

Durant ses années, les deux plus grands enchaînait larcin sur larcin pour pouvoir subvenir aux besoins de chacun, tandis que leur famille s'agrandit au fur et à mesure que de jeune âme livrée à elle-même arrivait en ce monde, recueillant le plus d’enfants possible pour les sauver de cet enfer. Néanmoins, leur famille ne passa pas inaperçue aux yeux des habitants. Exaspérés de voir cette bande de joyeux lurons leur courir dans les pattes et voler tout et n’importe quoi, ils prirent la décision de les chasser. Hattori et les autres furent donc obligés de fuir la petite bicoque où ils avaient élu domicile, ne pouvant défendre leur maison à seulement deux. Dormant à la belle étoile et excentré de la populace, les journées devenaient de plus en plus difficiles, mais la petite famille n’abandonnait pas et résistait quand bien même au sort qui leur étaient réservé.

___________________________________

Raiden Hattori | Vice-Capitaine de la Dixième division [FINISH] Mht0
___________________________________


Aujourd’hui, le ciel nocturne était dénué de tout nuage, ne gâchant aucunement la toile argentée recouvrant ce dernier. Hattori était allongé dans l’herbe son regard tourné vers l’astre lunaire, ses mains placées derrière sa tête. L’air était frais, mais agréable tandis que seul le bruissement des feuilles se balançant au gré du vent ne venait troubler le silence.

Maintenant qu’ils avaient été chasser, la grande famille avait élu domicile dans les collines sur les hauteurs du district, assez éloigné du bidonville pour ne plus avoir à faire à des habitants en colère, mais tout de même assez près pour pouvoir y voler de quoi survivre, car le nombre d’enfants ayant besoin de manger avait augmentés depuis son arrivé. Pour aller chercher en ville, ils organisaient une petite escouade de trois ou quatre avec à chaque fois Fuku ou Hattori à leur tête, tandis que celui des deux restants était chargé de garder le refuge. Aujourd’hui c’était au tour de Hattori de s’y coller. Ce dernier était quelque peu inquiet depuis qu’un groupe de shinigami était venu enquêter dans le district. Ce n’était jamais bon signe. Il se surprend même à prier dans sa tête devant le ciel nocturne pour qu’il n’arrive rien de grave à sa Grande sœur descendue en ville.

*AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA*

Un hurlement fit sursauter Hattori qui se leva d’un bond. Il venait du refuge. Sans réfléchir, il s’élança dans la direction du hurlement, priant que rien de grave ne soit arrivé, qu’il ne s’agissait que d’un accident ou d’une blague. Néanmoins, ce qui l’attendait n'avait rien d’une quelconque farce.

Là, au centre du refuge de fortune, se tenait un monstre gigantesque mesurant deux fois la taille de Hattori. Un horrible trou béant ornait son torse, tandis qu’un masque blanc affublé d’une mâchoire béante lui servait de visage. Ses membres avant étaient des faucilles dégoulinantes d’un liquide pourpre tombant au goutte à goutte. A cette mention, Hattori baissa les yeux et il sentit la bille remontée le long de son estomac. Plusieurs petits corps étaient entassés là, les yeux vitreux. Le jeune homme faillit recracher ses intestins, mais se retint miraculeusement. Le Hollow se tourna vers un petit groupe d’enfants tétanisé par la tournure des évènements, et avança tranquillement dans leur direction. Le jeune homme spectateur de ce spectacle morbide ne put se résoudre à laisser ses petits frères et sœurs adoptifs se faire massacrer un à un sans rien faire. C’est donc dans un élan de désespoir qu’il s’élança contre la créature, poing en avant. C’est sans mal que cette dernière repousse Hattori de là où il venait, lui assénant un violent revers dans le torse sans que ce dernier ne puisse réagir. La puissance du coup émis quelque craquement peu naturel provenant du corps du jeune homme, avant de le propulser sur plusieurs mettre, atterrissant sur le dos.

Hattori ne vit pas la scène, mais il entendit le cri de peur et de souffrance de ses protégés se faisant massacrer un à un. Puis plus rien. Il était le dernier. Encore au sol, il savait ne pas avoir besoin de lever son regard pour savoir qu’il était le seul encore vivant. Seul subsistait le souffle gras du Hollow se mêlant aux vents. Maintenant c’était son tour. Lui qui avait voué sa vie à protéger ceux qu’il considérait comme sa famille se fut confié le pire des sorts : les voir tous mourir avant de finalement les rejoindre. Le visage pâle, recroquevillées sur lui-même le regard dans le vide, il entendait les pas lourds du Hollow se rapprocher, tandis que les crissements de ses faux sur le sol résonnaient dans sa tête. C’est la fin.

Dans un dernier souffle, Hattori regarda la mort en face. Le masque blanc maculé de sang semblait se rire de son sort tandis qu’une des lames se leva, du sang perlant sur son tranchant, puis fendit l’air en direction du jeune homme. Il ferma les yeux.

Un cri de douleur, suivi d’un autre de stupéfaction. Puis une petite voix étouffée à peine audible.

- Petite… fiotte… Je t’avais bien dit… que je ne revenais jamais sur ma parole !


Hattori ouvre les yeux et reconnut au premier coup d’œil celle qui se trouvait à l’endroit où il devait se trouver. Fuku avait le bras faucille du Hollow planté dans l’épaule jusqu’au cou, les deux bras tranchés en tentant de bloquer le coup. La créature retira lentement son membre, comme savourant chaque instant de sa souffrance, laissant retomber la femme sur un sol inondé de son propre sang.
Le jeune homme eut du mal à tout rassembler dans son esprit. Tout s'était enchaîné si vite. L’attaque du Hollow. La mort des enfants. Sa défaite expéditive et pour finir, celle qui l’avait recueillie et sauvée par la même occasion. Celle qui lui avait appris à connaître ce monde, à se battre, à aimer… Elle l’avait protégé une ultime et dernière fois, y laissant la vie pour respecter sa parole.

Ses sanglots de tristesse se transformèrent bientôt en une haine profonde. On avait massacré sa famille dans d'atroces souffrances devant ses yeux et maintenant on lui avait arraché ce qui lui tenait le plus à cœur. Peu importe si cela était vain ou non, il n’en avait que faire. Il ne voulait plus qu’une chose, rendre la pareille au monstre se tenant en face de lui, quitte à trépasser pour rejoindre les siens dans n’importe quelle autre foutre monde il pourrait tomber.
Il plongea son regard dans les trous vides du masque du hollow, faisant le vide dans son esprit déjà beaucoup trop chambouler par les évènements, listant ses dernières volontés et s’élança en direction de ce qu’il savait être son futur bourreau. Néanmoins, jamais il n’atteignit une deuxième fois le hollow.

Sortant de tous les coins, des hommes et femmes en kimono noir armé de sabre, entourant le Hollow. Malgré son absence de visage distinct, on pouvait bien voir que son expression était passée de l’extase à la détresse.
Hattori mit quelque instant à reconnaître les Shinigamis qui étaient en patrouille depuis plusieurs jours maintenant dans les rues de Kusakishii. L’un d’eux qui avait atterrit près du jeune homme tourna la tête vers lui.

- Nous sommes à la recherche d’un Hollow sévissant dans ce district depuis un moment et j’ai bien l’impression que nous l’avons enfin trouvé. Il prit une voix plus douce et calme. On s’en occupe, tu peux te reposer.

Abasourdi, Hattori tomba sur ses genoux, la bouche bée. Sauver in-extremis pour la deuxième fois. Le combat fut court. Le Hollow, bien que puissant aux yeux du jeune homme, ne pu rien faire face à tous ses Shinigami et c’est dans un râle d’agonie que le monstre trépassa, achevé par la lame d’un de ses soldats en kimono qu’il méprisait tant, comme le lui avait enseigné Fuku.
A ce moment, la pression descendue et avec elle l’adrénaline, puis la dure réalité frappa. Il était en vie, mais seule. Il n’avait pas su protéger ceux qu’il aimait, et ce même s’il se considérait comme un bon combattant. Il se débrouille bien pour mettre des raclés à des adultes faisant deux fois sa taille, mais peut à peine lever le petit doigt contre ce monstre. Le fossé les séparant était astronomique et lui aussi aurait passé l’arme à gauche si ses Shinigami ne seraient pas intervenus.
La fatigue commençait à avoir raison de lui. Ses paupières étaient lourdes. Une larme coula sur son visage et il sombra dans les limbes.

Il se réveilla dans une chambre qu’il ne connaissait pas. Au moment de se lever, une douleur fulgurante lui parcourut le corps et le cloua au lit. Un panneau coulissant et plusieurs personnes inconnues entrent dans la pièce. Elles parurent parler, mais Hattori ne les entendait guère, il fonda seulement en larme. Tout c’était passé si vite…

Suite à cela, Hattori entendit toute l’histoire quant à la venue de cette Hollow et l’apparition plus que rare d’une patrouille à Kusakishii. Les Shinigamis avaient suivi Fuku quand cette dernière sortie du bidonville, dans l’espoir de pouvoir trouver de nouvelle piste. Quelle fut leur surprise lorsqu’il tombèrent sur le Hollow en personne, mais il était déjà trop tard.
Rongée par le chagrin et la culpabilité d’être le seul encore vivant. Hattori ne trouva qu’un moyen pour se racheter : devenir plus fort. Car il n’y a qu' en étant fort que l’on peut se vanter de pouvoir protéger quelque chose.

A ce moment, les shinigamis présents lui proposèrent de venir tenter l’examen d’entrée à l'Académie Shin’õ, décelant en lui un potentiel au vu de sa survie face à ce hollow et de son besoin de s’alimenter. Bien qu’il ne les portaient pas dans son cœur, il ne put refuser leur invitation. S' il voulait devenir plus fort, Hattori n'avait pas d’autre moyen que de devenir lui-même un Shinigami.

___________________________________

Raiden Hattori | Vice-Capitaine de la Dixième division [FINISH] 4t57
___________________________________


Il passe l’examen d'entrée de justesse. Il n'eut pas de mal à passer les épreuves physiques, mais sa quasi incompétence à savoir utiliser son pouvoir spirituel avait failli lui coûter sa place. Néanmoins, il intégra l’académie Shin’õ se lançant dans sa nouvelle vie remplie d’appréhension envers ceux qui allaient devenir ses camarades.

Durant ses années d’études, il eut au début du mal à se faire à ce nouveau style de vie. Pendant des années il n’a vécu qu’au jour le jour et le voilà maintenant dans un endroit où il ne manquait de rien. changer ses à prioris envers les Shinigamis à été compliqué au début et il fut mis à l’écart, se mettant lui-même dans ce rôle d’exclu n’arrivant pas à s’intégrer. Néanmoins, il apprit à connaître ses camarades et à changer sa façon de penser petit à petit.
Le cursus était compliqué pour lui, mais il s’accrocha comme il put, gardant à l’esprit pourquoi il avait fait ce choix de devenir lui-même un Shinigami.
A la fin de ses études, il intégra la Dixième division des armés de la cour en tant que simple soldat.

Les saisons et les années se succédèrent, voyant avec elles évoluer Hattori. Il se plongea à fond dans son nouveau poste, gravissant les échelons petit à petit. Il n’était pas un prodige, mais faisait ce qu’il pouvait pour apporter sa contribution, gagnant par la même occasion le respect de ses pairs, même si leurs origines diffèrent. La seule chose n’ayant pas changé était son aversion envers les classes sociales trônant au sommet.

Il donna tout ce qu’il pu en arrière-plan durant les conflits récents ayant secoué Soul Society.
Que ce soit contre Aizen ou le Wandenreich, il y fut présent. Aidant à la protection des piliers à Karakura. Participant à la défense du Seireitei pendant la Guerre Sanglante Millénaire. Il eut l'occasion de se battre aux côtés des meilleurs, et aussi d’assister, souvent impussant, à leur disparition.

C’est au moment de la guerre contre les Datenshi que tout s'est accéléré pour Hattori. Il prend part au détachement envoyé au Hueco Mundo pour dénicher Kyõaku, mais fut blessé durant les combats, passant à un cheveu de ne jamais revoir le ciel de la Soul Society.
Une fois la guerre finie, il ne put s'empêcher de jurer contre son impuissance. Encore une fois, il n’a pas réussi à prêter main forte aux personnes qu’il respectait, malgré tous ses efforts.
Quelques jours après avoir pleuré les victimes de cette énième guerre, pour combler les pertes, il fut nommé Vice-Capitaine. Il accepta le poste, non sans peine envers ceux étant tombés pour la paix. A présent il se jura à lui ainsi qu'à tous ceux lui ayant permis de se tenir ici aujourd’hui, qu’il ferait tout pour être digne de porter cet insigne et de lui vouer corps et âme.

___________________________________


La pluie s'était arrêtée et le vent se calmait petit à petit. Le peintre sous le porche regarda son travail et esquissa un sourire. Une larme perla sur son visage, puis d'une voix nostalgique répondit à sa conscience :

- Je rembourserais ma dette un jour, je vous le promets...

Il rangea son chalet, sa toile et ses outils et prit la rue en direction du Seireitei. Une bourrasque souleva quelque peu les manches de son manteau, laissant apercevoir le bandeau réservé au Vice-Capitaine, celui-ci arborant la Narcisse représentant sa division.
Raiden Hattori | Vice-Capitaine de la Dixième division [FINISH] P-shini

HRP

Avatar :

Code:
D.Grey-Man → [i]Allen Walker[/i] est [b]Raiden Hattori[/b]

Comment avez-vous connu le forum : Topsites

Parrain : Aucun

Est-ce un double-compte ? Non



Dernière édition par Raiden Hattori le Dim 27 Nov 2022 - 13:57, édité 18 fois
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t738-raiden-hattori-vice-ca

Raiden Hattori

Revenir en haut Aller en bas


Kyūbū Reijiro

Données Spirituelles
Grade: Knight of Swords
Mer 23 Nov 2022 - 1:08 - Raiden Hattori | Vice-Capitaine de la Dixième division [FINISH]

Yo Hattori et Bienvenue sur BTC !

Je te souhaite bon courage avec la finalisation de ta fiche, si tu as des questions, tu peux les poser dans le bureau du Staff.

N'hésites pas à nous le signaler ici lorsque tu auras terminé.

_________________
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t1268-kyubu-reijiro-knight-

Kyūbū Reijiro

Revenir en haut Aller en bas


Raiden Hattori

Données Spirituelles
Grade: Vice Capitaine de la dixième division
Dim 27 Nov 2022 - 14:00 - Raiden Hattori | Vice-Capitaine de la Dixième division [FINISH]

Salut salut ! Petit message pour dire que ma présentation est terminée. Bonne lecture au correcteur.

_________________
Raiden Hattori | Vice-Capitaine de la Dixième division [FINISH] Vb2u
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t738-raiden-hattori-vice-ca

Raiden Hattori

Revenir en haut Aller en bas


Akashiya Recca

Données Spirituelles
Grade: Queen of Clubs
Dim 27 Nov 2022 - 18:56 - Raiden Hattori | Vice-Capitaine de la Dixième division [FINISH]

Hey Hattori !

J'ai le plaisir de te valider au grade de Vice Capitaine de la dixième division !

Ton rang attribué est celui d'adepte, ce qui te donne droit à 8 PC, 2 PB et 2300 Reiryoku à répartir librement dans ta FT. Tu disposes également de 1800 PV, sans parler les :
  • 4 techniques N1 ;
  • 3 techniques N2 ;
  • 1 technique N3 ;
  • 1 aptitude (N1).

Pour constituer ta fiche technique, je t'invite à relire plus avant le système de combat et suivre le modèle de FT dans ta zone de faction où tu pourras poster ton sujet. Je t'invite également à consulter les sujets propres à ta faction concernant l'organisation de cette dernière entre les joueurs. C'est aussi ici que seront postées les demandes d'inscriptions pour les diverses interventions ou missions.

Comme d'accoutumée, le bureau du Staff est à ta disposition en cas de question.

Je te souhaite à présent bon jeu sur BTC, au plaisir de te rencontrer en RP !

_________________
Raiden Hattori | Vice-Capitaine de la Dixième division [FINISH] Sl0s
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t325-akashiya-recca-ft

Akashiya Recca

Revenir en haut Aller en bas


 
   Permission de ce forum:

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum