Before Tomorrow Comes :: Mémoires oubliées :: Archives :: Présentations archivées


Damaris Gozen

Données Spirituelles
Grade: Âme
Dim 30 Oct 2022 - 23:03 - Damaris Gozen - Onis die Thrice

Damaris Gozen

RaceArrancar Vasto Lorde
Âge 787 ans


GradeEspada 10 / Las Manadas


Pouvoir

Minotauro


Damaris grandit d'un bon mètre de plus alors que son torse et ses jambes se recouvrent de plaques ressemblants à une armure d'ossements. Son Testsubo toujours en main gagne en taille pour suivre la forme globale. Viennent enfin s'ajouter de lourdes chaînes accrochées à ses jambes et ses avant bras, enroulées autour de ces derniers comme des pièces d'armures.

Les chaînes peuvent alors être manipulées pour bouger comme si elles avaient prit vie, s'accrochant aux guerriers qui ont piqué l'intérêt de Damaris. Les chaînes relient alors les deux adversaire, empêchant toute fuite et écrasant lentement leur cible, les obligeant à combattre Damaris jusqu'à la faire lâcher prise ou mourir en essayant.
Damaris Gozen - Onis die Thrice  P-hollow

Description

“Salut les copines. Alors ? On fait comment pour enlever le masque ?”

Elle est apparue de nul part quelque temps après le départ de Kyōaku. Une Vasto Lorde à l’air primal et violent. A peine arrivée à Las Manadas qu’elle traînait un pauvre type estropié derrière elle, qu’elle avait manifestement utilisé pour trouver le chemin. Même par les standards des Hollows, elle semblait sauvage et chaotique. On pourait croire au départ que cette femme est simplement enjouée et avenante, elle ne montre pas particulièrement d’agressivité ou de colère envers les personnes qu’elle rencontre. Cependant, elle n’a absolument pas besoin de ressentir la moindre animosité pour décider de se battre. Elle ne se bat pas par faim ou par haine, mais par plaisir, prendre des coups et en donner l’amuse purement et simplement. Plus qu’un jeu c’est là sa raison d’être.

Elle s’était présentée avec confiance, même quand elle avait accepté de se placer symboliquement sous les ordres de Grimmjow elle souriait comme si ce n’était qu’une formalité. C’est une fois qu’elle put enfin retirer son masque qu’elle marqua les esprits. Le cri de douleur était profond et sans l’ombre d’un doute réel, mais il évolua lentement en rire à mesure que la transformation avançait, drainée de ses forces mais heureuse de découvrir la nouvelle dimension que ce rituel lui ouvrait. Les arrancars présents pensaient qu’elle était simplement devenue folle à cause de la douleur. Pourtant elle s’était relevée le plus naturellement du monde, souriante, calme, se regardant sous tous les angles pour découvrir son nouveau corps, comme une enfant jetant un œil à son nouveau jouet.

Son masque ouvert ne laissant que deux cornes accrochées au-dessus de son front. En lieu et place du simple katana que la majorité des arrancars conservent, elle a choisi un tetsubo, arme aussi antique que brutale portée par les combattant les plus confiants en leurs prouesses physiques brutes. On peut facilement supposer que l’une des âmes qui la constitue utilisait cette arme de son vivant puisqu’à ses dires, elle aurait vécu à cette époque, on le voit également dans les vêtements qu’elle choisit de porter, clairement plus proches de cet âge que du moderne. De plus, même après avoir pris une apparence humaine, la guerrière reste massive, dépassant aisément les deux mètres, un autre trait conservé de l’âme d’origine d’après elle. Son visage garde pourtant des traits harmonieux rendant son sourire presque agréable et une lueur de malice dans le regard.

Si l’on y ajoute son aisance et son air avenant habituel, on pourrait presque s’y tromper et croire que la fréquenter ne représente pas particulièrement de danger. C’est en réalité un pile ou face, car quand bien même la barbare commence à peine à voir qu’il existe d’autres occupation que le meutre et la nourriture, il n’y a aucune garantie qu’elle ne change pas d’avis pour pratiquer l’un ou l’autre sur toute personne suffisamment proche. Le seul moyen de garantir une relation cordiale serait d’être assez fort pour la combattre jusqu’à ce qu’elle soit satisfaite, ou bien sûr de la vaincre, auquel cas elle passera simplement à autre chose, avec le même flegme que si elle venait de perdre aux cartes.

Son niveau d’intelligence est étrangement incohérent. Comme tous les Menos, elle a assimilé bien des esprits et étant donné ses connaissances et son parlé il est clair que beaucoup d’entre eux étaient cultivés et capable de réflexions complexes. Cependant son esprit dominant choisit sciemment de ne pas utiliser cette capacité de réflexion la majorité du temps. L’impression de beaucoup est donc d’avoir affaire à une parfaite idiote, pourtant c’est bien plus subtile que ça. Elle est capable d’un grand sens de la logique, cependant elle ne décide de l’utiliser que quand elle estime que cela en vaut la peine, assez rarement donc. Elle se contente de faire ce qui lui plait, sans réel sens des conséquences ou de la moralité, et ne commence à réfléchir que quand il est temps de se sortir des problèmes dans lesquels elle s’est fourrée.

Damaris Gozen - Onis die Thrice  P-hollow

Histoire

Extrait du journal de Saburo Yoritaka, chef de guerre au service du clan Minamoto,
Daté 4ème année de l’ère Juei (1185)
Archives du Musée Yūshūkan de Tokyo

Je ne suis pas homme à me laisser intimider par les rumeurs. L’expérience m’a appris que le chaos de la guerre est un vivier on ne peut plus fertile aux élucubrations les plus déraisonnables de l’esprit humain. Dans les yeux d’un survivant dépassé par les évènements, il n’y a plus grande différence entre un cheval le chargeant et un yokai monstrueux ou entre un homme en armure lourde et un oni colossal écrasant les crânes ennemis à mains nues. Aussi lorsque les soldats commencèrent à parler d’une oni parmi les rangs du clan Taiga. Une femme monstrueuse, grande comme deux hommes, portant un crane de buffle en guise de casque et détruisant les samourais par dizaines. J’en conclut simplement à une autre exagération, les femmes combattantes sont rares, mais pas inexistantes. Un général honteux d’avoir été vaincu par une femme aura simplement invoqué l’excuse du surnaturel pour sauver la face, ai-je alors pensé non sans amusement. J’étais pourtant sur le point d’être surpris car quelques jours plus tard, ça allait être à moi de faire face à cet être durant la prochaine grande bataille.

Nos soldats et ceux de l’armée ennemis avaient commencé les hostilités depuis maintenant une demi heure environ, c’était le moment de la bataille où les lignes commençaient à se briser et les percées se faisaient de plus en plus prononcées. Notre armée disposant d’un avantage numérique et tactique, il me semblait de plus en plus clair que nous prenions le dessus. Armé de mon katana, j’étais en seconde ligne, actuellement sur un promontoir, j’ai jugé être dans une position avantageuse pour prendre connaissance de la formation adverse et chercher un officier ou un porteur d’étendard à vaincre pour améliorer le moral des troupes. C’est là que je l’ai aperçu. Engoncée dans une armure lourde, un crâne cornu en guise de casque et armée d’un immense tetsubo, masse de métal cloutée ici aussi longue qu’un homme et peut être plus lourde, je distingue également quatre menottes liées à des chaînes brisées au niveau de ses poignets et chevilles, signes que même parmi son propre clan il avait été nécessaire de la restreindre. Chacun de ses coups brise armes, armures et les hommes qui se croyaient protégés par ces dernières. Soudain les rumeurs me semblent bien plus cohérentes, cette guerrière était physiquement plus proche des ogres bossus des légendes que d’une humaine. Elle brisait les lignes telle une lame chauffée que l’on enfonçait dans le beurre.

Cependant, la tactique semblait absente de son vocabulaire, je la voyais d’ici, s’enfoncer seule entre nos lignes alors même que ses alliés ne parvenaient pas à suivre, encore quelques instants et elle se retrouverait encerclée. Confiant que la voir tomber achèvera le moral ennemi sur tout ce flan, je rejoins la mêlée prêt à faire face à cette bête sans cervelle. L’idée m’avait paru bonne sur le moment jusqu’à ce que je me retrouve effectivement face à elle. Son armure fracturée, le sang coulait de ses muscles déformés et disproportionnés et pourtant elle ne pliait pas, un soldat parvint à enfoncer une lance à travers une faille dans sa cuirasse, droit dans le flanc, la lance resta enfoncée et le monstre se retourna en hurlant balayant le pauvre soldat et ses camarades. D’autres crurent voir là une opportunité et enfoncèrent à leur tour leurs armes dans le dos exposé de l’ennemi. Les lances pénétrèrent également, mais ne suffirent qu’à distraire la démone qui se retourna dans un nouveau balayage causant fracas et effusions de sang. Seulement à la fin de son angle, l’un des hommes attaqués parvint à saisir la masse, héroïquement, alors que les piques s’enfonçaient en lui, ses camarades se saisirent également de l’arme, empêchant la créature de la manier dans l’immédiat.

C’est là que je me suis élancé, convaincu d’avoir trouvé là l’ouverture. Je cours en m’appuyant sans hésiter sur les cadavres de mes soldats, dégainant ma lame. Son arme à elle n’est toujours pas dégagée, je saute, les lances enfoncées dans ses jambes et son tronc n’ont pas suffit alors je viserai le cou. Mon attaque n’atteint pas sa cible, je me trouve soudainement bloqué en plein saut, saisit à mon propre cou par une main couverte de sang : elle avait lâché son arme pour m’attraper. C’est là que j’ai croisé son regard pour la première fois, ce n’est que là que j’ai réellement été terrifié. Elle n’avait aucune chance de s’en sortir vivante, elle le savait forcément, dans ces cas-là il n’y a que deux types de regards que je me serais attendu à croiser. Soit la terreur de la mort, réaction la plus commune, soit la résignation froide mais sûre du samouraï prêt à mourir pour son maître. Mais alors que son corps était empalé et se vidait lentement mais sûrement de son sang, la seule émotion que son visage montrait était la joie, elle était simplement heureuse d’avoir réussi à me saisir, heureuse de pouvoir en tuer un de plus. Alors que je sentais les muscles mutants se tendre et resserrer la prise autour de ma gorge, mon regard se brouille, mais je ne sent pas le craquement final arriver, la prise se déssert et ma vision revient, un soldat était parvenu à faire entrer une dernière lance à travers le crâne de notre ennemi, arrivant enfin au bout de sa résilience surhumaine.

La créature s'effondre, relâchant enfin sa prise. Alors que les soldats crient victoire, je porte une main à ma gorge, encore douloureuse, elle était morte, mais pourtant une sensation de malaise me prit à ce moment. Même aujourd’hui, après la victoire finale du clan Minamoto je ne suis jamais parvenu à me débarrasser de ce frisson en repensant à cette scène, la mort de la chaire suffit-elle réellement à mettre un terme à une telle malice ? Je n’ai jamais été un homme inquiété par le surnaturel, mais aujourd’hui je me pose la question avec tout le sérieux du monde.


_______________________

Je me sens légère tout à coup. Il y a encore un instant j’étais sur le champ de bataille, on m’avait enfin laissé libre de me battre comme je l’ai toujours voulu ces dernières semaines, alors je m’en donnais à cœur joie, mais là je pense que j’ai perdu. Je n’ai même pas réussi à finir le dernier que j’avais attrapé, quel dommage. En y regardant mieux, je suis toujours sur le champ de bataille, mais il n’y a plus que des morts. Du coup je suppose que la bataille est terminée. Qu’est ce que je fous encore là du coup ? J’essaye de marcher un peu, cherchant un survivant de mon camp à qui demander ce qui se passe, ou au moins un survivant ennemi à combattre. Je finis par trouver quelqu’un : un ennemi, enfin, un de ces types un peu nulles qui cherche les survivants, il est occupé à retourner un général en armure, alors je pense qu’il ne m’a pas vue. Je vais au moins pouvoir m’amuser ! Je lui fonce dessus, en tentant de le saisir à la gorge, mais ma main passe au travers. Qu’est ce que c’est que cette connerie ?! Ma main ne fait pas ça normalement, en tout cas c’est bien la première fois !

J’essaye encore et encore de le saisir, mais rien, c’est comme si je n’étais pas là. Quelle frustration ! A quoi ça sert d’être toujours là si je ne peux plus me battre ? Je suis quoi là en fait ? Je jette un œil à mon corps, je ne porte plus l’armure qu’on m’avait fabriqué ou mes chaines au poignet, je suis libre du coup ? Non, j’ai toujours une chaîne, accrochée à ma poitrine. J’essaye de la saisir, mais elle ne m’attache à rien, elle traine juste là. Je tire un coup dessus, mais c’est douloureux, elle est bien accrochée, cette saleté. Alors quoi ? J’ai passé ma vie dans des caves, accrochée aux murs, à attendre encore et encore qu’on me laisse me battre et maintenant que ça arrive enfin c’est déjà fini ?! Je dois rester là à attendre je ne sais quoi ? Même le droit de profiter du champ de bataille n’est plus mien ? Non ! Je n’ai pas fini de profiter, hors de question ! Personne n’a le droit de me retenir !

Je saisis cette pénible chaîne, elle ne m’attache nulle part et pourtant, je sens que c’est elle qui me retient. Ignorant la douleur, je tire dessus, avec toute la force dont je dispose. Bordel, ce que ça fait mal, mais je m’en fout, je sens que ça lâche, je sens qu’une fois cette dernière limite arrachée je pourrai m’en donner à coeur joie. Les maillons se désagrègent sous mes doigts, la base commence à s’arracher, je tire un dernier coup sec de toutes mes forces. Et enfin ! Je sens quelque chose de finalement libre, tous mes désirs de bataille, toute la violence que je n’ai jamais pu mettre en place, je la sens entourer mon visage, se manifester physiquement autour de mon corps, former un masque, un nouveau corps. Pas un minable spectre impuissant attendant de disparaître, quelque chose de bien plus amusant. Ma colère, ma force, je les sens revenir. Je regarde autour de moi, d’autres spectres commencent à apparaître et me regardent avec terreur. Voilà qui est beaucoup mieux.

J’ai faim.

Et on dirait que le repas est servi.

_______________________
Extrait du rapport Munenori Akuro
8ème siège de la 9ème division
2ème année de l’ère Koan (1281)

Je ne suis pas homme à rejeter mes responsabilités, j’espère l’avoir prouvé lors de mes précédentes missions et faits d’armes. Lorsque j’ai été chargé avec beaucoup d’autres shinigamis de superviser la purification des âmes durant les invasions mongoles sur le Japon j’étais conscient de l’ampleur de la tâche. Après tout, une guerre est d’une part un vivier à frustrations et désirs de revanche, mais aussi une réserve sans fin d’âmes à dévorer, probablement l’environnement le plus propice à l’apparition de Hollows en masse. Nous étions conscients du risque et un nombre de shinigamis ont donc été déployés sur les lieux de batailles les plus probables en conséquence. Pourtant nous avions enregistré un nombre anormal de pertes durant les grandes batailles de ces dernières années. Voilà pourquoi ma troupe était plus nombreuse qu’à l’accoutumé pour garder une simple île. Si j’écris ce rapport c’est donc pour vous parler de l’incident de Tsushima, île dont j’avais la garde accompagné de plusieurs shinigamis de rangs inférieurs.

La bataille fut particulièrement lourde en pertes humaines, et de manière que l’on pourrait qualifier de humiliante pour les japonais, ce qui mena comme nous le craignons à l’apparition de nombreuses âmes en peine qui devinrent des hollows avant que nous n’eûmes le temps de procéder à suffisamment de rituels. Jusque là la situation restait tout de même sous contrôle, des Hollows à peine nés n’étaient en aucun cas une menace que notre troupe ne pouvait gérer. Le nœud du problème vint quelques instants plus tard, alors que pour les humains la bataille arrivait à son terme, ce qui nous laissait davantage de marge de manœuvre, un autre Hollows apparu, arrivé directement depuis le Hueco Mundo, la créature tomba au milieu du champ de bataille. J’entendis alors un rire quand le monstre se saisit de la première âme à sa portée pour la dévorer. Immédiatement, je compris que celui-ci disposait encore de sa conscience, le plaçant à un niveau de menace au-dessus des autres présents.

Le monstre était une sorte de vache marchant sur deux pattes, son masque cornu n’était pas aussi menaçant que l’immense masse à pointe qui remplaçait son bras droit. Il mesurait au moins six mètres de haut, rien d’incroyable pour un Hollow, mais c’était ses mouvements qui le différenciaient des autres de sa stature. Je le comprit au moment où le plus proche de mes hommes tenta de la frapper de son sabre, la créature l’entendit arriver et esquiva, pas un immense bond en arrière paniqué, mais un pas rapide la plaçant tout juste en dehors de la portée du sabre de mon soldat. Ainsi elle put sans aucune difficulté contre attaquer. L’immense masse vola donc en direction du soldat emporté par son élan, le brisant sans difficulté. Alors qu’elle ramassait le corps aux membres déboités du Shinigami et ouvrit sa bouche pour s’en nourrir nous nous jetâmes à notre tour dans la bataille.

Les coups échangés étaient violents, mais ne trompaient pas, cette créature avait l’expérience de la guerre en elle, plus que tous les Hollows maladroits nés de soldats morts. C’est sans doute ce Hollow le responsable de la disparition de mes collègues lors des batailles précédentes. Les rumeurs parlaient d’un Warrior Hunter, un Hollow intelligent actif depuis la guerre de Genpei et apparaissant sur les champs de bataille pour chasser les esprits de soldats et les shinigamis, mais son existence n’avait jamais été prouvée jusqu’alors. C’est pourtant ce Hollow que j’ai vu massacrer ma troupe. Je compris alors que si je mourrais ici, l’information n’arriverait pas non plus aux supérieurs, et ce Hollow continuerait son œuvre. Voilà pourquoi après avoir compris la différence entre nos niveaux j’ai choisi de battre en retraite. Alors que le monstre se nourrissait de mes camarades, tout ce que j’entendis était.

“Encore…faim…”

Je comprendrais d’être puni pour ma lâcheté, mais je vous supplie de prendre ces informations au sérieux. Ce Hollow s’est déjà nourri de shinigamis et d’un grand nombre d’âmes humaines, si rien n’est fait son niveau de menace passera au rang supérieur tôt ou tard.



_______________________


Depuis quelque temps j’ai l’impression de manger du sable, qu’est ce qui se passe ? Après avoir obtenu ce corps, dévorer les âmes des guerriers tombés au combat me nourrissait, mais à présent il me faut en manger des quantités faramineuses pour ressentir quelque chose. Ça ne me suffit plus, il me faut quelque chose de plus fort. Fort heureusement, j’ai commencé à trouver mon bonheur quand ces esprits armés de katanas ont commencé à apparaître. Ils étaient délicieux, bien plus amusants à chasser et ils avaient une vraie consistance sous la dent. Chaque combat avec eux était un vrai plaisir, mais ça n’arrivait plus assez souvent pour me satisfaire. Par chance, la situation allait changer de manière drastique quand d’autres Hollows sont un jour venus me voir et m’ont proposé une solution.

Enfin plus spécifiquement, ils venaient se venger car je les avais transformé en mordant leurs âmes sans les finir, mais c’est un détail. Le point important c’est qu’après qu’ils m’aient attaqué et que je me sois donc défendue, je les ai tous bouffés jusqu’au dernier. Et c’était bien plus satisfaisant que de dévorer une centaine de simples humains ! La situation évolua alors qu’attirés par la bataille d’autres Hollows se joignent à la fête. Comme si la violence pure qui se dégageait de la confrontation les réunissaient d’instinct. J’étais trop occupée à profiter du combat pour compter combien exactement étaient entrés dans la danse, de toutes manières d'autres arrivèrent ensuite, et encore et encore…

Je ne sais pas exactement ce qui s’est passé ensuite, on s’est accumulé tous ensemble comme un tas de soldats à la fin d’une bataille, et quelque chose est arrivé. Nous étions tous ensemble, la même chose, une seule entitée. Pendant quelque temps, des jours ? des années ? Nous ne savions pas trop, mais il n’y avait plus de “Je”. Nous étions bien plus forts, mais c’était tout ? Juste un gros tas d’énergie sans but, c’était ce que nous étions. Non ! Je refuse, hors de question que mon désir pur et absolu de bataille se fasse écraser par la masse de désirs médiocres et peu assurés du reste de nous. Mon désir arriva jusqu’à nous, et un jour je parvint à nous faire mordre un autre amalgame de Hollows, puis un autre, et encore un autre et encore un autre ! Plus nous nous battions et plus mon ego dominait sur ceux des autres. Combattre, dévorer, prendre, survivre, toutes ces âmes qui avaient connu la douceur et la paix à un moment partaient avec un handicap comparé à moi quant il s'agissait de s’abandonner totalement à notre instinct de tueurs.

Finalement, je me suis réveillée de toute cette confusion quand le stade d’évolution suivant a été atteint. Je ne suis plus totalement cette femme morte sur un champ de bataille quelques siècles plus tôt, mon intelligence ou plutôt mon esprit s’est nourrit des pensées de bien d’autres. Cependant, il est clair que c’est l’ego de celle qu’ils considéraient comme un rebus de la société qui a dominé dans la formation de mon être. Cela me fait ricaner, tout leur savoir, toute leur subtilité, leur fierté, leurs doutes, tout s’est fait écraser par le désir pur et primal d’une femme au corps malformé. Bref, il est grand temps de me remettre en route, mon état actuel est sympa mais…j’ai encore faim.

_______________________

Rapport de réunion du Gotei 13
18 Juin de la 25ème année de l’ère Ôei (1419)

La réunion d’aujourd’hui n’avait qu’un sujet d’importance : l’apparition d’un Vasto Lorde dans le monde des humains. Une créature autrefois reporté comme le Warrior Hunter, un hollow nommé et vieux de plusieurs centaines d’années qui aurait évolué durant les deux derniers siècles sans être apparu dans le monde des humains. Le noeud du problème ici est qu’il est extrêmement rare qu’un Vasto lorde ne prenne la peine de se rendre dans le monde des humains étant donné qu’ils préfèrent se nourrir d’autres Hollows, mais d’après les rapports celui-ci prendrait un plaisir tout particulier à se nourrir d’âmes de combattants.

La créature est apparue à nouveau lors de plusieurs conflits mineurs entre humains depuis une année et les shinigamis présents dans les régions étaient loin de faire le poids. Elle ne restait jamais assez longtemps pour qu’une force de frappe suffisante ne puisse venir en renfort à temps, rendant la situation particulièrement délicate. Le problème fut donc amené à l’attention des capitaines. Des solutions drastiques furent proposées comme déployer des hauts gradés dans chaque régions, mais l’amplitude des ressources nécessaires simplement pour un unique Hollow fit grincer des dents. C’est alors que l’un des capitaines proposa une solution qui mit tout le monde d’accord.

Le Capitaine Kyōaku après s’être quelque peu intéressé à la question, offrit d’en prendre la responsabilité. Ses recherches rapides lui avaient permis de savoir où le prochain conflit majeur entre humains aurait lieu. Il n’aurait qu’à attendre que la bataille y commence et que Warrior Hunter s’y présente pour l’éliminer. L’idée fut rapidement acceptée, si le capitaine était confiant en sa capacité de régler le problème, il n’y avait aucune raison de s’y opposer. Si il réussissait c’était un incident réglé à moindre coût de déploiement, si il échouait alors ce serait purement sa responsabilité. Et de toute manière aucun autre capitaine ne doutait de ses chances de réussite. Le lendemain, le capitaine se rendit alors au-dessus de la mer dans le monde des humains, lieu qu’il avait estimé optimal.



_______________________

Je ne sais pas exactement depuis combien d’années je suis devenue un Hollow, j’ai probablement dépassé les deux siècles à vue de nez. Pourtant jusque-là, j’ai eu beau écraser toujours plus de combattants, qu’ils soient humains, Hollows, ou shinigamis, je n’ai jamais eu le sentiment de m’en prendre à trop fort pour moi. Même lors de la mort de celle qui est devenue le cœur de mon être, je n’ai pas le sentiment qu’elle ait été vaincue par un seul adversaire supérieur. Ce sentiment de défaite cuisante m’était inconnu jusqu’à ce jour.

A force, je commençais à savoir d’instincts quand les humains allaient s’entretuer, il suffisait d’observer un peu, de les voirs de rassembler dans deux groupes aux couleurs différentes et commencer par des petites batailles créant quelques morts dont l’odeur nous attire avant d'enchaîner avec de plus grandes batailles créant un véritable buffet. Bien sûr je n’ai plus besoin de manger, du moins je n’en ressens pas autant le besoin qu’avant, mais j’ai toujours fait ça d’avantage par passion que par besoin, il faut bien s’occuper. Je veux dire, un généreux buffet composée d’une armée de guignoles, suivit d’une mêlée générale en règle contre les autres Hollows, avec en bonus une bonne bagarre digestive contre ces shinigamis qui apparaissent de plus en plus souvent, qui dirait non à une activité aussi divertissante ?

Je ne me souviens pas de tous les détails malheureusement, je suppose que mourir affecte quelque peu la mémoire à court terme. Je sais que je suis arrivée au-dessus de la bataille maritime, et que j’attendais qu’il y ait suffisamment de morts pour commencer à manger quand j’eu un mauvais pressentiment. C'est par là que ma mémoire me fait réellement défaut. Je me suis battue contre quelqu'un, ça j'en suis sûre, mais pour ce qui est des détails du combat, je ne saurais pas dire. Il n'y a que deux choses dont je suis absolument certaine au sujet de ce dernier affrontement, c'est que j'ai perdu et que j'ai adoré ça.

Le plaisir absolu de faire face à un adversaire surpuissant est ancré au plus profond de mon âme quand bien même je n'arrive pas à me remémorer le moindre coup échangé ce jour là, ou le visage de ce monstre de puissance qui m'a servit d'adversaire. Je suis au moins rassurée d'être encore morte comme j'ai vécu : en me battant jusqu'au bout.

Pourtant, encore une fois, je me suis réveillée dans le désert du Hueco Mundo, toujours en vie.


_______________________
D’une certaine manière, j’étais déjà morte et revenue une fois, on peut donc considérer que je connais la procédure. Je regarde autour de moi et reconnaît vaguement le paysage, il faut dire qu’en général le Hueco Mundo ne change pas trop. du sable, du sable, quelques structures paumées, mais rien de bien folichon. Quoi que, les énormes pics de roches au loin, c’est nouveau ça je crois ? Qu’est ce que c’est que ces conneries encore…le vieux Barragan a voulu se faire un autre palais ?

En tout cas, je me sens à peu près aussi en forme que si mon corps avait été découpé en rondelles et reconstruit à la main, ce qui est rarement un signe de bonne santé, mais il va bien falloir faire avec. Avec la sale impression que lever un de mes membres me demanderait la même énergie que de soulever l’une de ses montagnes au loin, je décide que ça peut attendre et prend quelques heures pour remettre mes idées en place. Enfin c’était le projet, mais ça s’est rapidement transformé en sieste. Une sieste qui aurait pu se poursuivre bien plus longtemps si deux abrutis bruyants n’avaient pas décidé de s’intéresser à mon cas. Je vous jure, de nos jours on ne peut plus dormir tranquille…pas que je sache quel jour on est…ou quelle année en fait ? Il est peut être temps que je me tienne au courant…

Bon ben, du coup la visite des deux comiques dont les bruits de pas s’approchent tombe plutôt bien finalement. D’un grand mouvement de balancier, je me redresse et me retrouve en face de deux humains habillés en blanc ? Qu’est ce que c’est que ce bordel ? Les shinigamis se baladent dans le Hueco Mundo maintenant ? Attends, ils ont des morceaux de masques…ça veut sûrement dire quelque chose. Pff, inutile de me casser la tête, autant demander. Il y a donc deux types à l’air humain, un maigrichon barbu, vaguement penché en avant comme s'il ne savait pas se tenir droit et un plus grand au crâne rasé qui se tient en retrait. Les deux types étaient en train de s’aligner devant moi dans une position qu’ils estiment sûrement intimidante quand je décide de couper la parole au maigrichon.

“Eh ben alors ma grande, on est pe-”

“Hey, vous êtes quoi tous les deux ? Les Hollows se déguisent en shinigamis maintenant ou c’est l’inverse ?”

“De quoi ? Tu débarques d’où ?! On est des arrancars !”


“Des quoi ?”

Notre échange au tac au tac fut alors interrompu par un rire confiant partagé par les deux types. Un peu confuse, j’utilise mon bras-masse pour me gratter le coin du masque. Prenant ce geste comme un signe de faiblesse, la confiance des deux arran-trucs se décuple. Et je reconnais sans difficulté le changement de posture habituel d'humanoïdes qui se préparent à charger. Je hausse les épaules.

“Ah bah, si vous vouliez régler ça comme ça, fallait le dire tout de suite.”

“Tu vas voir, t’es la cible parfaite pour tester nos nouveaux pouvoirs !”

Deux grosses minutes plus tard.

Il semble bien que ces types sont un mélange de shinigamis et d’Hollows, j’en suis même sûre maintenant. Simplement par leur apparence j’avais un doute, mais maintenant que j’ai pu goûter je suis sûre de distinctement reconnaître le mélange des deux saveurs. Particulièrement goûteuse comme combinaison d’ailleurs, fondante sous la langue et pleine d’énergie. Un met novateur et original.

“Aaargh, lâche moi ! Putain, ça fait mal !”

Par contre, la deuxième proie que je gardais au sol avec mon pied sur la gorge commençait à devenir pénible. Il faut bien que je le garde en vie si je veux récupérer des informations sur tout ce bazar, mais ses pleurnicheries sont en train de me ruiner mon casse-croûte. Après avoir terminé de savourer ma bouchée, je lui réponds.

“Arrête de beugler un peu, il va repousser ton bras.”

“Non ! J’ai abandonné ma régénération pour devenir plus fort !”

“...rétrospectivement pas un choix très malin.”

J’appuie ensuite un peu plus fort sur mon pied pour lui couper le souffle alors que je termine son ami. Même si j’aurais préféré le savourer tranquillement j’essaye de me dépêcher, il ne manquerait plus que l’autre tâche passe l’arme à gauche avant que je ne termine. C’est donc en mâchant ma dernière bouchée que je lui demande :

“Et donch chai quoi ché mongaches, ché quoi un arrancarch et on est quand d’ailleurch ?”


D’accord, rétrospectivement j’aurais probablement dû avaler ma dernière bouchée et ensuite demander, mais c’est pas le sujet. Ce qui importe ici, c’est que j’ai enfin pu comprendre ce qui se passait, apparemment j’ai disparu pendant bien longtemps et encore on part sur un euphémisme si on se contente de “longtemps”. Pourtant plus les choses changes plus elles restent les mêmes on dirait, puisque c’est un type nommé Kyōaku qui a apparemment foutu la merde en dernier. Un nom qui sonne étrangement nostalgique à mes oreilles, j'ai cru comprendre qu'il avait vécu à la même époque que moi, un shinigami l'avait peut être mentionné. Dans tous les cas, mon instinct me dit que si je cherche un autre combat pour me faire ressentir la même chose qu'avant ma dernière mort, ce n'est pas en rejoignant les raisonnables ou les pacifistes que j'y parviendrai.

Quelques heures plus tard je débarque chez le seul groupe qui m’inspire dans toute cette histoire, celui qui n’a pas voulu s’écraser devant Kyōaku. Si j'en crois les propos de mon guide ils auraient une culture a laquelle je n'aurais pas trop de mal à m'intégrer, et ils peuvent m'en apprendre bien plus sur cet histoire d'arrancars.

“Salut les copines. Alors ? On fait comment pour enlever le masque ?”

_______________________


Je suis couchée sur un joli pic rocheux isolé que j’ai trouvé il y a quelques semaines. Le coin est parfait pour de petites siestes quand je m’ennuie un peu trop. Une bonne baston c’est toujours mieux mais bon, je ne sais pas si c’est ce nouveau corps ou parce que manger avec cette bouche minuscule est clairement moins pratique, mais écraser des faibles à la chaîne est devenu bien moins amusant depuis ma résurrection. Peut être que c’est simplement après avoir goûté à un vrai combat contre plus fort que moi que les affrontement moins stimulants me paraissent fades. En tout cas, faute de mieux à faire, je me repose ici, c’est moins ennuyeux que je l’aurais cru, ça fait même du bien. Je peux rester seule avec mes pensées, relativiser, réfléchir à ce qui m’attend, comme le tournoi des Espada, gros évènement en perspective ! J’ai hâte de pouvoir enfin croiser les plus grands arrancars de cette génération et d’échanger des mandales avec eux. D’ailleurs ça ne devrait plus tarder normalement, je suis partie me balader dans mon coin et me reposer ici depuis quoi ? Deux semaines environ. Du coup le tournoi…est aujourd’hui.

“OH PUTAIN !”

Je bondis, m’écrase dans le sable en contrebas et commence à courir. Merde merde merde, je vais rater l’occasion de me battre ! Je cours aussi vite que je peux, mais je ne suis même pas sûre de la direction, ils sont marrant aussi tout est un désert ici comment je me repère ?! Ah oui c’est vrai la nouvelle montagne ! Je fonce en direction des piques. Si je me magne je peux peut être encore arriver à l’heure.

Un nombre d’heures indéterminé plus tard je finis par atterrir à côté d’un groupe d’arrancars qui semblent rassemblés pour organiser quelque chose. J’ai déjà tabassé trois groupes similaires en chemins qui n’avaient apparemment rien à voir, mais je le sens bien ce coup-ci. Je m’écrase donc juste à côté de l’arrancar qui semblait sur le point de quitter ce qui ressemble à une arène.

Lui et les autres arrancars parlèrent pendant un moment interminable, mais comme ils ne faisaient que pleurnicher sur le fait que ce n'est pas normal de faire attendre tout le monde aussi longtemps pour un évènement aussi important..Blablabla, peu importe. J’ai perdu patience et vaincu mon adversaire en lui fonçant dessus pendant qu’il continuait de râler en direction de ce qui servait d’arbitre. Apparemment il était toujours sur le terrain donc ça compte. De toute façon, il ne peut pas être bien fort si il se fait avoir par ça. Ensuite un long processus aussi inutile qu’ennuyeux, menant à moult discussions dont je n’ai aucune envie de parler fut mis en place. Alors je vais utiliser mon joker narratif : une chose en entraînant une autre je me suis retrouvée 10ème Espada. Un siège parfait puisqu’il me donne une excuse pour défier n’importe quel autre siège en duel pour obtenir son poste quand j’en aurais envie. Quel fun, j’ai hâte de commencer.

Damaris Gozen - Onis die Thrice  P-hollow

HRP

Avatar :

Code:
One Piece → [i]Yamato[/i] est [b]Damaris Ozen[/b]

Comment avez-vous connu le forum : Topsites
Parrain : nope
Est-ce un double-compte ? nope²



Dernière édition par Damaris Gozen le Mar 29 Nov 2022 - 13:56, édité 15 fois

Damaris Gozen

Revenir en haut Aller en bas


Serizawa Miyu

Données Spirituelles
Grade: Six of Cups
Dim 30 Oct 2022 - 23:08 - Damaris Gozen - Onis die Thrice

Bienvenue sur BTC Gozen (même si on s'est déjà vus sur Discord) ! Un correcteur se chargera de passer sur ta fiche lorsque tu signaleras sa finalisation. Si tu as des questions, n'hésites pas à les poser dans le bureau du Staff.

Bon courage pour ta phase de rédaction !

_________________
Damaris Gozen - Onis die Thrice  Miyu-s20
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t557-serizawa-miyu

Serizawa Miyu

Revenir en haut Aller en bas


Kuchiki Haruka

Données Spirituelles
Grade: Capitaine de la Sixième Division
Mer 9 Nov 2022 - 7:58 - Damaris Gozen - Onis die Thrice

Bonjour !

Cette présentation est-elle encore d'actualité ? As-tu besoin d'un quelconque coup de main ?

Nous restons à ta disposition si nécessaire.

_________________
Damaris Gozen - Onis die Thrice  EEHHKP5

Kuchiki Haruka

Revenir en haut Aller en bas


Damaris Gozen

Données Spirituelles
Grade: Âme
Mer 9 Nov 2022 - 12:43 - Damaris Gozen - Onis die Thrice

Elle l'est.
J'avance doucement sur google doc.

Je vais mettre le texte actuelle histoire qu'elle ait l'air moins vide.

Damaris Gozen

Revenir en haut Aller en bas


Kuchiki Haruka

Données Spirituelles
Grade: Capitaine de la Sixième Division
Dim 20 Nov 2022 - 7:49 - Damaris Gozen - Onis die Thrice

Merci !

N'hésite pas à nous tenir au courant de ton avancée, bon courage pour en venir à bout !

_________________
Damaris Gozen - Onis die Thrice  EEHHKP5

Kuchiki Haruka

Revenir en haut Aller en bas


Damaris Gozen

Données Spirituelles
Grade: Âme
Mar 29 Nov 2022 - 1:11 - Damaris Gozen - Onis die Thrice

Bon, ça traine depuis bien trop longtemps.
Je pense que ça devrait aller comme ça, merci pour votre patience et bonne lecture.

Damaris Gozen

Revenir en haut Aller en bas


Kuchiki Haruka

Données Spirituelles
Grade: Capitaine de la Sixième Division
Mar 29 Nov 2022 - 13:09 - Damaris Gozen - Onis die Thrice

Bonjour !

Il y a un petit détail qui coince au niveau de ton histoire :

les Revenants sont habités d'un sentiment étrange : ils savent qu'ils sont morts, mais ignorent comment. Ils ont été ramenés à partir d'un souvenir avant leur décès, ils ne sauraient alors en connaître les détails. Les derniers souvenirs sont d'ailleurs forcément flous, comme baignés d'une lumière trop vive.

Il n'est donc pas possible que tu te souviennes d'avoir été abattue par Kyōaku (ce que laisse entendre ta narration au passé, qui impliquerait que tu le relates « après coup »).

Je t'invite donc à modifier ou enlever ce passage pour que ça colle.

Merci de ta compréhension !

_________________
Damaris Gozen - Onis die Thrice  EEHHKP5

Kuchiki Haruka

Revenir en haut Aller en bas


Damaris Gozen

Données Spirituelles
Grade: Âme
Mar 29 Nov 2022 - 13:14 - Damaris Gozen - Onis die Thrice

Je vois effectivement, il s'est passé de trop de temps entre ma lecture du lore et l'écriture de ce passage. Je me suis souvenu que ça devait être flou, mais pas à ce point, mon erreur.

Bon je vais essayer de réécrire ce passage de manière à ce que ça colle et modifier les mentions qui y sont faites par la suite dès que possible.

Merci pour le passage.

EDIT : J'ai tenté de rendre ça plus floue en gardant en partie la narration, si c'est trop léger comme changement n'hésite pas à me le signaler.

Damaris Gozen

Revenir en haut Aller en bas


Kuchiki Haruka

Données Spirituelles
Grade: Capitaine de la Sixième Division
Mer 30 Nov 2022 - 20:12 - Damaris Gozen - Onis die Thrice

C'est bien comme ça, merci !

J'ai le plaisir de te valider au grade de Decima Espada !

Ton rang attribué est celui d'adepte, ce qui te donne droit à 8 PC, 2 PB et 2300 Reiryoku à répartir librement dans ta FT. Tu disposes également de 1800 PV, sans parler les :
  • 4 techniques N1 ;
  • 3 techniques N2 ;
  • 1 technique N3 ;
  • 1 aptitude (N1).

Pour constituer ta fiche technique, je t'invite à relire plus avant le système de combat et suivre le modèle de FT dans ta zone de faction où tu pourras poster ton sujet. Je t'invite également à consulter les sujets propres à ta faction concernant l'organisation de cette dernière entre les joueurs. C'est aussi ici que seront postées les demandes d'inscriptions pour les diverses interventions ou missions.

Comme d'accoutumée, le bureau du Staff est à ta disposition en cas de question.

Je te souhaite à présent bon jeu sur BTC, au plaisir de te rencontrer en RP !

_________________
Damaris Gozen - Onis die Thrice  EEHHKP5

Kuchiki Haruka

Revenir en haut Aller en bas


 
   Permission de ce forum:

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum