Before Tomorrow Comes :: Bienvenue sur BTC :: Communauté :: Présentations


Yōkai

Données Spirituelles
Grade: Mille-Visages
Jeu 14 Sep 2023 - 18:09 - Yōkai 2 : Electric Boogaloo [Terminé]

Yokai

Race Votre race
Vieux Votre âge


Monde Hueco Mundo/Terre majoritairement


Pouvoir

Il peut manifester dans leur esprit ce qu'il veut que les gens voient, entendent, sentent, goûtent. Son domaine est celui des illusions mentales d'envergure et intensité variée. Tantôt, un simple changement d'apparence pour se donner des airs avenants, ou alors monstrueux, tantôt l'environnement qui change pour correspondre à ses desseins. Quand ses illusions prennent une dimension offensive, les blessures grignotent l'esprit et l'énergie plutôt que le corps : la lame fantôme leur donneront la douleur et leur prendront de leur force, mais n'ouvrira pas de plaie ailleurs que dans leur esprit.

Puisqu'il agit sur l'esprit, son pouvoir ne manifeste en fait rien dans le monde. En ça, les divers caméras et autres outils qui enregistrent ce que les cinq sens peuvent percevoir ne sont pas affectés.
Yōkai 2 : Electric Boogaloo [Terminé] P-autre

Description

D'aussi loin qu'il s'en souvienne, il n'a jamais eu de visage.

Ou pour être précis, son masque était essentiellement une surface plane, sans caractéristique, sans rien. Pas une identité marquée par des motifs, une forme, quoique ce soit. Même sa forme n'a jamais été qu'une longue silhouette longiligne, Alien, masculine. Lointaine l'époque où il se tenait sur quatre pattes, et il ne garde de cette incarnation plus bestiale que ses doigts allongés en griffes acérées. Les contours d'une mâchoire bien définie et le dessin d'une paire d'oreilles sont peut-être les seuls caractéristiques à souligner, ce quelque chose qui lui donne des airs d'homme sans visage. Il est grand, culminant approximativement aux deux mètres. À l'oeil, il semble fait d'argile, il se tient droit, il a ce quelque chose dans sa présence... Étrange, donc étranger. Même parmi les Hollows, il incarne quelque chose d'inhabituel. Il garde au final bien peu de cette part animal pour renvoyer une impression presque extra-terrestre dans son aura. Sans bouche ni voix, il communique par le biais de son pouvoir : directement dans l'esprit de ses interlocuteurs. Selon ses humeurs et désirs, sa voix changera, tantôt calme et posée, tantôt symphonie de plusieurs d'entre elles clamant le même discours d'une même voix.

Il incarne cet aspect Alien, sans visage jusqu'au bout de sa psyché. Depuis toujours, il reconnaît son absence de faciès, d'un masque typique, et il entretient un rapport complexe avec cet état de fait. Crise identitaire, ou alors liberté totale ? Dés qu'il a su penser, alors il a su questionner, douter, et surtout douter de soi. Jadis torturé, il a trouvé l'exutoire de ses angoisses en embrassant pleinement qui il est : personne, et tout le monde à la fois. Son pouvoir lui permet de prendre l'apparence qu'il veut aux yeux des gens qu'il côtoie, et au finir de tout, l'apparence n'est que ça : le regard des autres., « les autres » incluant le miroir. En ça, sa personnalité est volatile : il tend à incarner à plus ou moindre intensité les identités qu'il copie ou créé, de quoi lui donner une dimension particulièrement imprévisible. La même personne rencontrée sous deux différents masques pourra se faire une opinion totalement différente des deux identités distinctes, sans même savoir avoir à faire à la même entité. Pourtant, tout polymorphe physique ET social qu'il soit, il y a des choses qui restent, qui ne changent pas, qui définissent qui il est.

Il est un chasseur. Son pouvoir et sa façon de s'en servir dans ses jeunes années étaient tournés vers une seule et unique nécessité vitale : la chasse. Chasser pour dévorer, dévorer pour évoluer, et finalement pour ne pas régresser. Chasser des Hollows, des âmes... Chasser, pourvu que sa pitance y soit. Or, avec l'évolution est venu l'intellect, et avec le temps est venu l'ennui. C'est là l'origine de ce qu'est devenu sa lubie : son pouvoir ne devrait pas servir qu'à chasser, mais aussi à jouer, conter, créer. La chasse devenue un sport en plus d'un besoin, il a développé le goût de tromper, apeurer, marquer... Laisser son empreinte, finalement.

En ça, il est vaniteux. Il aime l'attention des humains, il aime être le monstre sous le lit ou l'esprit protecteur du village. Plus d'une fois il s'est amusé à entretenir de petits cultes ça et là, pour n'y retirer finalement que la vénération et la facilité de vie d'un maître parmi ses ouailles. Il s'est aussi amusé à terroriser quelques victimes favorites, des gens dont il a décidé qu'ils méritaient son attention particulière selon les critères d'un jugement moral bien personnel... Tout ça souvent sur l'instant, sur l'impulsion, comme un coup de tête : un autre trait qui le rend imprévisible.

Perfectionniste, calculateur et fourbe, tout ça finalement au service de desseins bien vains et égoïstes : son amusement, sa sustenance, sa survie. Néamoins... Le contact avec les humains a déteint sur lui avec le temps. Son sport favori le soumettant à un contact régulier avec les hommes – plus qu'un hollow banal -, il a fini par développer une relation complexe avec la race, et parfois les individus. Capable du pire, et pourtant, pas incapable de bienveillance, ceux qui ont su attirer son intérêt ou parler à son âme se sont retrouvés des deux côtés du tableau... L'un ou l'autre, ou parfois, les deux pour la même personne.

Au sommet de l'évolution Hollow, il n'a cependant pas fini d'évoluer en tant qu'individu. « Pas au sommet de l'évolution », diraient certains... L'on parlerait d'un masque à arracher. Mais il a peur. Il n'aime pas. Arracher le masque, ça voudrait dire avoir un visage, et ça voudrait dire sceller son pouvoir.

S'il peut être ce qu'il veut, qui il veut, c'est d'abord parce qu'il n'est rien. C'est d'abord grâce à ce pouvoir qui fait partie de lui.[/b]
Yōkai 2 : Electric Boogaloo [Terminé] P-autre

Histoire

Ils ont peur de ce qu'ils ne comprennent pas, de ce qui se cache au coin de leur regard, de ce qui est différent. Ils ont peur de ce que la logique n'explique pas, peur de l'Autre, et paradoxalement souvent, peur d'eux-mêmes. Depuis toujours ils ont peur, et ils auront toujours peur. Ils érigent leurs angoisses comme des divinités à ne pas courroucer, des esprits mauvais que l'on chasse, ou que l'on prie, des concepts abstraits qui attendent au fond de leur esprit, prêts à prendre le contrôle à la moindre faiblesse.

Comme ce sens de panique irrationnel qui les prend quand ils avancent seul dans les couloirs sombres de leur maison, la nuit.
Comme cette angoisse qui tord l'estomac, quand les minutes passent avant un rassemblement, un discours, un examen, une rencontre.
Comme cette peur de l'invisible : ces créatures dans les livres et légendes qu'ils n'ont jamais vu, mais qu'ils craignent quand même.

Ils ont peur. C'est l'une de rares constantes chez tous les « Ils ». Et c'est si grisant, d'être l'ombre dans leur maison, le visage qu'ils redoutent, la créature qui règne sur leurs angoisses.

Il ne saurait dire depuis combien de temps il chasse. Il est vieux, ça il peut vous le dire, mais il ne compte pas. Il se rappelle d'une époque où les soldats étaient de lame et d'armure plutôt que de balles et de kevlar. Il se rappelle des chevaux avant les voitures, des torches avant les lumières, du théâtre avant la télévision. Il se rappelle des humains ailleurs, tous un peu différents selon où ils sont nés, mais tous les mêmes au fond. Créatures si complexes et si simples à la fois... C'est ce qui lui plaît chez eux. Ça, et leur monde vivant, coloré, varié.

Le désert blanc devient répétitif. Vide de tout, et donc ultimement de sens, il a vu les princes du sable se battre pour régner sur un océan de Rien. Et pendant qu'ils faisaient ça, lui, il était dans le monde des hommes. Il était le Chasseur, il était l'Ombre, il était la Créature, l'Esprit ou le Démon. Il était l'Ennemi, il était l'objet de la crainte, parfois de la haine. Parfois il aimait être un visage familier, une angoisse du quotidien, la peur banale de l'homme qui craint son patron tyrannique. Souvent, cela dit, il préférait les jeux plus intenses. Parce qu'au finir de tout, il est Hollow, donc prédateur... Mais chasser la proie que pour sa pitance, n'est-ce pas du gâchis ? L'expérience peut-être tellement plus palpitante, le jeu peut s'avérer tant amusant...

Il n'inventait rien. Les humains aussi chassent pour le plaisir.

Maître des sens, il pouvait leur imposer visions, songes, murmures, senteurs, odeurs et douleurs. Son pouvoir en guise de plume, et leurs esprits influençables en guise de parchemin, il pouvait écrire l'histoire de leur folklore à l'encre de ses actes. Quand il chassait, il prenait ces apparences parfois grotesques et monstrueuses, parfois majestueuses mais dangereuses, parfois banales mais trompeuses... Il avait entendu leurs mythes, alors il s'en inspirait. Parfois il incarnait les monstres que les écrits avaient déjà dépeint, parfois il créeait sa propre histoire, son propre mythe. Au début de sa longue vie, il manquait d'esprit, il était simple, unidimensionnel, sans rafinnement ni but profond. Puis, évoluant comme ceux de son espèce évolue... curiosité, lubies et envies diverses et variés, intérêts et goûts. Au fil des siècles, ses différentes apparitions ont imprimé foule de sentiments dans le cœur des communautés. Il a appris à s'enivrer de ce pouvoir, de cette aura. Il aimait être dans leurs esprits, dans leurs murmures, dans leurs manuscrits. Il ne s'agissait plus seulement de la peur : il aimait l'attention. Ainsi, parfois, il était un esprit bénéfique, plutôt que maléfique. Parfois vengeur, parfois protecteur, parfois mangeur d'homme, parfois sage...

Sans visage, donc sans identité, alors il s'est arrogé le pouvoir de devenir qui il veut, quand il veut.
Sans visage, donc sans identité, donc sans nom. Il n'a jamais vu l'intérêt.

Or, le temps passant, un besoin. Toutes ces créatures qu'il incarnait, toutes ces fois où il a été le maître marionnetiste derrière une légende locale... à chaque fois, il y avait un nom. Alors sans visage, oui... Mais devait-il alors être sans identité ni nom pour autant ? Il était le Créateur derrière la créature, l'Origine, le Conteur. Alors il a décidé. Les Hommes sur son terrain de chasse principal avaient décidé d'un nom, pour appeler les choses étranges qui parcourent leur terre.

Yōkai. C'est le nom auquel il avait décidé de répondre, quand il n'était pas quelqu'un ou quelque chose d'autre.

Longtemps, son jeu a duré. Il s'agissait de chasser, puis d'échapper aux griffes des Shinigamis. Pour lui, il s'agissait simplement de deux jeux différents : lorsqu'il jouait avec les Shinigamis et Quincys, c'était une partie de Gendarmes et Voleurs... Lorsqu'il jouait avec les humains, c'était un jeu de rôle. Siècles durant, il a trouvé son adrénaline et son amusement dans ces jeux. Puis, l'humain a évolué. Plus rapidement que jamais jusqu'avant. Il y d'abord eu la vapeur, le charbon, les routes de fer et les tours qui tutoient le ciel... Puis il y a eu les éclairs dans le ciel, capturé par l'homme pour devenir son esclave. Il y a eu l'or noir, il y a eu les charriots de métal qui roulent sans chevaux, il y a eu les bâtons cracheurs de feu... Et avant même qu'il ne s'en rende compte, il y avait une toile d'araignée invisible traversant le monde. Il y avait les boites à images, les boites à son, et il y avait même ces boites qui capturent le son et l'images. Caméras.

S'il était capable de montrer à l'esprit ce qu'il voulait, les caméras elles n'étaient pas influencées. Elle ne voyaient que le réel, le physique. D'abord, ça a été une opportunité : il a pu jouer d'une autre façon, il a pu changer les règles dans un monde où la superstition restait, mais mourrait doucement. Il y avait les caméras, mais il y avait aussi les médias, l'information plus rapide que jamais. Tout changeait, c'était une ère excitante, pleine d'opportunités.

Or, récemment, les humains ont commencés à s'organiser. Ceux qui ont le pouvoir parmi eux, Fullbringers... Il commencent à se rassembler, plus efficacement que dans ses souvenirs d'antan. Le temps passant, il a compris que ses jeux devenaient plus dangereux que par le passé. Les Fullbringers n'étaient pas de lointains anges-gardiens qu'il pouvait tromper ou fuir si facilement. Il était chez eux, ils étaient proches.

L'impensable : il commençait même à voir des humains et leurs constructions jusque dans le désert blanc.

La confusion à l'esprit, il n'a pas su comment réagir. Curieux, mais plus prudent... Les choses semblaient beaucoup bouger en peu de temps. Il a entendu les récits du Hueco Mundo, ces histoires de revenants, il a vu le Désert Blanc devenir... Intéressant ? En quelque sorte. Ultimement, il a vu le terrain de jeu changer drastiquement.

Si le terrain change, alors peut-être le joueur devrait-il changer aussi ?
Yōkai 2 : Electric Boogaloo [Terminé] P-autre

HRP

Avatar :
Code:
Lim Choel Hee  → [i]OC[/i] est [b]Yōkai[/b]

Comment avez-vous connu le forum : DC, fiche identique à celle du premier Yokai. (reroll du compte Matsui Junichiro. Oui, j'ai changé d'avis °°)
Parrain : Nope

Est-ce un double-compte ? DC de Kurosawa Kyoya.

https://www.before-tomorrow-comes.fr/t1259-yokai-ft-en-cours

Yōkai

Revenir en haut Aller en bas


Kuchiki Haruka

Données Spirituelles
Grade: Capitaine de la Sixième Division
Lun 18 Sep 2023 - 3:17 - Yōkai 2 : Electric Boogaloo [Terminé]

Je te revalide donc !

Junichiro n'ayant cependant pas atteint les six mois d'activité (on compte les mois actifs, et il ne l'était déjà plus depuis un moment quand il a été dégroupé), tu vas malheureusement perdre 60 XP, ce qui t'en laisse 118. La question de grade ne se pose pas puisque tu en as déjà un avec ton autre compte.

Bon jeu !

_________________
Yōkai 2 : Electric Boogaloo [Terminé] EEHHKP5

Kuchiki Haruka

Revenir en haut Aller en bas


 
   Permission de ce forum:

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum