Before Tomorrow Comes :: Monde des Vivants :: Tokyo :: Port



Données Spirituelles
Grade: Five of Clubs
Mar 25 Oct 2022 - 7:26 - Claps de fin

J'attends dans ce brouillard depuis peu de temps maintenant mais je dois admettre être agacé. Il faut dire que si la patience est quelque chose que je possède, je n'aime pas pour autant que les gens soient en retard. Surtout lorsque le rendez-vous est de leur fait. Si j'étais fumeur, j'en aurais sans doute profité pour m'en griller une. Mais je n'ai pas ce vice. Je me contente donc de patienter, le dos posé sur la bâtisse, laissant mon esprit vagabonder au gré de mes envies. Il est tôt. Très tôt même. Mais cela ne me pose pas plus de problème.

Je sais que ce coin est malfamé. Je le sais car il est sous la coupe des Yakuza et que je travaille pour eux. C'est justement quelqu'un de l'organisation que je dois voir. Je jette un oeil à ma montre, pousse un léger soupir, lorsque j'entends enfin la moto arriver. Au moteur, je sais qu'elle est puissante et je sais aussi à qui elle appartient. Je me tourne dans la direction des escaliers. Il va forcément descendre par là pour rejoindre le ponton. Et le voilà, pile comme je m'y attendais.

Je ne peux m'empêcher de sourire. Il est amusant de constater la différence entre nous deux, alors même que nous faisons le même métier. Lui, tout de noir vêtu, porte un bandana avec des têtes de mort dessus, il a le regard mauvais, il semble aux aguets. Alors qu'il approche, je remarque l'arme qui dépasse légèrement de sa veste, comme s'il souhaite montrer qu'il n'est pas un petit joueur. Et moi ? Moi je porte un costume trois pièces, verts sombre, avec une simple écharpe autour du cou pour me prémunir du froid. Ma seule arme est cette canne qui me permet de marcher. Je n'ai nul besoin d'autre chose. Il arrive à hauteur de voix. Me salue de la main. Je préfère le couper de suite.

    - Asa. Lorsqu'on fixe un rendez-vous à quelqu'un, il est de bon ton de s'assurer d'être à l'heure. J'espère que ce rendez-vous matinal est justifié.

Je vois ses traits se tendre. Je sais qu'il n'aime pas qu'on lui parle ainsi. Surtout moi. Mais je n'ai pas pour habitude de taire mes pensées. C'est un des tueurs de la Famille après tout. Je le vois tirer une enveloppe de sa veste. Qu'il me donne. Evidemment, je l'attrape. Elle est lourde. Et l'ouvre immédiatement. Quelques photos, un document avec diverses mentions, de l'argent. Je ne prête pas encore attention à l'identité de la personne. Je lève simplement les yeux.

    - Quel genre ?

Je vois son sourire, je devine donc qu'il s'agit du genre de mission qu'il adore particulièrement. De fait, je m'interroge.

    - Je vois. Pourquoi ne t'en occupes-tu pas ?

Il faut comprendre que je n'ai rien contre cette mission. Je suis une sorte de collecteur de dettes. Parfois je fais disparaître des gens mais en réalité, c'est moins d'être ce que je préfère, contrairement à Asa. Sous ses airs, il est doué dans son domaine. D'où mon interrogation.

    - Regarde la photo. Tu comprendras. J'aurai aimé m'en charger moi-même mais le Boss a été très clair. C'est toi qui doit t'en occuper. Cela doit être fait rapidement. Mais doit passer pour un accident. Ta spécialité non ? Allez, je te laisse.

Il se détourne déjà. J'attends d'entendre le moteur s'éloigner avant de reporter mon attention sur l'enveloppe. Il est vrai que je n'ai pas regardé les photos en question. J'en sors une.

Oh. Je vois... Je reste figé, un instant. Je comprends mieux pourquoi on l'a désigné spécifiquement. Voilà quelque chose qui risque d'être compliqué. Même pour moi.
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t504-koganei-muzan#2635

Koganei Muzan

Revenir en haut Aller en bas



Données Spirituelles
Grade: Five of Clubs
Sam 19 Nov 2022 - 8:17 - Claps de fin

Il y a longtemps que je ne me suis pas senti aussi troublé. Attention, n'allez pas croire que cela me dérange d'ôter la vie à un homme. Cela fait partie du métier qui est le mien et je n'ai jamais éprouvé la moindre émotion à cela. La vie est éphémère par nature et je ne suis finalement qu'un outil du destin. Seulement ici, le visage ne m'est pas inconnu. Et je dois dire que si sa mort ne me ferait rien, je crains les conséquences qui vont me retomber dessus si l'on apprends que je suis celui qui a précipité son déclin. Cela ne sera pas aussi facile qu'à l'ordinaire. Car cette fois, ma cible est comme moi. Un membre de l'Ultima Necat.

Comme à l'accoutumée, je me rends dans mon antre préféré. Un hôtel assez réputé dans le coin, qui permet de déjeuner à toute heure à partir du moment où l'on possède une carte de membre. Ce qui est mon cas, forcément. Un peu chic, je le concède, mais je m'y sens à l'aise. Alors que je m'installe à ma table, le serveur vient prendre ma commande. Je vais faire simple. Thé. Et quelques biscuits. Alors qu'il me laisse seul, je ferme les yeux doucement.

Je sens l'enveloppe dans ma veste. Et le poids du travail qui va être le mien. Je dois réfléchir. Un ordre de mes supérieurs est le genre de chose que je ne peux pas ignorer. Les conséquences seraient trop lourdes pour moi et surtout, j'aime ce que je fais. Ce contraste entre ce que je montre et ce que je suis réellement m'amuse, à dire vrai. Seulement ici, je dois réfléchir à la manière. Mon thé arrive. Je le remercie. Je n'ai pas le choix, finalement. Je vais devoir faire appel à ses services.

    - Tu as l'air pensif, Muzan.

Je reconnais la voix de l'homme qui vient de prendre la parole, tandis qu'il s'installe face à moi. Lui, je sais qu'il n'a pas de carte de membres. Mais je sais aussi qu'il dispose d'une autre carte lui permettant d'entrer à peu près partout.

    - Inspecteur. Que me vaut ce plaisir ?

Je me sais suivi depuis quelques temps. Certaines rumeurs ont permis à cet homme de remonter la piste jusqu'à moi. Je sais qu'il nourrit de fort soupçon sur les activités qui sont miennes mais qu'il n'a rien. Seulement cet inspecteur est un vrai chien enragé. Je lui adresse mon plus beau sourire, faisant signe au serveur qui nous observe d'approcher.

    - Vous prendrez bien quelque chose non ? Je crois savoir que vous êtes amateur de bon café. Il serve ici le meilleur de Tokyo. Vous voulez bien lui en apporter un, je vous prie ?

Le serveur s'éloignait. Je n'ai pas pris commande sans raison. Je veux qu'il comprenne que moi aussi, j'ai des informations le concernant. Il le devine, je le vois, et il me sourit. Il a l'air ravi.

    - Oh, rien qu'une envie de venir te saluer. J'ai appris que tu as rencontré un vieil ami à toi, tout à l'heure. Un homme pas franchement agréable, si tu veux mon avis. Du coup, je suis curieux de savoir ce que vous avez pu vous dire. Tu me connais.

C'est donc ça. Je ne me départis pas de ma bonne humeur. Il n'a rien contre moi. Il n'a jamais rien eu d'ailleurs, ce qui explique qu'il se raccroche à la moindre branche. On va s'amuser un peu.

Oui, je sens que cette petite mission va être plus drôle que prévu.
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t504-koganei-muzan#2635

Koganei Muzan

Revenir en haut Aller en bas



Données Spirituelles
Grade: Five of Clubs
Sam 17 Déc 2022 - 11:28 - Claps de fin

La commande est sous mes yeux et je prends le temps d'en déguster la moindre miette, la moindre goutte. Si la présence de l'inspecteur m'agace, je préfère ne pas le lui montrer. Et puis je suis habitué à jouer à ce petit jeu après tout. Lui aussi d'ailleurs, je dois admettre qu'il a toujours été à l'aise dans l'exercice. Je repose ma tasse, prends le temps de regarder ma montre avant de reporter mon attention sur lui. Il attend toujours une réponse visiblement.

    - Je vois. Je crains que vous ne vous trompiez sur un point, inspecteur. Cet homme n'est en rien mon ami. Une connaissance, tout au plus, qu'il m'est toujours autant désagréable de croiser.

En cela, je ne mens pas. Je ne le considère pas comme un ami mais il peut avoir son utilité. Même si ici, je crains qu'indirectement il ait été un peu idiot. Je suis convaincu que ce n'est pas moi que l'inspecteur suivait mais bel et bien cet imbécile. Qu'importe, même s'ils savent qu'il est un criminel, ils ne peuvent pas certifier que je travaille parfois avec lui. Moins encore que c'est un allié.

D'ailleurs il le sait, je le vois à son visage. Son sourire s'est légèrement éteint. Mais pas encore assez. J'attrape le couteau qui est posé à côté de mon assiette et je commence à partager en deux la viennoiserie que j'ai commandé. Un simple couteau plat, incapable de blesser grand monde, et pourtant il me serait si facile de lui planter dans l'orbite et de le voir s'écrouler de douleurs. Enfin qu'importe, je ne suis pas là pour fantasmer sur ce genre de détails morbides.

    - Quant à savoir ce que nous nous sommes dit, je crains que cela ne vous regarde pas. Mais corrigez-moi si je me trompe. Après tout, si je peux aider la police d'une manière ou d'une autre, ce serait avec plaisir. Je suis un citoyen respectable.

Que j'aime ce jeu. Que j'aime le voir essayer de participer alors même qu'il a déjà perdu. Je le sais plus compétent et plus hargneux que les autres. Pour autant il n'a jamais réussi à me coincer.

    - C'est dommage. Vraiment dommage, si tu veux mon avis. Asa est suivi depuis un moment maintenant, nous n'attendons qu'un seul faux pas de sa part pour le cueillir. Et je doute qu'il ait ta discrétion. Nous savons que ce rendez-vous n'était pas improvisé. Nous savons aussi qu'il t'a remis quelque chose. Alors tu as raison, je ne peux rien imposer pour le moment. Pas assez de preuve. Mais je préfère être franc avec toi. Je vais te faire suivre comme jamais tu l'as été. Je serai ta deuxième ombre. Tu ne pourras pas faire un pas sans sentir ma présence à proximité. Alors quelque que soit ton projet, oublie le. Et donnes moi de quoi calmer ma hiérarchie. Ensuite, on te foutra la paix.

Le voilà qu'il se relève après sa petite diatribe. Il pose sur la table quelques billets, avant de reprendre :

    - Laisse, c'est pour moi. Je voulais juste t'informer officiellement. A très bientôt, Muzan.

Je n'ai pas besoin de répondre. Je comprends son envie de coincer mon Boss. Et comme il n'y arrive pas, il se jette sur le menu fretin comme Asa. Je pousse simplement un soupir, prenant soin de terminer mon repas. Alors que je termine, je sors simplement mon téléphone. Je sais que ce dernier n'est pas sous écoute et je le sais pour une raison simple : c'est un de mes nombreux téléphones jetables. Une utilisation et je m'en débarrasse. Je compose le numéro. J'attends. Ah, voilà.

    - Besoin de récupérer un colis. Horaire et lieu, comme d'habitude.

Je raccroche et mets le téléphone dans mon verre d'eau. Il est temps de passer à la vitesse supérieure. Mais avant, je vais devoir composer avec ces policiers...
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t504-koganei-muzan#2635

Koganei Muzan

Revenir en haut Aller en bas


 
   Permission de ce forum:

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum