Before Tomorrow Comes :: Hueco Mundo :: Étendues désertiques :: Pics rocheux


Al Jera

Données Spirituelles
Grade: Novena Espada
Sam 16 Sep 2023 - 2:30 - Trois fois trois

Les nobles de la Cámara se sont trouvé un endroit terrifiant pour y élire domicile. Même s'il leur a finalement suffi de récupérer l'empire que le Sanguinaire excentrique revenu du Muken avait déjà presque achevé de bâtir, il faut reconnaître que l'entrée de leur territoire force le respect voire la crainte.

Voilà la première pensée qui vient à l'esprit de l'Espada fraîchement promue, observant le début des montagnes souveraines et presque intimidantes se dressant devant elle. Placidement installé sur un petit rocher blanc, le chef du clan Gorrionito continue de se délecter de la chair d'un Hollow-sauterelle, ne pouvant s'empêcher de se remémorer, en observant le paysage environnant, la fois où il avait récupéré l'un des siens qui s'apprêtait à se faire achever par deux des Arrancars de la haute société, descendus pour une excursion. Lui-même, pendant ces longs siècles à sillonner les nombreux recoins du Hueco Mundo en tant qu'Adjuchas, avait joué avec le feu de nombreuses fois dans des décors semblables.
Il ne craint en réalité plus grand chose, surtout dans le cas présent. Le Yermo blanc s'étale toujours derrière lui, et il lui suffit de faire un pas en arrière pour être de nouveau sur les terres de sa faction. Il ne se trouve pas véritablement sur le territoire de Melchom Ayperos non plus, du moins pas assez pour indigner les membres de sa cour. Son récent statut de missionnaire du Consilio serait peut-être même suffisant pour qu'ils se retrouvent censurés par leur propre hypocrisie et contraints de composer avec sa présence, se dit-il.

Le volatile de las Manadas s'essuie les lèvres avec la manche de sa veste, d'un coup d'avant-bras qui se veut subtil. Il n'est pas habitué, en revanche, à l'absence des sifflements stridents des deux Fracciones qui volettent généralement à ses côtés et ponctuent ses pensées de leurs gazouillements. Alica et Alinto sont restés avec son second, et pour le mieux, se souvient-il. Celui avec lequel il souhaite s'entretenir, au point d'en avoir fait lui-même la demande en envoyant Domuyo en éclaireur chez les émissaires de l'Hybris pour leur passer le message, n'est pas exactement connu pour traiter les Hollows qu'il considère comme "inférieurs" avec le plus grand soin.

Celui-ci semble enfin se présenter à lui, ayant daigné descendre de sa tour pour venir à la rencontre de son nouveau collègue. Le détenteur de Cobalto Pluma ne se fait pas attendre et, continuant à consommer sa proie, se lève d'un mouvement fluide pour tendre sa main libre à l'individu avec qui il cherchait à entrer en contact.

    "Al Jera Sanjunior Gorrionito, chef de clan de las Manadas et nouvelle Novena Espada. C'est de toi que viennent les informations que nous a communiquées Jaggerjack, donc ? Ravi de faire ta connaissance."

Ravi, il ne l'est pas, mais intrigué, il l'est. Celui qui règne actuellement sur las Noches est bien supposé être son supérieur direct, et pourtant il lui est dévoué sans l'être, gardant dans son cœur au sens figuré sa foi envers Barragan Luisenbarn. Malgré plusieurs désaccords avec sa manière d'aborder la condition Hollow, il ne le déprécie pas. Malgré d'autres idées bien plus raccord à ses propres valeurs, il le voit plus comme un autre meneur de meute, à son échelle, et estime pouvoir se permettre la familiarité de le désigner seulement par son nom de famille.
Ce tournoi organisé par les quatre figures du Hueco Mundo est un drôle de concept, quand on y pense. L'emplumé retient un esclaffement jovial suivant spontanément cette pensée. Il ne s'y était rendu la première fois que pour trouver le meilleur candidat pour lui servir de festin, ce qui lui avait permis d'enfin échapper à sa condition d'Adjuchas. La seconde fois, plus récente, il ne s'y présentait initialement que parce que son bras droit et la petite bande que constituait son clan à ce moment-là l'y avait poussé, y voyant sans équivoque l'occasion de provoquer son heure de gloire. C'est encore une bonne décision de sa part de n'avoir pas montré la forme libérée de son Zanpakutō pendant son match, se dit-il. Domuyo avait d'ailleurs fortement appuyé ce choix.

Le flou de son champ de vision regagne en netteté alors qu'il reprend pied sur la réalité qui s'offre devant lui.
El Emperador. Une véritable étoile montante du monde Hollow, désigné comme un visionnaire par une poignée d'aristocrates et comme une langue de vipère par la majorité de ceux à qui on poserait la question ici-bas, fussent ils de la forêt maudite ou du sanctuaire paisible des Revenants au rituel mystique. Les nomades du Yermo ne sont évidemment pas en reste, opposés aux nobles installés en hauteur comme leurs ennemis presque naturels, rivalité fortement embrasée par l'occupation de ce plan de l'existence par Satsubatsu, créant cette cassure entre l'ordre établi et la Résistance menée par la panthère.
L'ancien Vasto Lorde au torse tatoué ne sait pas sur quel pied danser, à vrai dire. Il n'est pas venu dans l'objectif de se mesurer à celui qui le surclasse de six sièges, mais mentirait s'il disait qu'il n'est pas non plus paré à cette éventualité. Tout dépendra de ce que les deux blondinets diront l'un à l'autre, et de la manière dont ces propos seront formulés, manifestement. Un véritable jeu de diplomatie, en somme. Jeu que la dernière recrue décide de lancer elle-même.

    "J'ai pas eu la chance, le privilège, de visiter le monde humain depuis que j'y ai laissé ma peau y a un bon moment. Malgré un sacré paquet de temps passé ici, on peut pas dire que j'ai régulièrement rendu visite aux habitants des profondeurs non plus. Du coup, j'ai pas encore pu tomber sur ces Abyssaux, leurs Abominations ou n'importe quoi qui pourrait conduire à eux. Mais toi, ça fait déjà trois fois que tu te retrouves quelque part et que quelque chose les concernant finit par se produire, je me trompe ? Décidément, ils veulent pas te lâcher !"

Al Jera ponctue cette déclaration d'un éclat de rire guilleret, comme amusé par ce qui semble être une ironie du sort pour l'Empereur autoproclamé.
Après réflexion, il arrive bien à s'imaginer ce que le monde des vivants a pu devenir depuis la dernière fois où il a foulé son sol de ses pieds, mais il est évident qu'il est infiniment loin du compte. Les échos qu'il a eus de l'avancée technique à travers les siècles semblent dépasser les rêves lucides les plus fous du plus détraqué des médecins de son époque. Ces souvenirs sont comme un trop-plein dans le crâne de l'Arrancar-passereau, qui est l'un des rares à bénéficier de ce qui est à la fois une chance et un fardeau : devoir porter, en plus des souvenirs des nombreux siècles de cette vie, ceux de la précédente. Voilà pourquoi il ne peut laisser ces mystérieux habitants souillés du Hueco Mundo détruire et remodeler à leur guise les avancées du monde humain moderne. Et encore moins s'attaquer au désert de quartz dans lequel il vit et aux protégés de son clan, ce qui va sans dire.

Il se méfie. Comme beaucoup de personnes, ce qui ne le rend pas plus original que ça. Mais il continue à penser que le chevelu de la Cámara cache plusieurs renseignements qui seraient capitaux à la traque et à l'élimination de cette nouvelle menace.
Le détenteur de Cobalto Pluma est-il inconscient, à peine officialisé comme Espada, de s'enquérir aussi indiscrètement de celui qui en est le troisième et en a auparavant été le premier ? Peut-être. La louve a d'autres chats à fouetter actuellement, ce que le volatile conçoit totalement, et paradoxalement, il ne pense pas être la personne idéale pour pousser le commandant de Menos à révéler son vrai visage. La vérité, c'est qu'il ne tient pas spécialement à ce que la situation vire en conflit en premier lieu, mais qu'il ne fuira pas si celui-ci devient inévitable. Et il aime à croire qu'il peut encore être empêché. Parce qu'il n'est définitivement pas certain d'en sortir vainqueur.

Après avoir pris quelques secondes la tête tournée et les sourcils froncés pour réfléchir à ce qui serait un bon moyen de désamorcer la situation, il écarquille les yeux comme éclairé par une réponse qui lui paraît maintenant aller de soi. Dans une démarche de partage, il tend ce qui reste de son gibier au subordonné de Melchom, lui posant une question simple qu'il réduit à l'état de simple mot.

    "Grillon ?"


Dernière édition par Al Jera le Dim 10 Déc 2023 - 13:13, édité 2 fois
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t1149-al-jera-fiche-techniq

Al Jera

Revenir en haut Aller en bas


Borick

Données Spirituelles
Grade: Tercera Espada
Sam 16 Sep 2023 - 17:16 - Trois fois trois

L'Empereur n'avait pas hésité un seul instant alors que la missive lui était arrivée. Il faut dire qu'il tenait beaucoup à connaître l'intégralité de l'Espada, qu'importe le rang de celui-ci d'ailleurs, et qu'il appréciait qu'on vienne à lui de la sorte. Non pas qu'il n'aimait pas les longues marches dans le désert du Yermo mais ces derniers temps, il avait suffisamment donné pour souhaiter un peu de repos.

La Novena Espada était encore un inconnu pour lui, en dehors des grandes lignes évidemment. L'ancienne Primera s'évertuait à toujours garder un oeil sur ceux qui appartenaient à l'élite de Grimmjow. Et en cela, Alecto l'y aidait beaucoup. Lui qui s'était infiltré au sein des armées de la Panthère pour rapporter les informations les plus importantes à son maître.

L'Arrancar semblait finir son repas, ce qui amusait visiblement le blondinet. Il faut dire que ces manières, bien éloignées des siennes, lui rappelaient chaque fois l'importance qu'il y avait à se hisser au dessus de la médiocrité du Hueco Mundo. La main fut tendue. Mais le sourire de l'Empereur fut suffisamment éloquent pour faire comprendre à l'étranger que cela ne serait pas nécessaire d'en arriver là.

    - Crois bien que je suis moi-même parfaitement honoré de faire ta connaissance, Al Jera. Toutefois, et je te prie de ne pas le prendre pour toi, je n'ai pas pour habitude de serrer les mains de ceux qui peuplent mon monde.

En réponse néanmoins, il posa le plat de sa propre main sur son torse et inclina légèrement la tête pour le saluer avec respect. S'il ne prenait pas la main tendue, il n'ignorerait pas pour autant la coutume et saluait ainsi son homologue comme il se devait de le faire. Ainsi, l'autre ne pourrait pas prendre le refus initial comme une insulte mais plutôt comme une coutume que les deux êtres ne partageaient pas.

Ainsi donc la Panthère avait déjà rapporté les informations. Comme quoi, même cette infâme créature était capable de réflexion. C'était bien là le plus important à relever en réalité. Borick n'appréciait que peu le comportement de Las Manadas, qu'il considérait trop proche de celles des bêtes qu'il exécrait. Se laisser aller à ses plus bas instincts, par simple plaisir de combattre par exemple, voilà qui était une chose qu'il préférait éviter.

Et finalement les propos vinrent éclairer en partie la raison de sa présence. De la simple curiosité en sommes. Sans doute qu'autre chose se cachait derrières ces réflexions mais l'Empereur n'était pas homme à se laisser abuser si aisément. Si la diplomatie était effectivement un jeu, il y excellait depuis bien longtemps. Chaque partie possédait néanmoins ses propres règles et il était important ici de savoir avec lesquelles Al Jera allait jouer.

    - Il est vrai que j'ai eu quelques rencontres intéressantes les concernant. Il faut dire que je suis moi-même quelqu'un de très curieux et que je n'aime pas ne pas comprendre. Et puis, ne dit-on pas que les Puissants attirent toujours les problèmes ?

Il se mit à rire de sa propre allusion. La Tercera était sans nul doute l'Espada le plus actif de tout l'Acuerdo. Et s'il est vrai que Cimériès commençait lui même à sortir du bois, la présence de l'Empereur au sein de cette armée dépassait de loin toutes les autres créatures. Il avait volontairement sacrifié sa première place lors de l'avant-dernier tournoi afin de se libérer de certaines entraves. Mais désormais, il était nécessaire pour lui de reprendre ce qui lui revenait de droit. La Louve n'était qu'une "femme de paille" finalement et ne possédait pas l'aura d'un véritable meneur. Alors que lui ?

    - Sans façon.

D'un simple geste, il refusa l'offre de ce repas improvisé. Non seulement la faim ne le tiraillait pas, mais il n'allait pas croquer dans la même nourriture qu'un simple Arrancar lambda, même si ce dernier était Novena. Après tout, au sein même de l'Espada il y avait de grosses anomalies non ?

    - Si la Panthère a parlé, tu dois avoir en ta possession toutes les informations que les autres chefs de clan possèdent. Il n'y a pas de raison que cette dernière garde pour elle des éléments si importants après tout. De fait, je suis curieux de savoir ce qui te mène à moi. Oh...

Il fit la moue, un très court instant, avant de sourire de nouveau.

    - Non !! A moins que tu ne puisses penser que j'ai volontairement gardé pour moi certaines informations primordiales ?

Air faussement déçu. D'un geste de la main il remit en place quelques-unes de ses mèches qui étaient tombées devant son visage.

    - Si je n'ai que peu de respect envers ton chef de clan, sache que je prends très au sérieux le rôle de l'Acuerdo. Ainsi, toutes les informations que j'ai pu collecter ont été transmises comme il se devait. Et malheureusement, je crains qu'il n'y ait encore bien trop de zone d'ombres autour de ces créatures. Même si mon voyage sur Terre a été des plus instructifs, il est vrai.

Lui qui avait coordonné une attaque d'envergure n'était pas peu fier des résultats d'ailleurs. Il reprit donc doucement, posant son regard ambré sur l'Arrancar.

    - Et si tu me disais la raison réelle de ta présence ici, Al Jera ? Je doute que vouloir simplement confirmer les rumeurs soient une raison suffisante pour faire un tel déplacement. Parle donc franchement, je me ferai alors un plaisir de te répondre. N'est-ce pas là le rôle d'un guide, après tout ?

Il eut un sourire. Il aimait ce jeu. S'y sentait à l'aise.

_________________
Trois fois trois Borick-signature
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t463-borick-el-emperador-ft

Borick

Revenir en haut Aller en bas


Al Jera

Données Spirituelles
Grade: Novena Espada
Mer 20 Sep 2023 - 0:40 - Trois fois trois

Amusée par le décalage culturel créé dès le moment très anticipé des salutations, la nouvelle recrue écarquille les yeux et sourit d'un air émerveillé, avant de s'empresser de poser la main sur le torse et de s'incliner à son tour. Cette volonté de reproduire le signe du noble des pics rocheux découle moins de la moquerie, en vérité, que du souhait réel de s'impliquer pleinement dans cet échange.
Sans doute pour le pire plus que pour le meilleur, mais cet homme est captivant, se dit l'emplumé. Et son assurance force le respect, quelque part. Il faut le dire, Al Jera doit probablement être l'un des chefs de meute avec qui la discussion est la plus abordable, ce qui joue probablement sur la balance. Il s'amuse de l'adage qu'il entend de la bouche de son collègue, auquel il se permet de réagir.

    "Je connaissais pas ce dicton ! J'avoue pas encore bien être au fait de toutes les mœurs qui font la richesse, j'imagine, de l'Hybris et de ses environs. Si je devais adapter ce dicton à notre communauté, je dirais peut-être plutôt... que les problèmes, les Puissants ont tendance à les régler. Souvent assez rapidement, d'ailleurs. Et parfois radicalement, j'en conviens."

Il désigne son interlocuteur d'une main ouverte et inclinée sur le côté sur ce dernier aveu, sincèrement heureux de trouver ce qu'il imagine facilement être un terrain d'entente avec lui. Le meneur du clan Gorrionito est un membre de las Manadas plus mesuré, qui n'a pas vocation à régner par la force et accepte d'offrir le logis et le couvert à des Hollows qui vivent encore ce que lui a déjà connu et dépassé, sans réelle volonté de les utiliser à ses propres fins. Sur le papier, l'opposé parfait de celui qui se tient devant lui.
Pourtant les deux blonds, quelque part, sont deux faces d'une même pièce. Et ils en sont conscients. Les deux ont cet attrait pour la palabre, qui s'exprime de deux manières disparates. Les deux sont condamnés à vivre dans une société dont les codes leurs correspondent juste assez pour que ce soit viable, mais pas dans leur intégralité pour autant. Le volatile du désert de sable blanc a enfermé dans des Fracciones inoffensives ses désirs les plus malsains, mais il n'en est pas exempt de cet attrait enfoui et primaire pour la force, la domination et la violence. Ils sont tous les deux ici parce que leurs âmes n'ont pas été purifiées à temps, après tout. Et ces péchés capitaux dorment en lui comme en tout un chacun qui a été humain un jour, se dit-il. El Emperador a-t-il, lui également, cette particularité d'avoir encore en mémoire son passif d'être vivant ? Le détenteur de Cobalto Pluma serait intéressé d'avoir réponse à cette question, mais n'en dira rien à voix haute. Il n'est pas question d'offenser la médaille de bronze du podium du Hueco Mundo dès la première impression qu'il a l'occasion de lui donner.

Une différence entre eux deux est notable, quand il y pense.
L'ancien passereau au torse tatoué, libéré après de nombreuses années, est enfin parvenu à presque faire la paix avec la version Adjuchas de lui-même. Sa condition encore récente d'Arrancar n'est pas à ses yeux synonyme d'un exploit honorifique ou d'une stature supérieure, mais simplement d'une autre étape dans ce long cycle inter-vies auquel il est soumis. Il garde en mémoire la défaite amère du seigneur Luisenbarn, anéanti par son propre pouvoir représentatif du phénomène naturel que l'on nomme "mort", et son échec malheureux après une tentative, dans un acte qu'on pourrait qualifier d'héroïque, d'entraîner Sosuke Aizen avec lui dans sa chute.

L'homme au Zanpakutō bleu ciel reproduit sans réellement le vouloir son réflexe précédent, diverti et attiré par les manières du monarque autoproclamé. Cette façon théâtrale et volontairement découpée de prendre en compte les informations une par une, y compris les sous-entendues, dans une tentative de les déconstruire plus efficacement l'interpelle, en réalité, et ce dans le bon sens. Il faut dire qu'il n'avait pas joué à ce jeu d'interrogatoire depuis son passage sur Terre en tant que mortel. Sauf que cette fois, il a la possibilité et la faculté de répondre sans risquer de pareilles représailles. Il se surprend même à applaudir brièvement et ouvertement le spectacle qui se produit devant lui, admiratif des ressources que mobilise le manipulateur de Gillians pour plaider son innocence. Il se décide à répliquer, d'un ton léger et affable.

    "Moi qui pensais que je parlais beaucoup, on dirait que j'ai de la concurrence !"

Cette plaisanterie touchant à la fois de l'autodérision et de la pique destinée à l'interlocuteur provoque visiblement un petit fou rire chez l'ancien astronome, fou rire qu'il parvient à maîtriser et à canaliser au bout de quelques secondes. Pour un rendez-vous qu'on pourrait qualifier "d'officiel" sans la présence de Domuyo, il s'en sort bien, se dit-il.

    "Je doute pas du fait que ce soit pas plus réciproque que ça, mais j'ai de mon côté beaucoup de respect pour votre chef et pour vous, je dois admettre ! Votre ambition est impossible à remettre en question. La plupart du temps, d'ailleurs, je dois moi-même m'en remettre à mon second pour tout ce qui touche à la politique. Il est plus doué que moi en pas mal de choses, pour être franc ! Cette indépendance qui te caractérise, je te l'envie, elle aussi. Mais tu veux qu'on aille à l'essentiel, on dirait."

Une transition que l'avant-dernier de l'élite Arrancar n'a pas l'habitude d'invoquer dans ses conversations, mais le contexte paraît particulièrement bien s'y prêter. Il n'oublie pas cette tension qui n'a pas quitté l'atmosphère, cette incertitude de qui va dégainer le premier. Ou de qui sera le premier à assurer définitivement qu'il n'y aura aucun dégainement jusqu'à la fin de cette entrevue.
Celui qui a été Adjuchas pendant des siècles n'a connu de suffisamment près que deux tournois dans sa longue vie perdue dans cet au-delà particulier. Le premier, bien qu'il n'y aie pas participé, a été un tournant marquant, le faisant basculer Vasto Lorde puis l'encourageant à briser son masque dans la foulée. Le second n'a pas eu autant d'impact, en vérité, puisque même dégoter ce titre d'Espada importait bien plus pour les premiers membres de son clan que pour lui-même. Mais quelques images l'ont marqué malgré tout lors de cet événement. Et au milieu de son soutien évident pour la louve lors de son combat et demi et de sa fascination pour les capacités de l'aimanté qu'il voyait pour la première fois de ses propres yeux, il y avait aussi ce pouvoir terrifiant.
Le sien.

Le détenteur de Cobalto Pluma sourit de plus belle et, avec bienveillance, s'avoue pris à son propre piège.

    "Tu m'as eu, El Emperador. J'ai plus trop le choix maintenant, je te dois ma plus sincère franchise."

Ce pouvoir terrifiant. Loin d'Al Jera l'envie de faire naître dans l'esprit du tyran des projets aussi cataclysmiques que celui duquel il s'apprête à faire mention. Mais, se rendant à l'évidence, il constate que ce serait sous-estimer Borick que de penser que l'idée ne lui est pas déjà venue, ne serait-ce qu'un bref instant. Le membre de las Manadas à la veste pourpre se lance, suffisamment en phase avec le capital possibilité de sa théorie pour l'exposer sereinement à l'ancien meneur des missionnaires du Consilio.

    "Les Abominations. Je t'apprendrai rien si je te rabâche encore le descriptif qui m'en a été fait, et dont tu es toi-même la source. Des créatures qui menaient autrefois leur propre vie, guidées par leurs instincts, et qui se retrouvent soudainement remodelées et unies sous le contrôle d'un homme, servant aveuglément ses intérêts. Ça te rappelle rien ?"

Cette interrogation rhétorique est suivie d'un clin d'œil complice du meneur de clan, appuyant sur son sous-entendu plus qu'évident. Le plus inquiétant là-dedans, se dit le blondinet du Yermo, est qu'aussi dangereux soit-il, le despote chevelu pourrait potentiellement se révéler être la clé lors d'un éventuel affrontement avec les forces armées des corrompus. La solution ultime au problème, s'il n'en est pas déjà l'une des origines.

Une chose est certaine, cependant. Le drôle d'oiseau sait, mieux que n'importe qui n'ayant jamais mis un pied à las Manadas, que Jaggerjack est impulsif et que l'on ne peut pas faire plus représentatif des idéaux sauvages et de ce règne de la loi de la survie qui caractérise leur faction. Et s'il a pu être inconscient, il ne l'est plus, au moins depuis sa mobilisation forcée d'une Résistance à las Noches lors de l'invasion de Satsubatsu. Il y a forcément une raison pour laquelle il est le seul chef de clan qui n'a envoyé personne lors de la dernière expédition. Peut-être souhaitait il, justement, émuler une situation où des éléments concernant la menace Abyssale pourraient lui être cachés. Et ce faisant, il aurait alors la garantie que Melchom compte suivre ses propres objectifs.


Dernière édition par Al Jera le Lun 25 Sep 2023 - 16:38, édité 2 fois
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t1149-al-jera-fiche-techniq

Al Jera

Revenir en haut Aller en bas


Borick

Données Spirituelles
Grade: Tercera Espada
Sam 23 Sep 2023 - 10:38 - Trois fois trois

Il ne put réprimer un léger rire. Il est vrai que la force était utilisée plus que de raison pour régler les problèmes, d'ordinaire. Et les Meutes de Grimmjow étaient certainement les plus douées dans ce domaine, il en convenait largement. Quelques fois, les Arrancars aimaient se comparer, jouer à qui était le plus fort. Ce n'était évidemment pas la nature de l'Empereur qui savait admettre ses "faiblesses".

Longtemps, le Meneur des Menos avait cru que les Meutes et leurs chefs étaient identiques, gérant les choses de la même manière. Que la violence accompagnait chacun d'eux, où qu'ils aillaient. Certaines rencontres avaient permit à la Tercera de s'apercevoir que ce n'était pas toujours le cas. Al Jera paraissait clairement différent. Et s'il s'agissait d'une simple image, qu'importe. Il était appréciable de discuter de la sorte en toute intelligence, même si l'un et l'autre restait forcément méfiant.

Il l'observait. Prenait plaisir à cette joute verbale. Il n'était pas si rare pour lui de jouer à ce jeu mais il n'était pas toujours évident d'avoir des partenaires à la hauteur. Al Jera cochait visiblement toutes les cases et il allait pouvoir s'amuser. Et pas à ses dépens, non. Plutôt avec lui. Car l'autre était un peu comme lui finalement. Et lorsqu'il se mit à applaudir, Borick inclina légèrement le buste en signe de remerciement. Deux acteurs prodigieux, au sein d'un monde qui n'avait finalement pas l'habitude de voir pareil spectacle.

    - Je prends cela comme un compliment. L'usage des mots est précisément ce qui nous distingue des bêtes, après tout. Et j'ai appris avec le temps qu'il s'agissait parfois d'une arme plus efficace que ces sabres que nous exposons avec fierté.

Lui comprendrait. Lui saurait où il voulait en venir. Car ces mots, aux oreilles d'un pur guerrier, n'auraient déclenchés que l'hilarité et l'incompréhension. Borick ne s'en plaignait pas toutefois. Si les imbéciles étaient heureux ainsi, qui était-il alors pour les sortir de leur errance intellectuelle ?

    - Disons que j'ai besoin de comprendre. Il s'agit là de mon moteur principal.

Aller à l'essentiel ? C'était même plus que cela. Il ouvrit donc ses oreilles, prêt à réagir à ce qu'il allait entendre. Il ne fut pas déçu de la suite. Le parallèle avec lui et son propre pouvoir était évident mais jusque là, personne n'était venu à lui pour lui en parler ouvertement. Il faut dire que le tournoi avait révélé au plus grand nombre son véritable pouvoir, qu'il avait pris soin de cacher pendant très longtemps. C'était d'ailleurs cette volonté de cacher son "don" qui lui avait fait perdre sa place de Primera. Il ne le regrettait pas évidemment car cela avait servi des intérêts plus grands.

Qu'il puisse opposer cette force à celle des Abyssaux, il y avait pensé. Mais la confrontation sur Terre avait douché cet espoir. Mais pour le faire comprendre à Al Jera, il devait lui expliquer la nature même de son propre pouvoir. Il y était réticent. Il poussa finalement un léger soupir, adressant un sourire à l'homme face à lui tandis qu'il désignait une partie d'un chemin près d'eux.

    - Marchons un peu, je te prie. Ce sera plus agréable.

Il montrait le chemin, calquant son rythme à celui du Novena Espada. Il leva un instant les yeux vers les cieux avant de reprendre, calmement.

    - Tu es le premier à m'en parler aussi ouvertement. J'apprécie.

Alors qu'ils marchaient, il avait placé ses mains dans son dos, réfléchissant à la manière d'aborder ce problème. Il finit par balayer ses doutes.

    - Il est vrai qu'il y a des similitudes. Le fait qu'elles paraissent dénuées d'intelligence et de volonté, tout d'abord. Et puis qu'elles obéissent aveuglément aux ordres, complètement soumises à leur maître également. Seulement l'une des seules différences que j'ai perçu entre mes Gillians et ces Abominations creuse un fossé infranchissable.

Il tourna son visage vers l'Arrancar qui l'écoutait. Il était curieux d'en apprendre plus sur lui mais pour l'heure, il devait s'expliquer en partie.

    - Elles sont autrement plus puissantes que les créatures que je contrôle moi-même. Si pour le moment ces Abominations sont clairement à notre portée, j'ai cru comprendre que les Abyssaux pouvaient leur donner plus de puissance encore. Ce n'est pas mon cas. Le nombre est ma force. Mais je dépense une énergie conséquente pour les maintenir sous mon pouvoir. Elles... C'était différent.

Il y avait pensé. Une opposition de force. Et d'endurance. Seulement si l'Empereur avait de l'égo, ce dernier ne prenait pas le pas sur la logique et la raison. Il ne pouvait s'imaginer ses propres créatures survivre face à l'armée des Abominations. Pas sans renforcer la puissance de ses Gillians. Mais ces derniers puisaient déjà dans sa propre énergie. Alors comment faire ?

    - Il existe des solutions, évidemment, et je serai curieux de savoir où tu veux en venir réellement à ce sujet. Pour ma part, j'y ai déjà réfléchi évidemment. Il faudrait que l'Espada agisse comme un seul être, sans distinction de clan. Mais pour cela, il faut s'appuyer sur un Primera capable d'être un véritable Meneur. Capable de soulever des Légions en soutien.

Il s'arrêta, se tournant vers l'homme face à lui. Ses yeux couleur de l'or observait la réaction à ce qu'il venait d'avancer. Il ne serait pas difficile de comprendre. Et si l'Empereur n'avait rien contre Lilith, elle ne représentait à ses yeux aucune des valeurs que l'on demandait à un véritable Primera. En dehors de sa force. Mais de cela, les armées n'en manquaient pas. Lui pouvait proposer bien d'autres choses. Et si l'Espada réagissait à ses ordres, alors il pourrait y associer facilement son propre pouvoir en menant les autres Légions contre les Abyssaux.

_________________
Trois fois trois Borick-signature
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t463-borick-el-emperador-ft

Borick

Revenir en haut Aller en bas


Al Jera

Données Spirituelles
Grade: Novena Espada
Lun 25 Sep 2023 - 19:53 - Trois fois trois

Finissant la dernière bouchée de son pauvre mets du jour et prenant soin de déguster rapidement les résidus de sang restés sur chacun de ses cinq doigts, le chef de clan accepte volontiers l'invitation à une balade digestive et suit le monarque autoproclamé dans sa marche. Après un long étirement ostensible, il parvient à détendre ses épaules et ses avant-bras et se concentre pour écouter paisiblement ce qu'El Emperador veut bien lui confier.

Celui-ci semble assez en confiance pour détailler un tant soit peu la nature de sa Resurrección. Tant mieux, d'une part, et à raison, d'autre part, puisque la tournure de la discussion ne semble pas faire pencher la balance vers un conflit armé. Malgré son appartenance aux meutes du désert et son adhésion à la plupart de leurs mœurs, Al Jera parvient à s'en réjouir. Comme le soulignait le chevelu un peu plus tôt, les mots sont parfois dans certaines situations la meilleure et unique solution. Maintenant qu'il est sur cette remarque, l'emplumé se dit qu'il s'agissait probablement d'une tentative sous-jacente d'intimidation. Une manière de dire que "tu ne le sais pas, mais nous sommes en train de nous battre en ce moment même". Il lève les sourcils, baisse la tête et souffle du nez en y repensant, gardant un sourire affable pour signaler à Borick que, lui également, il rit avec lui et non de lui.
L'habitant des abords de Las Noches se permet de rebondir sur une partie du discours qui lui est présenté.

    "Avant toute chose, pas besoin de me montrer une quelconque forme de gratitude ou de reconnaissance pour mettre sur la table les sujets essentiels. Comme tu l'as expliqué plus tôt, les nécessités de l'Espada passent avant pas mal de choses, et inutile de faire preuve de trop de négligence à leur égard, tu en conviendras. Surtout pour moi qui débarque tout juste. Je tiens à honorer ce statut qu'avait le seigneur Luisenbarn, et que j'ai maintenant le luxe de partager avec lui."

Le blond de las Manadas ne peut s'empêcher de tiquer sur la notion de "complètement soumises", bien qu'il tente de masquer au mieux ce ressenti. Ce qui vient à ses oreilles à l'instant présent a aussi son lot d'informations intéressantes.
Si le despote doit mobiliser, comme il le dit lui-même, de telles ressources pour garder ses soldats sous son contrôle, cela signifie bien qu'une fois ce contrôle lâché, ceux-ci sont hors de son influence. Son commandement n'est donc pas figé dans le temps, ce dont on pourrait déjà se douter. Selon ses propres dires, le troisième serait incapable, en plus de cela, d'amener ses soldats de l'instant à progresser ou à gagner en efficacité d'eux-mêmes, et compenserait alors par la multiplication de soldats. Un simple jeu d'additions, alors, plutôt éloigné des études plus avancées que l'ancien astronome avait l'habitude de mener à bien de son vivant.

Sa vie humaine, il n'a pas prévu d'en parler pour le moment. Même si le parallèle entre la vision des choses de son nouveau collègue et celle des vizirs plus ou moins corrompus qui l'ont tenu sous leur joug alors qu'il était un simple mortel est évident, il est mieux de ne pas en faire mention. En vérité, le détenteur de Cobalto Pluma soupçonne même le noble des pics rocheux de ne pas avoir connu cette période. Ce sur quoi il choisit de rebondir.

    "Loin de moi l'envie d'être indiscret, mais tu es de la même génération que moi, je me trompe ? Peut-être même bien antérieure encore."

Un autre point qu'il n'a pas prévu d'aborder tant que l'occasion ne se présente pas. Ces longs et interminables siècles passés comme Adjuchas, et le fait que l'expérience de fouler le sol du désert en tant qu'Arrancar lui soit si récente. Un an à peine sous cette forme, et qu'elle survienne aussi tard, c'est probablement rédhibitoire à être partie intégrante de l'Espada pour l'aristocrate aux pupilles dorées, voire à être simplement digne d'être doué de libre-arbitre. La Novena se reprend, réalisant que tomber dans le piège du jugement hâtif à son tour n'avancera personne à rien.
Une chose, en revanche, n'est pas passée inaperçue lorsqu'il a prêté l'oreille au monologue de son coéquipier missionnaire du Consilio. Il est clairement dubitatif quant à la légitimité de l'Alpha à tenir le rôle qui vient de lui être attribué, si ce n'est réfractaire à cette attribution. "L'Alpha", un nom inspirant le respect sur toute l'étendue des dunes de minéral blanc, et que le meneur du clan Gorrionito n'utilise pas non plus. À l'image de Jaggerjack, elle lui apparaît comme une simple cheffe de meute, et plus puissante et influente que lui ou non, elle n'en reste pas moins son égale sur de nombreux aspects. Se contenter de l'appeler "la louve" convient très bien à l'ancien Adjuchas au torse marqué. Au-delà du soutien évident à ceux de sa faction, il a son propre avis sur Lilith, et après un éclat de rire clément, se lance pour le partager.

    "La louve est jeune. Plus que nous, en tout cas. Et tu l'as soulevé toi-même, l'Espada souffre clairement d'un manque d'unité. Je crois comprendre que, comme tu le décris, cette idée d'homogénéité est cruciale dans votre vision d'une armée. Et à la fois, tu penses pas que c'est là toute son essence ? J'ai vu que peu de fois des membres de cette belle élite à l'œuvre, en tout cas pas de mes propres yeux, mais un constat saute aux yeux, justement. L'Espada, c'est une guerre d'egos constants. Je crois même pouvoir m'inclure dans ce que j'avance, dans une certaine mesure. Personne n'échappe jamais vraiment à sa nature humaine enfouie, pas vrai ?

    Je doute pas que les domaines de science et de savoir qu'on stimule et développe ici-bas soient minimes par rapport aux vôtres. Mais s'il y a une chose qu'un chef de meute apprend et développe tout au long de l'exercice de ses responsabilités, bien plus je pense qu'un membre de la cour de l'Hybris, c'est de parvenir à maîtriser des individualités fortes et bien différentes et de les faire converger vers des objectifs communs. De mon point de vue, l'unité que j'ai l'honneur de rejoindre aujourd'hui est pas si éloignée de ces clans. Laissons juste à cette nouvelle Primera le temps de s'adapter à ce changement d'échelle.
    "

L'homme au Zanpakutō bleu ciel essaie de réguler sa propre soif de connaissances lorsqu'il pense la sentir revenir, essuyant une perlée de sueur sur son front et jetant sa main sur le côté pour s'en débarrasser d'un geste las. Il a très envie, en vérité, de voir celle qu'il se contentait jusqu'alors de croiser brièvement ou d'apercevoir de loin à la tête de l'unité la plus puissante de ce plan de l'existence. Continuant à marcher placidement, il tourne la tête vers son interlocuteur et, plissant légèrement les yeux, se met à lui sourire comme s'excusant de ne pas lui dévoiler l'opinion qu'il préfèrerait entendre. Il reprend, dans un souci de respecter minutieusement les règles du jeu diplomatique dans lequel eux deux sont pris, et finit son argumentaire.

    "C'est pas contre la reine des papillons, je te rassure. Capacités très impressionnantes et rudement... gracieuses, au passage."

Il se retient de toutes ses forces de dire "appétissantes", s'imaginant déjà face à un délicieux plat composé de papillons qui l'attendrait, rien que pour lui. Retenant avec toute l'énergie qu'il peut utiliser un conséquent filet de bave, il poursuit.

    "Quant à toi, la question se pose pas. Tu nous as prouvé que tu étais capable d'être Primera. Si tu en es là aujourd'hui, c'est bien la preuve que l'époque où cette position t'intéressait est révolue, après tout. "

Tout cela ne lui en dit pas davantage sur l'implication antérieure aux événements actuels qu'aurait pu avoir son comparse de promenade. Celui-ci l'a un peu mieux éclairci sur le pendant et sur l'après, pas sur l'avant. Il oriente son regard vers le ciel, souriant calmement. Pas de clin d'œil cette fois. Parfois, faire semblant d'être naïf s'avère être la meilleure solution.
C'est son propre côté Cámara, probablement.
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t1149-al-jera-fiche-techniq

Al Jera

Revenir en haut Aller en bas


Borick

Données Spirituelles
Grade: Tercera Espada
Mar 3 Oct 2023 - 20:33 - Trois fois trois

Certes, il comprenait cette volonté d'assumer son statut. En hommage, par honneur. Qu'importe finalement la raison qui le poussait à agir de la sorte tant qu'il comprenait l'importance réelle de l'Espada et de ce que l'on attendait de chacune des lames présentes. Beaucoup mettait en avant leurs ambitions personnelles et les égos étaient trop importants. Il parlait en connaissance de cause par ailleurs, même s'il aimait à penser que c'était aussi pour le bien de l'Acuerdo.

A la question suivante, bien qu'il ne comprenne pas réellement où il voulait en venir concrètement, il opina du chef. Ils ne devaient pas être si éloigné l'un de l'autre en terme de génération, en effet. Curieux de savoir où cela allait le conduire, il répondit brièvement.

    - Je suppose que oui, en effet. Peut-être un peu plus ancien mais est-ce vraiment important en réalité ? Pourquoi cette question, si je puis me permettre ? Il n'est pas si fréquent que cela entre en considération dans les différentes conversations que je tiens avec les nôtres.

Borick était un Arrancar depuis un petit moment maintenant. Et s'il s'était montré discret à l'époque où les Shinigamis avaient pris possession de leur terre pour leur projet personnel, il avait fait en sorte de rester informé sur la suite des événements. Il ne s'offusquait pas de la question mais en était simplement intrigué. Simple préambule à ce qui allait suivre ? Peut être.

Alors il comprit en partie l'allusion. Et à mesure que l'homme exposait son point de vue, Borick écoutait sobrement. Avec attention. Il comprenait effectivement le point de vue d'un chef de meute mais comme tout bon Manadas, il en oubliait l'essentiel. Certes, les individualités n'étaient pas si évidentes à diriger, à les faire participer à quelque chose de plus grand que leur égo. Seulement à ses yeux, les méthodes des autres clans n'étaient qu'un palliatif. cela tiendrait quelques semaines. Guère plus. Alors qu'au sein du Palais de l'Hybris, on apprenait à faire les choses autrement. Du moins était-ce sa propre philosophie.

    - Sans doute est-ce un sujet sur lequel nous ne tomberons pas réellement d'accord. Mais c'est ce qui fait la beauté des débats après tout. Si je comprends que vous avez l'habitude de gérer les tensions et les égos des vôtres, je crains que vous ne soyez guère armé face à la politique et à ce que cela peut impliquer comme obligations et responsabilités. Oh, rassure toi. Tu n'es clairement pas dans le lot de ceux que je vise, cette discussion le prouve.

Il eut un léger rire. Il ne flattait pas son égo, il ne faisait que dire ce qu'il pensait en cet instant. Il n'oubliait pas que la précaution était de mise, qu'importe le plaisir prit à échanger.

    - Il est évident que je lui laisserai le temps nécessaire pour comprendre ce que l'on attend d'un véritable Primera. Je crains seulement qu'elle ne soit pas taillée pour cela. J'espère néanmoins me tromper.

Il lui répondit par un sourire lorsqu'il évoqua la Reine des Papillons, comprenant plus ou moins où il voulait en venir. Mais lorsqu'il se reprit le concernant lui, l'Empereur ralentit sa marche et se tourna vers son vis à vis, afin de bien saisir ses réactions suite à ce qu'il allait lui dire.

    - Il y a sans doute un peu de cela. Je n'ai pas réellement défendu mes chances comme il le fallait lors de l'avant-dernier tournoi. Il faut dire qu'à l'époque, je désirais maintenir le secret sur certaines des prédispositions qui sont les miennes et que mes adversaires m'auraient forcés à en dévoiler plus que je ne le désirais. J'ai donc préféré laisser ma place de l'époque pour me concentrer sur le plus important. L'unité.

Cela pouvait paraître paradoxal. En tant que Primera, il aurait aisément pu souder l'Acuerdo et les clans. Seulement il s'était retiré par ambitions personnelles. Et ne le regrettait pas. Mais maintenant, il était temps pour lui de reprendre son statut. Sans prétention aucune, il n'y avait pas eu meilleur Primera que lui-même depuis sa passation.

    - Cela peut surprendre, je l'entends bien. Mais à l'époque, je devais m'affranchir des responsabilités qui incombaient à la Primera pour permettre d'étudier et d'observer les humains sans prendre le risque de mettre l'Acuerdo et l'Espada en porte-à-faux. Maintenant que c'est réglé, je ne te cacherai pas avoir l'ambition de récupérer la place qui me revient de droit. La politique est un domaine que je maîtrise plutôt bien. Et je suis convaincu de pouvoir diriger les égos de chacun vers un plus noble objectif. Si on m'en laisse l'opportunité.

Petite allusion à ce qui s'était dit auparavant sur les chefs de clan. Décidément, ce petit jeu l'amusait terriblement. Quant aux nobles objectifs mentionnés, il avait quelques idées en tête.

    - Mais toi ? Te verrais-tu à cette place si convoitée ? Comment vois-tu l'avenir de notre monde ? De notre Espada ? Je suis curieux de t'entendre à ce sujet.

_________________
Trois fois trois Borick-signature
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t463-borick-el-emperador-ft

Borick

Revenir en haut Aller en bas


Al Jera

Données Spirituelles
Grade: Novena Espada
Mar 10 Oct 2023 - 16:11 - Trois fois trois

Le dialogue bat son plein, et les deux partis se montrent vivement stimulés par les différentes directions qu'il s'avère prendre. L'assaut vain et assez naïf d'un Hollow en forme de grande mante religieuse, surgi du sable dans l'espoir d'assaillir les deux Espadas, interrompt le fil de ce dialogue, conduisant le chef de meute à se tourner vers son collègue en lui faisant un signe de la paume.

    "Oh, deux secondes."



Laissant le pauvre insecte osseux agoniser derrière lui, Al Jera range son arme et attrape l'une des pattes acérées au sol et se retourne, la dégustant et reprenant son entrevue avec le noble de l'Hybris.

    "Excuse mes manières un peu rustres. Je te rassure, mon habitude de consommer des insectes est plus une obsession comme ça a pu l'être. Je fais ça de manière modérée, maintenant. C'est un loisir."

Le blondinet du Yermo sait qu'il est plus ou moins en boucle avec cette justification, aussi il préfère enchaîner directement avec l'essentiel.

    "On a notre lot de visions différentes de la chose, c'est vrai. Pas grand intérêt pour moi de m'être déplacé si c'est pour qu'on se rassure mutuellement dans nos convictions, en même temps. Mais malgré ces décalages, j'ai bien reconnu en toi quelqu'un qui vivait ici depuis plusieurs siècles au moins. Avec le temps, on a tendance à se conforter dans notre propre idéologie dés lors qu'aucune preuve... éclatante du contraire, disons, nous apparaît."

Suivant l'ordre de ses propres idées exprimées à l'oral sans grande crainte, le volatile de las Manadas lève les yeux au ciel, comme s'il se confiait à ce mystérieux symbole qu'il avait eu l'occasion de voir plus en profondeur dès la création de ses Fracciones. Il n'est jamais trop tard pour faire un travail sur soi-même, même si ce travail doit être maintenu et répété en permanence.

    "De mon côté, j'ai choisi de combattre ça. De m'en affranchir. La certitude est plus de mise. J'aime l'idée de reconnaître que je sais rien, et ce sentiment de libération qui en découle.
    Certains pensaient qu'on avait enfin pu poser une théorie viable et représentative du cycle de la vie, parce qu'après avoir quitté notre corps d'humain, on a atterri ici, et qu'on connaît vaguement le fonctionnement des Shinigami. Mais avec cette histoire d'Abyssaux, on a la preuve d'à quel point, de toute façon, tout ce qu'on pense connaître sur l'équilibre des différents plans spirituels est bancal. D'autant que si ces nouveaux venus se sont apparemment d'abord manifestés dans nos tréfonds, on sait pas non plus s'ils ont émergé d'eux-mêmes, ou s'ils ont été aidés par une autre entité.
    "

Il appuie légèrement sur cette dernière phrase, soufflant du nez et fermant les yeux. Leur dialogue étant aussi cordial, il ne ressent pas le besoin de cacher qu'il est encore dubitatif quant à la non-implication de celui qui se tient à ses côtés par rapport aux événements récents. Il ne croit pas forcément utile non plus de réexposer son opinion vis-à-vis de la propulsion de Lilith au sommet de l'unité représentative de l'Acuerdo, estimant que ce qu'il vient de confier s'applique tout aussi bien à cette réflexion-là. Ni lui ni le chevelu n'en savent assez, à ses yeux, pour prétendre réussir à prévoir avec exactitude futurs succès comme futurs échecs.
Le meneur du clan Gorrionito garde en lui ce sentiment de méfiance, craignant de saboter leur intérêt commun à poursuivre cette réflexion en binôme. En réalité, il se surprend même à lâcher une bonne quantité de pression dans un rire chaleureux lorsqu'il constate qu'El Emperador, contre ses attentes, ne cherche absolument pas à masquer sa volonté de reprendre la place qui a une fois été la sienne. Forcé de s'avouer surpris et, quelque part, soulagé de voir que le membre de la Cámara conserve lui aussi un côté humain, bien que verrouillé à travers plusieurs principes et valeurs propres à la cour de Melchom, il se permet de réagir, remettant justement au premier plan l'entité que représente le chef de faction du nouveau palais royal depuis la disparition énigmatique de Kyōaku.

    "Je vois, alors ! Ce doute que tu émets par rapport à la légitimité de notre nouvelle Primera concorderait avec cette volonté de ta part de mettre à profit ce temps de "préparation" que tu t'es accordé. Hésite pas à m'arrêter si mes termes sont trop forts ou inadaptés. Mais, hormis inattention de ma part encore une fois, je t'ai pas entendu mentionner Melchom dans ce qui ressemble à ton projet. Qu'adviendra-t-il alors de lui, si c'est correct de demander ?"

Cette dernière interrogation de la part de son associé Tercera le prend de nouveau de court. Il ne peut s'empêcher d'éclater de rire, cette fois de manière bien plus spontanée, presque généreuse, peinant même à garder en bouche le morceau de mante religieuse dont il était jusqu'ici en train de se délecter. Celui-ci s'évapore aussitôt, à l'image probablement du reste du corps qu'ils ont laissé derrière eux. Si l'ancien astronome ne s'était jamais imaginé ne serait-ce qu'Espada numéro dix avant que ses protégés n'insistent lourdement, le conduisant à finir par céder et à relever le défi, l'idée même de se voir commander cette escouade lui apparaît comme de la pure et simple science-fiction. Pouffant de plus belle, il essaie de garder son sérieux en répondant à celui qui vise réellement cette position.

    "Primera, moi ?"

Se retenant de suivre ces mots d'un "Sérieusement, ah ah, on me l'avait pas sortie celle-là depuis loooongtemps", il poursuit.

    "Tu disais plus tôt que j'étais pas dans le lot de ceux que tu vises. J'apprécie l'intention, mais au final, je pense que je serais le pire choix ! Au-delà du fait que je viens à peine d'arriver et que mes preuves sont encore à faire, je sais déjà que je suis pas taillé pour être un... leader, disons. Un véritable dirigeant possède de nombreuses compétences dans des domaines variés, et j'ai pas cet avantage. Mon bras droit ferait même un bien meilleur Primera que moi, à choisir. D'ailleurs mon propre clan fonctionne de manière plus "démocratique", je crois que c'est le mot qu'ils utilisent pour décrire cette manière d'organiser un groupe, maintenant. Non, je pourrais défendre la louve et la suprématie de la faction de Jaggerjack autant que je veux, force est de constater que cette suprématie, j'en suis malheureusement pas représentatif.

    Je suis un suiveur, on pourrait dire. Un suiveur qui couvre d'autres suiveurs, mais un suiveur quand même. Les jeunes de la meute continuent à me dire que je suis trop modeste, tout ce que tu veux, mais j'arrive pas à me détacher de cette idée. On est tous plus ou moins prisonniers de ce cycle des âmes, dans tous les cas, à moins d'assister un jour à un changement majeur sur le plan multi-dimensionnel. Je me vois comme un spectateur, en vérité. Bien sûr que certaines choses comptent pour moi, il y a des endroits et des individus que je cherche à conserver et à défendre, mais c'est à peu près tout.
    C'est simplement... assez grisant de pas savoir, je l'admets. J'aime repousser les questions qui viennent à mon esprit, dans l'optique de constater les changements de mes propres yeux. J'en serais le premier surpris dans tous les cas, j'en suis convaincu.
    "

Un discours assez long, mais qui a le mérite de résumer clairement son opinion sur le sujet. Marquant une petite pause, il pose de nouveau son regard vers ledit souverain, curieux également de voir sa réaction après avoir entendu cet aveu.
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t1149-al-jera-fiche-techniq

Al Jera

Revenir en haut Aller en bas


Borick

Données Spirituelles
Grade: Tercera Espada
Sam 14 Oct 2023 - 22:44 - Trois fois trois

Il inclina simplement la tête en guise de réponse alors que Al Jera se débarrassait de la pauvre créature assez folle pour se croire de taille face à eux. Préférant ne pas se salir les mains avec ce genre de basse besogne, il n'en était que trop heureux de voir son vis à vis prendre les devants. Avec une remarquable précision par ailleurs. Et visiblement, cela lui donnait l'occasion de finir son propre repas.

    - Il n'y a rien à excuser, rassure toi. Nous sommes ce que nous sommes, inutile de s'inquiéter pour si peu.

S'ils étaient différents sur ce principe, il prenait trop de plaisir à l'échange pour s'offusquer de ce comportement. Certes, cela ressemblait plus à celui d'une bête que d'une créature civilisée, mais chacun ses pulsions après tout. D'ailleurs son interlocuteur semblait le savoir puisque rapidement, il enchaîna sur la suite. Là encore, des différences élémentaires ressortaient de son discours. Contrairement à l'Espada qui était à ses côtés, lui estimait "que ne rien connaître" était une prison pour l'esprit, et non une libération. Le sentiment d'être dépassé, de ne pas savoir, était précisément le genre de chose qu'il exécrait. Et il luttait de toutes ses forces pour repousser ces ténèbres.

Toutefois il était intéressant d'entendre sa propre vision des choses. Et rare de voir qu'une personne puisse assumer de la sorte son ignorance. Ou plutôt sa volonté de ne pas tout comprendre. Sans doute qu'il était plus dans le vrai que lui-même ? Possible. Mais le blondinet ne pouvait accepter cela si aisément.

Pour le point des Abominations, il avait cependant raison. Il était difficile de savoir à qui ils avaient à faire. On ne connaissait rien d'eux et pour l'heure, toutes les démarches pour essayer de comprendre n'avaient servis à rien. Ou alors trop peu pour avoir une vraie influence. L'Empereur en était venu à croire que parmi le Consilio, certains des Maîtres ne disaient pas toute la vérité. Comment croire que le puissant et ancien Yronnos n'ait jamais eu connaissance de ces créatures ? Un doute léger certes, mais qui l'obligeait à rester prudent.

    - Melchom ?

Il eut un large sourire. Il était évident qu'il ne tomberait pas dans un piège aussi grossier. Un court instant, il eut presque envie d'en jouer. Juste pour titiller l'Arrancar face à lui, voir sa réaction.

    - Il ne me semblait pas nécessaire de le préciser, tant cela me semble logique. Reprendre la place qui me revient ne pourra que contenter Melchom. La Cámara a un statut à tenir. Une image assez précise de ce que ses membres doivent accomplir.

Des principes qui poussaient les autres clans à détester La Cámara, il le savait. Trop imbus de leur personne, trop sûr de leur supériorité. Pour la plupart des cercles, ils étaient détestables. Mais cela ne lui importait que peu. L'avis de ceux qui ne comptaient pas ne pouvait impacter son existence, finalement.

Finalement, ce fut son éclat de rire qui surprit le plus la Tercera Espada. Qu'il puisse prendre cette idée comme une vaste plaisanterie lui échappait. Même s'il comprenait en l'écoutant que c'était surtout parce qu'il s'estimait inapte à s'approprier ce rôle et les responsabilités que l'on attendait d'une Primera.

    - Je comprends. Je ne te cache pas être surpris par le qualificatif dont tu t'affubles. Un chef de meute se considérant être un suiveur, ce n'est pas quelque chose de très courant. Tu es une personne réellement intriguante, Al Jera.

Il le pensait. Et ce n'était d'ailleurs en rien un jugement. Simplement une constatation, comme une sorte de première conclusion à leur échange. Il poussa un simple soupir, comme s'il regrettait une chose.

    - La Panthère a de la chance d'avoir un Arrancar aussi humble à ses côtés. C'est sans doute ce qu'il lui manque le plus, je crois. Cette modestie, cette capacité à voir les choses sous un autre prisme. Si je ne connaissais pas ton allégeance, je pourrais presque croire que tu es un des nôtres.

C'était de toute évidence un compliment. A sa manière, l'Empereur reconnaissait la valeur de son vis à vis. Mais visiblement, il semblait que la conversation commençait à approcher de la fin. Selon son propre avis en tout cas. Mais on n'était pas à l'abri d'une belle surprise, n'est-ce pas ? Il s'arrêta finalement, pour se tourner vers la Novena. Plongeant son regard ambré dans celui de l'Arrancar.

    - Et maintenant ? Que faisons-nous, très cher ?


_________________
Trois fois trois Borick-signature
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t463-borick-el-emperador-ft

Borick

Revenir en haut Aller en bas


Al Jera

Données Spirituelles
Grade: Novena Espada
Mer 22 Nov 2023 - 21:02 - Trois fois trois

Oui, cela va de soi. Du peu que la fraîche recrue de l'Espada a cru comprendre quant aux mœurs et aux axiomes propres à la cour de l'Hybris, on pourrait aisément se dire que le chevelu, comme il paraît le reconnaître lui-même, ressemble au représentant idéal. En surface, en tout cas. Pas que Melchom soit beaucoup plus clair dans ses intentions, cela dit. Pas que cette "surface" déplaise non plus au blondinet, qui se surprend lui-même à passer un bien plus agréable moment que prévu.
Le voilà presque gêné. Lui qui venait, presque en arbitre autoproclamé, pensant pouvoir prétendre à cette position de main innocente et impartiale notamment grâce à son implication minime voire nulle dans les événements survenus au Hueco Mundo ces derniers siècles. Cette course interminable à la survie et à l'occasion d'enfin passer Vasto Lorde, et Arrancar par la même occasion, ne lui aurait pas permis de toute façon. Lui qui était convaincu que s'accorder des droits liés au pouvoir et à l'autorité était une chose qu'il avait en horreur, voilà qu'il y avait déjà inconsciemment pris goût, ne serait-ce qu'un petit peu. Il n'est personne, finalement, pour agir et parler à la place de l'Alpha, qui est plus que largement capable de se défendre seule.

Malgré ces quelques secondes de remise en question, il ne peut s'empêcher de maintenir une forme de retenue et de distance, toujours accroché à l'éventualité que quelque chose se trame du côté de son partenaire de débat. Quelque chose de lié aux Abyssaux ou pas, d'ailleurs, même si la première option serait clairement préférable vu l'urgence. Décidément, il n'aura pas fallu plus d'une petite discussion avec le monarque autoproclamé pour inséminer le doute dans l'esprit du volatile. Qui donne des ordres à qui, qui décide de quoi... Autant de théorèmes qui, en plus de ne pas lui rappeler que des bons souvenirs de ses années sur Terre, ne stimulent vraiment rien de très constructif dans son esprit.
C'est pour éviter de torturer ce dernier qu'il a scellé dans ses Fracciones ses échappées les plus extrêmes, après tout.

    "Quelque part, je t'envierais presque d'avoir une telle relation avec ton supérieur, tu sais. Jaggerjack et moi nous connaissons de très loin depuis un moment, mais effectivement, il y a ce hiatus entre ses méthodes et les miennes. Pas que j'aie raison et lui tort, rien à voir. Je dirais même que le pauvre ayant connu tout ce qu'il a connu, entre le règne du seigneur Luisenbarn, celui de Sosuke Aizen, l'alliance contre Ywhach, Satsubatsu, et ainsi de suite...
    Je dois probablement être celui qui se fait des illusions. Le temps nous le dira, Borick. Combien de temps, là est la vraie question.
    "

Comme El Emperador le souligne si bien, il n'est effectivement pas un si bon symbole de las Manadas que cela. Lui-même le verbalisait un peu plus tôt, mais l'entendre d'une autre bouche fait toujours un autre effet. Malgré sa propension à prendre du recul et à s'adapter aux situations, reconnue en tout cas par ses pairs, cette remarque ne le laisse pas entièrement insensible. Ne pas se sentir à sa place, c'est un sentiment qui ne l'a jamais vraiment quitté, quelque part.
Il faut croire que certains sont convaincus de sa capacité à honorer la place de Novena, après tout. À commencer par cet énigmatique Consilio : le Tercera marque un point quand il affirme qu'ils ont encore de nombreuses informations cruciales qu'ils refusent de délivrer à leurs émissaires, c'est indubitable. Jaggerjack n'en serait pas exempt.

Mais il y a un moment pour tout. Le meneur du clan Gorrionito pose enfin son regard dans celui de son comparse, sortant de cet état végétatif et désagréable qu'est cette escapade dans son tourbillon infini de pensées. Alinto et Alica ne peuvent pas faire tout le travail, manifestement.
Cette dernière interrogation est légitime. Le commanditaire de Menos s'est déplacé, et il a le droit de savoir de quoi il en retourne. L'Arrancar au torse marqué, lui, a il y a peu été appelé pour une intervention en petit comité, pour ainsi dire. Pas vraiment nécessaire d'en parler à celui qui se trouve en face de lui, notamment parce que l'ancien astronome devine qu'il sera absent, et devine aussi la raison pour laquelle il n'a pas été convoqué.
Non, il a lui-même un projet suite à cette petite mission. Lui et Domuyo en ont discuté longuement, et il sera bientôt temps. Il se confie à celui qu'il a enfin eu l'occasion de rencontrer.

    "J'ai à faire dans les prochains jours. Affaires de meute, évidemment, mais pas uniquement. Je prévois une escapade dans le monde vivant dans les semaines à venir. Entre quinze et vingt jours avant mon départ dans l'idéal, je dirais. Bien entendu, il me faudra du temps d'adaptation, même une fois arrivé.
    Une chose que tu aimerais que je mette en œuvre là-bas ? Simple recueil d'informations, ou une action quelconque ? Je te promets absolument rien. Mais si l'envie m'en prend, et que ça s'aligne avec mes intérêts, c'est pas impossible que je revienne en t'ayant enlevé une épine du pied.
    "

Tout pour l'Espada, en effet. Il a un clan à protéger et à nourrir, aussi petit soit-il. Et le bien commun prime sur son intuition. Même si celle-ci lui répète de ne pas obéir au tyran.
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t1149-al-jera-fiche-techniq

Al Jera

Revenir en haut Aller en bas


 
   Permission de ce forum:

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum