Before Tomorrow Comes :: Chroniques & Intrigues :: Chroniques


Kiryū Shinjiro

Données Spirituelles
Grade: Kenpachi - Capitaine de la 11e Division
Dim 21 Mai 2023 - 8:44 - Case "Sortie de prison"

Les papiers, franchement, ce n'était pas pour lui. En dehors de se torcher avec, il n'en voyait pas vraiment l'utilité. Mais voilà, certaines responsabilités incombaient à celui qui portait cet étrange brassard et il devait s'y coller. Surtout que la Onzième division ne possédait toujours pas de Capitaine actif et que la tâche lui était donc dévolue par principe.

    - Principe de mes couilles, ouais !!

C'est que l'humeur n'était pas au beau fixe. Le dossier sous ses yeux était ouvert sur un profil, une photo, et des notes expliquant les "griefs" qui étaient reprochés à celui qui intégrait sa division. Ou du moins qui réintégrait si l'on en croyait le parcours du bonhomme. Voilà qu'un des anciens de la division allait faire son apparition. On était venu le chercher pour cela alors qu'en réalité, le colosse se moquait bien de savoir d'où venaient les shinigamis qui intégraient sa division. Une seule chose comptait à ses yeux : respecter les valeurs de la division du Combat et qu'on ne moufte pas trop quand il donnait ses consignes.

Pas qu'il soit attaché à la chaîne de commandement mais l'Argenté souhaitait redorer le blason de sa division et l'indiscipline dans les rangs d'une armée devait être corrigée. Enfin, qu'importe finalement, il se redressa de son siège pour attraper l'immense lame qui trônait près de la porte afin de la placer dans son dos, et prit ensuite la direction des lieux où l'homme l'attendait.

Spoiler:

Sur son passage, les shinigamis le saluaient. Et s'écartaient promptement. L'aura qui se dégageait de lui en cet instant était sinistre, signe évident de son humeur. Apparemment, quelques personnes de la Seconde division allaient escorter son "invité". Déjà qu'il aimait pas trop leur capitaine, alors se voir donner des consignes par ces gardiens de prison, très peu pour lui.

Il ne mit finalement que peu de temps pour arriver. Sa stature dénotait clairement avec celle des autres Shinigamis, même parmi ceux de la Onzième. Il faut dire que le colosse en imposait naturellement, sans même le vouloir foncièrement. Son regard se posa tour à tour sur les personnes présentes. Et notamment le Troisième siège.

    - C'était obligé tout ça ? 'Tain, vous aimez la mise en scène à la Seconde division. Laissez-le moi et barrez-vous, j'm'occupe du reste.

Il lui importait assez peu de savoir quelles recommandations on allait lui donner concernant cette personne. Il ne se basait que sur une seule chose le concernant : son instinct. Ce serait donc à Metsudai de s'expliquer. Les autres avis ne comptaient pas.

Surtout pas venant de sous-fifres de So-raton !
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t342-kiryu-shinjiro-ft

Kiryū Shinjiro

Revenir en haut Aller en bas


Oniwa Metsudai

Données Spirituelles
Grade: 3e Siège de la 11e Division
Dim 21 Mai 2023 - 20:26 - Case "Sortie de prison"

En voilà une bien belle sensation.
Après tant et tant de temps emprisonné dans cette fichue grotte, la douce chaleur des rayons du Soleil accueillant sa peau ravissait les sens de Metsudai alors qu’il marchait à l’extérieur pour la première fois en une demi-douzaine de siècles. Certes, il n’était pas encore tout à fait libre de déambuler comme il l’entendait, mais la bouffée d’air frais qu’il prenait lui procurait un plaisir depuis longtemps oublié et que beaucoup devaient penser être évident. Après une petite discussion avec le chef de l’Onmitsukidō, notamment sur ce qu’il ne devait pas divulguer aux autres Shinigamis quant au Nid aux Asticots, on lui restitua son fidèle sabre Ryutsume, qui pouvait enfin à nouveau reposer contre sa taille. Hélas il fallait aussi s’attendre à être importuné par le pitoyable esprit parasitaire qui y avait élu domicile, mais c’était un prix à payer que le Shinigami jugeait convenable pour retrouver ses pleines capacités.

Et aujourd’hui, il retrouvait les quartiers de la Juichibantai !
Escorté par quelques-uns des Shinigamis de la Deuxième Division, celui que l’on nommait autrefois le Menos de Sabitsura s’étonna de voir des rangées de dieux de la mort l’attendre. Il s’agissait là de ses futures troupes, il devrait donc bientôt en faire la connaissance de façon plus informelle. Mais pour le moment, c’était quelqu’un d’autre que l’ex-détenu devait voir. Un petit topo rapide lui avait fait comprendre qu’il rencontrerait à son arrivée le Vice-Capitaine qui serait donc son supérieur direct. Cependant, on ne lui avait pas répondu lorsqu’il demanda ce qu’il en était de l’actuel Kenpachi. Peut-être le capitaine avait-il mieux à faire, ou bien était-il occupé sur un front inconnu. Quoiqu’il en soit c’était un nouveau départ au sein du Gotei 13 qui s’ouvrait à lui, et Metsudai comptait bien se distinguer plus encore qu’en l’ancien temps. Et même si la Onzième n’était guère connue pour ses ronds-de-jambe, se présenter dignement était de rigueur.

Et le Vice-Capitaine fit son apparition.
Une silhouette imposante, mesurant peut être deux têtes de plus que lui pour une carrure puissante. Il était un poil plus proportionné que le sortant de prison et sa corpulence singulière, mais il n’en était pas moins une montagne de muscle, le tout couronné par une chevelure d’argent. C’était bien là la stature d’un officier de la Onzième, oui. Mais l’aura qu’il dégageait, elle, n’était pas celle d’un simple lieutenant de division. Dans l’ensemble, jamais Metsudai ne s’était sentit intimidé par un Shinigami en-dessous du grade de Capitaine. Sans doute était-ce lié à la différence de puissance entre ceux qui avaient accès au Bankai et les autres.

Mais même si la mémoire du guerrier pouvait lui jouer des tours avec les années, la puissance qui irradiait de son supérieur hiérarchique n’était pas éloignée de celle d’un Capitaine pur et dur. Et elle était emprunte de frustration. En outre, il remarqua aisément l’arme qu’il portait dans son dos. Était-ce là son Zanpakutō sous forme de Shikai ? Pourquoi donc l’avait-il libéré ainsi ? Se préparait-il à un combat ? Avec lui ? Non, d’après ses mots, c’était contre l’escouade de la Nibantai à ses côtés qu’il en avait. Quoiqu’il en soit, il avait face à lui un être à la puissance formidable ! Ce simple fait illumina la face auparavant neutre du combattant, qui esquissa un sourire pour la première fois de la journée.

Case "Sortie de prison" 82zb

« L’on m’avait dit que vous étiez grand. Je ne m’attendais qu’à une histoire de taille… »

Oh, il avait hâte de le voir en action…
Les hommes de la Seconde Division, eux, semblaient moins enthousiastes. Ils bredouillèrent quelques excuses, de toute évidence intimidés par l’énergumène en face d’eux : « V-Vice-Capitaine Kiryū, soyez assurés que nous n’avons pas l’intention de vous provoquer. Comprenez que le protocole du Conseil Militaire nous tient pour responsables du détenu avant qu’il ne rejoigne sa division ! Si tel est votre souhait, nous partons sur le champ ! » dit leur meneur avant de s’incliner et de quitter les lieux. Hélas, ce ne sera pas suffisant pour que Metsudai en soit enfin débarrassé, mais au moins pouvait-il se consoler en se disant qu’ils ne le surveilleraient que de loin. C’était déjà une nette amélioration, lui qui avait passé 600 ans sous leur garde. Il soupira alors en regardant détaler le dernier d’entre eux avant de reporter son attention sur celui ce fameux Kiryū Shinjiro avant de glisser avec légèreté :

« Ne leur en tenez pas trop rigueur. Ironiquement, ce sont les Forces Spéciales qui sont mentalement les moins agiles… »

Enfin, à une ou deux exceptions près, si on se rappelle du blondinet qui dirigeait la surveillance du Nid il y a de cela plus d’un siècle. Quoiqu’il en soit, Metsudai faisait ici la connaissance de son chef. Il lui fallait donc faire preuve d’étiquette. Il se tînt donc droit avant de prononcer ces quelques mots, reprenant un visage sobre alors que ses yeux de rubis fixaient ceux de son supérieur :

« C’est néanmoins un honneur, Vice-Capitaine Kiryū. Mon nom est Oniwa Metsudai, ancien et désormais nouveau Troisième Siège de la Onzième Division. A compter de ce jour, ma lame est à votre service. »

Dit-il en s’inclinant avec révérence devant Shinjiro, comme le voulait la tradition.
Bien qu’il soit en remise de peine, le Shinigami avait toujours eu à cœur de travailler son image, qu’il s’agisse de son phrasé ou de sa conduite, il se devait d’être la meilleure version de lui-même en tout instant. L’amélioration devait être totale pour être réelle, même si elle pouvait faire vieux jeu auprès des plus jeunes. Il se redressa donc pour soutenir à nouveau le regard du lieutenant.
Cela serait le début d’une riche collaboration…
Il pouvait le sentir.


Dernière édition par Oniwa Metsudai le Lun 22 Mai 2023 - 3:05, édité 1 fois
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t867-oniwa-metsudai-3e-sieg

Oniwa Metsudai

Revenir en haut Aller en bas


Kiryū Shinjiro

Données Spirituelles
Grade: Kenpachi - Capitaine de la 11e Division
Dim 21 Mai 2023 - 22:47 - Case "Sortie de prison"

Le protocole militaire. Il le connaissait sur le bout des doigts, en dépit de son statut de soldat. Et pourtant ici, il prenait comme une insulte personnelle que l'on puisse encadrer de la sorte un siège de sa division. Surtout un siège aussi élevé et qui lui avait en plus appartenu il n'y avait pas si longtemps encore. Mais au moins avait-il la satisfaction de les voir décamper, même s'il comprenait qu'ils ne seraient jamais vraiment loin. Leur mission prévalait sur le reste, il ne pouvait pas dire grand chose à ce sujet.

La remarque de Metsudai quant à ces lavettes le fit rire d'ailleurs. Il commençait bien, il ne pouvait pas le nier. S'il se référait aux papiers qu'il avait parcouru, l'homme face à lui était une des légendes de la Onzième. De par son ancienneté déjà mais pas seulement. Il comprenait toutefois les raisons qui avaient poussées les autorités à l'emprisonner et veillerait à ce que cela ne se reproduise évidemment pas. Sa responsabilité.

Alors que Metsudai s'inclinait, le colosse lui fit rapidement signe de se redresser. Autour d'eux, les shinigamis présents saluèrent d'un bloc le Troisième siège, présentant leur lame en signe de bienvenue, formant une sorte de haie d'honneur qui rapidement s'étiola. L'accueil était fait et le colosse étant présent, ils pouvaient repartir chacun à leur occupation. Ils connaissaient le géant suffisamment pour savoir qu'il n'aimerait pas les avoir dans les pattes.

    - Visiblement l'honneur est partagé. Mais pas la peine de faire ça. J'suis pas différent de toi ou des autres gars de la division. On saigne tous pareil, on est tous dans la même merde. Si ta lame est à mon service, tu peux être sûr qu'il en est de même de la mienne. Au fait, tu peux m'appeler Shinjiro.

Le colosse mourrait pour eux s'il le fallait, de cela nul ne doutait. Quant à Metsudai, il apprendrait rapidement qui était son lieutenant. D'un signe, il l'invitait déjà à le suivre. Reprenant la parole :

    - J'vais pas t'mentir. J'ai parcouru ton dossier mais j'vais certainement pas prétendre que cela me suffit à comprendre tes motivations de l'époque ou pour dire que j'te connais. Pour moi le passé n'a que peu d'intérêts. Par contre ce que j'vois, c'est que la Onzième vient de gagner un mec avec une putain d'expérience. Ca va nous faire du bien, j'en suis convaincu.

Pour faire simple : chacun avait un passé plus ou moins compliqué et lui ne jugerait pas sur cela. Il se ferait sa propre opinion, qu'importe les pressions extérieures.

    - T'as passé un sacré temps au placard. T'as des questions sur la division ? J'suppose que ça a sacrément changé depuis la dernière fois. On va aller grailler un morceau pendant qu'on cause, si ça te dit.

C'était certainement peu de le dire. Il avait hâte de voir un peu ce que cette alliance allait donner.
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t342-kiryu-shinjiro-ft

Kiryū Shinjiro

Revenir en haut Aller en bas


Oniwa Metsudai

Données Spirituelles
Grade: 3e Siège de la 11e Division
Lun 22 Mai 2023 - 3:04 - Case "Sortie de prison"

Metsudai avait beau s’incliner, on lui faisait savoir que ce n’était pas nécessaire.
La Onzième Division n’était pas connue pour son décorum, après tout, mais le reste des troupes ne manqua pas de saluer à leur tour le vétéran, qui passa son regard sur eux en leur faisant un signe de la tête. Il était à nouveau à la maison. Les Shinigamis rompirent dès lors pour laisser les deux gradés seuls, et le Reiō savait qu’ils avaient des choses à se dire. Première chose, l’officier argenté lui fit comprendre qu’il n’avait pas à ses formaliser de la sorte. Il ne se voyait pas différemment des autres membres de la Division et affirmait qu’il rendrait la fidélité que lui porterait l’ancien détenu, l’invitant à l’appeler par son prénom. Sa modestie contrastait avec sa forte présence, mais le guerrier libéré ne la trouvait pas déplaisante.

« Comme il te siéra, Shinjiro. J’apprécie l’attention. »

Répondit le repris de justice, préférant tout de même garder son vocabulaire vieillot habituel.
Le premier intéressé se mit alors en marche en invitant Metsudai à le suivre, ce qu’il fit sans chichi. Shinjiro reprit la parole pour indiquer qu’il ne prendrait pas en compte son passé trouble avec la justice, ou même en général, pour se concentrer sur le présent concret, bien qu’il se réjouissait à l’idée de compter dans les rangs un homme avec de la bouteille, c’était peu de le dire, et ajouta que cela ne pouvait que faire du bien aux troupes. Sur cela, le Menos de Sabitsura le concédait facilement, surtout depuis le récent vide du pouvoir qui avait rendu la quasi-totalité des postes prestigieux vacants, raison pour laquelle le guerrier pouvait quitter le Nid.

« Sans nul doute, j’en conviens. Mais je préfère encore vous montrer ce que j’apporterais par mes actes plutôt que par des promesses. Pour tout dire, j’ai moi-même hâte de voir ce dont je suis actuellement capable avec un sabre à nouveau entre les mains. »

Il n’était pas un poseur.
Les anecdotes de la guerre contre les Quincy attendraient d’être utiles pour être prononcées, en tant qu’exemple en entraînement ou sur le terrain. Mais sa soif de sang, elle, le démangeait. Il lui tardait de rencontrer un Hollow pour sentir la chair se scinder contre son fer. La perspective d’un champ de bataille était bien trop appétissante. Mais les mos du Lieutenant le sortirent de ses pensées pour le faire se concentrer à nouveau sur le réel, à commencer par lui demander s’il avait besoin de renseignements sur la Juichibantai et ses changements autours d’une collation plus que bienvenue.

« Six siècles ont probablement considérablement affecté notre division, et je ne serais pas contre un vrai repas. Je te dirais bien que cela me changerait des plats que l’on nous servait au mitard, mais je ne crois pas avoir le droit d’en dire plus sur notre traitement là-bas. Je te suis… »

Fit-il simplement avant de pénétrer dans une nouvelle pièce où se posèrent les deux hommes au sol. En attendant que vienne la nourriture promise, le vétéran s’assit en tailleur avant de se hasarder à commencer l’interrogation par un gros morceau.

« Ma première question, je pense que tu la vois venir à des kilomètres : j’aimerais que tu me parles du Kenpachi, notre Capitaine. L’Onmitsukidō a préféré garder le silence sur la question et te laisser m’expliquer, alors je m’attends un peu au pire. »

Il fallait dire que Metsudai était un fervent suivant de la Capitaine Unohana en son temps, et il ne pouvait s’empêcher de croire que chaque Kenpachi qui lui succéda n’avait ni la force, ni les compétences de prendre sa place. Autant dire qu’il n’était pas très à l’aise à l’idée de rencontrer un nouveau gaillard pédant brandissant un titre qu’il ne méritait pas, et l’absence d’information sur l’actuel Capitaine de la Onzième était pour le moins inquiétant. Était-il mauvais ? Venait-il de se rendre parjure ? Était-il mourant ? Pourquoi tant de mystères ?

Case "Sortie de prison" 8rli

Metsudai avait beau les craindre, il avait besoin de réponses à ses questionnements.
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t867-oniwa-metsudai-3e-sieg

Oniwa Metsudai

Revenir en haut Aller en bas


Kiryū Shinjiro

Données Spirituelles
Grade: Kenpachi - Capitaine de la 11e Division
Lun 22 Mai 2023 - 18:02 - Case "Sortie de prison"

    - Et bien nous verrons ça assez rapidement, je pense. Pour toi comme pour moi, il est important de vérifier que tu ne t'es pas rouillé avec le temps. M'enfin, j'pense que de ce côté là, y'a pas trop de doute à avoir.

Lire les auras n'était pas la spécialité du colosse et il devait admettre avoir toujours eu du mal là dedans. Même lorsque la personne était très forte, il ne le voyait jamais rien qu'en analysant l'énergie. Sans doute que cela était hors de sa portée et il s'en satisfaisait. Seulement s'il y a une chose dont il était fier, c'était de la justesse de son instinct. Il lui avait sauvé la vie plus d'une fois et là encore, il lui criait que le bonhomme à ses côtés était plus que compétent.

Posé, attendant le repas, l'Argenté observait son Troisième siège. Evidemment, la question la plus logique vint en première. Il n'était pas si étonnant que cela qu'on ait laissé le sujet sans réponse quand il les avait interrogé. Et si pour la plupart des divisions, ne pas avoir de capitaine était un problème, pour la Onzième c'était quelque peu différent. Le colosse représentait l'autorité au sein de la division du combat et s'il ne portait pas encore le Haori, ce n'était que pour une seule raison... Attaché aux traditions, il attendait de pouvoir faire ses preuves pour obtenir le droit de revêtir le manteau blanc. Pour cela, il se refusait de l'obtenir par la "voie normale". Seul un combat lui donnerait de la valeur.

    - L'ancien Capitaine, j'l'ai pas connu. Mais c'était une sacrée pointure selon la légende. Zaraki Kenpachi. L'un des meilleurs, ayant même selon certains dépassé la première des Kenpachi. Seulement il a fait parti de la vague des gradés qui ont disparus en emportant avec eux l'ennemi. Depuis, personne n'est parvenu à se hisser à ce poste.

Les plats arrivaient et le colosse s'installa plus confortablement. Dans son oeil luisait une étrange lueur alors qu'il parlait du Kenpachi. Sa lame posée à ses côtés semblait réagir à son aura. L'Argenté ne méritait pas son nom seulement grâce à sa crinière mais aussi à cause de l'aura qu'il dégageait dans ces moments. Une aura froide, étrange.

    - Pour être tout à fait franc, c'est un poste que j'convoite et pas qu'un peu. J'suppose que j'pourrais même déjà postuler et j'doute que les autres capitaines s'y opposeraient. Disons que j'coche pratiquement toutes les cases, tu vois. En plus je dirige clairement la division depuis que j'suis sorti de l'Académie.

Le Bankai. L'autorité naturelle. La force. Et le goût du combat. Il y avait un hic cependant.

    - Mais j'pense que c'est un poil trop tôt me concernant. J'suis pas sorti de l'Académie il y a longtemps en réalité. A peine quelques mois. J'manque d'expérience encore. Et puis j'me suis toujours juré de respecter l'une des traditions les plus anciennes de notre division. Prendre ce poste en combattant. J'attends que ça, qu'un gus déboule avec le manteau. Histoire que j'aille lui arracher la tête pour revendiquer le droit de diriger nos gars.

Il se mit à rire alors qu'il attrapait la bouffe, croquant dedans avec envie. Il était sorti directement Troisième siège de l'Académie. Mais il avait soif de combats, soif d'expérience.

    - D'ailleurs j'espère que cela te pose pas de problème qu'un p'tit jeune soit ton Vice-Capitaine. J'sais qu'au départ, y'en a qui n'étaient pas vraiment ravi. Mais on a réglé ça à l'ancienne. Une bonne tarte dans les dents, y'a rien de mieux pour faire ravaler la fierté d'certains.

Shinjiro admirait les précédents Kempachi. Et l'on sentait la fierté qui était la sienne d'avoir déjà atteint ce grade si rapidement. Il n'était pas de ceux à se satisfaire du minimum.

    - T'es d'la première génération toi. Elle était comment, la Kenpachi ?
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t342-kiryu-shinjiro-ft

Kiryū Shinjiro

Revenir en haut Aller en bas


Oniwa Metsudai

Données Spirituelles
Grade: 3e Siège de la 11e Division
Ven 26 Mai 2023 - 1:14 - Case "Sortie de prison"

Curieusement, la réponse qui lui fut donné satisfaisait le vétéran.
Des rumeurs sur le Kenpachi de Zaraki étaient naturellement parvenues jusque dans l’Ujimushi no Su, grâce aux nouveaux arrivants qui servaient souvent de moyens pour connaître l’actualité. On en faisait un guerrier immense qui, comme Metsudai, ne s’embêtait ni de Bankai, ni même de Shikai, écrasant ses adversaires à la seule force de son Reiatsu colossal. Un monstre sacré du combat, donc, mais qui laissa derrière lui le poste vacant. Nul n’avait les épaules pour le remplacer, ce qui en faisait, tant que son cadavre n’était pas retrouvé, techniquement toujours le capitaine de facto. Si l’ennemi ne l’avait pas refroidit, bien sûr.

« L’ennemi… J’avoue être encore étonné par les dégâts causés par Satsubatsu… J’ai du mal à me l’imaginer comme une menace plus dangereuse encore que le Roi Quincy. »

Pensif, il remarqua à peine les plats qu’on lui servait, mais se reprit aussitôt en remarquant l’aura qui embaumait l’air autours de Shinjiro. Le sujet des Kenpachi lui tenait lui aussi bien à cœur. Il lui faisait envie, de toute évidence. Et on ne pouvait pas l’en blâmer. Le titre de combattant le plus puissant de la Soul Society était en jeu, après tout. Des nobliaux du Seireitei aux gamins des rues du Rukongai, tous ont un jour rêvé d’être le plus fort, et Metsudai en était. Mais il y avait quelque chose qui l’empêchait de poursuivre ce rêve. Et son Vice-Capitaine aussi, apparemment.

« Postuler… Heh… Je ne comprends que trop bien ta logique. Nous sommes la Onzième Division. La paperasse n’a pas plus de sens pour nous qu’un pet de lièvre dans la forêt. Nous ne postulons pas, nous prenons ce que nous estimons être notre dû et protégeons ce que nous avons acquis. »

C’était ainsi que marchait la succession au poste de Capitaine, dans la Juichibantai. Tuer le prédécesseur et après lui les prétendants. Cela n’allait pas plus loin et cela ne devait pas aller plus loin. Le Gotei 13 avait permis à ce système de se former pour cultiver la force au sein des spécialistes du combat. Et la force n’avait que faire de la raison. Pour autant, Shinjiro s’enquit du ressenti du Shinigami millénaire quant au leadership d’un jeunot comme lui, ce à quoi Metsudai haussa les épaules, le visage neutre.

« Comme je te l’ai dit, nous sommes la Onzième Division. L’expérience n’est rien tant qu’on ne la convertit pas en force. Et ce n’est que dans la force que tu obtiendras la légitimité, et j’ai remarqué que tu en as à revendre. Homme ou femme, vieillard ou adolescent, c’est tout ce dont j’ai besoin pour te suivre sur le champ de bataille. »

Dit-il en posant son regard sur son Zanpakutō, posé à côté de lui. Enfin, il se tourna vers la nourriture pour se servir, savourant pour une fois un vrai repas. Il ne savait pas vraiment ce qu’il mangeait, mais il n’y fit pas attention. Il dégusta les yeux fermé, la tête pleine de belles images alors qu’il se rappelait des saveurs depuis trop longtemps oubliées. Il s’imaginait des prairies paisibles, des animaux à la chair tendre et des champs promettant d’opulentes récoltes… Mais une question le sortit de cette réflexion. Rouvrant ses yeux rouges qu’il posa à nouveau sur son supérieur, il le fixa un instant. Il voulait en savoir plus. Enfin, il voulait en savoir plus sur Elle…

« La capitaine Unohana… Je pourrais parler d’elle des heures durant, mais je ne pense pas que les mots suffiraient à faire l’éloge de cette guerrière. La voir se battre, ce n’était pas voir un Shinigami en action. Elle était une tornade, une catastrophe naturelle ne laissant derrière elle que des lambeaux de chair sanguinolents. Si l’un des Sanguinaires méritait son surnom, c’était bien elle. Et elle l’avait obtenu bien avant qu’elle ne réponde à l’appel du Sotaichō. »

Ah, l’époque était si lointaine. Lui-même était encore tout jeunot quand Yachiru Unohana faisait des ravages, avant même que ne se forme le Gotei 13.

« Elle s’était taillé la réputation du plus grand démon à avoir jamais vécu dans la Soul Society. Du Rukongai au Seireitei, tous craignaient la lame de la Kenpachi tant elle pouvait s’en prendre à n’importe qui pour étancher sa soif de combat. Je me rappelle même qu’elle nous envoyait régulièrement faire du repérage dans les bas-fonds pour lui trouver un adversaire à sa hauteur. Heh… Mais personne ne pensait la chose possible. »

Faisant signe non de la tête, Metsudai leva les yeux vers le plafont. Il prit une longue inspiration avant de baisser son regard et reprendre son discours.

« Aussi redoutée qu’elle était, Unohana Kenpachi nous fascinait. La voir à l’œuvre face aux armées Quincy est un souvenir que je chérirais jusqu’à ma mort tant ce spectacle était merveilleux, et je ne doute pas que cette impression qu’elle m’a faite était partagée par le reste de mes compagnons d’arme. Devant une combattante d’une telle ferveur, beaucoup développèrent des… Sentiments pour elle. »

Un fin sourire décora alors le visage du vétéran alors qu’il se hasarda à prononcer les mots suivants :

Case "Sortie de prison" Htbm

Et quoi de plus logique. Une femme d'une beauté renversante, d'une volonté à toute épreuve et d'une puissance inégalée ? Quel homme ne pouvait pas tomber sous ses charmes ? Observant un temps de silence, Metsudai porta à ses lèvres un verre d’eau qu’il but d’une traite, le reposant alors délicatement sur le sol. Il souffla alors du nez, avant de continuer.

« Puis tout changea lorsqu’elle trouva véritablement ce qu’elle cherchait durant l’une de ses incursions dans le Rukongai. L’apercevoir blessée, une fois de retour dans nos quartiers, m’a profondément choqué. Elle n’a plus jamais été la même après cela… »

Dit-il en croisant les bras, visiblement navré à l’idée de voir la femme qu’il admirait être réduit à sa condition de créature mortelle. Mais au fond, il savait bien qu’elle avait trouvé ce qu’elle avait toujours chercher. La prendre en pitié, ce serait insulter sa mémoire.

« Peu de temps après, elle nous quitta dans la confusion générale, trouvant sa place dans une autre Division et dérogeant à la règle d’or qu’elle avait elle-même instauré. Pour moi comme pour beaucoup, le Kenpachi qui suivit n’avait donc guère de légitimité… Et celui d’après… Et ainsi de suite. »

Metsudai soupira et, après un bref instant de pause, porta à nouveau son regard de poisson mort sur son Vice-Capitaine pour lui parler dans le blanc des yeux. Il allait peut-être se montrer un peu dur avec lui, mais la franchise était vitale au sein de la Onzième. Ici, peu de mots devaient être prononcés et avec la plus pure des sincérités.

« Et cela nous amène à aujourd’hui. Tu me dis que le titre est vacant. Pour moi, il l'a toujours été. Seul celui qui a eu raison de la Sanguinaire peut y prétendre. Et ceux qui à leur tour prendront sa tête. Tu peux être notre lieutenant. Tu peux être notre Capitaine, même. Mais avec tout le respect que je te dois, Shinjiro, je ne te verrais sans doute jamais comme un Kenpachi. Enfin, sauf si tu arrives à mettre la main sur le tueur de la Capitaine… Ou son tueur à lui, tu m’as compris. »

Finissant son plat, Oniwa Metsudai se redressa droit comme un i, les mains posées sur ses genoux et le visage impassible, comme à son habitude. Peut-être avait-il atteint la fierté de son supérieur en parlant ainsi de ses ambitions. C’était possible. Néanmoins, telle était sa vision des choses. Il n’y avait, de toute évidence, rien de personnel à cela.
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t867-oniwa-metsudai-3e-sieg

Oniwa Metsudai

Revenir en haut Aller en bas


Kiryū Shinjiro

Données Spirituelles
Grade: Kenpachi - Capitaine de la 11e Division
Sam 27 Mai 2023 - 8:40 - Case "Sortie de prison"

Il y avait du vrai dass ce qu'il disait, sachant qu'en plus il parlait de mémoire. L'homme avait vécu les premières guerres, il avait vu des choses que le colosse ne pouvait pas imaginer. Et cela confirmait l'impression de Shinjiro : c'était une chance d'avoir une telle personne parmi leur unité. Le devoir de mémoire était important. Même si de son côté, cela n'impactait que très peu ses propres actions.

Il eut un sourire alors que Metsudai confirmait sa propre pensée. A la Onzième, il y avait toujours eu cette notion de prouver sa valeur par la force. Dans l'ancien temps comme dans l'ère actuelle. Et ce n'était certainement pas l'Argenté qui ferait en sorte de changer cette tradition. Car c'était en partie grâce à elle que l'unité restait la plus spécialisée de tout le Seireitei.

    - C'est exactement ça. La mentalité que tu as connu à l'époque est assez similaire aujourd'hui. Et j'aime ça.

De la fierté ? C'était en partie le sentiment qui émanait du colosse à l'instant présent. Il était fier de cette division et d'appartenir à un tel groupe. L'on avait tendance à parler des caractères quelque peu sanguin des gars de la division mais la plupart ignorait à quel point ils étaient soudés au combat. S'ils étaient la Première et Dernière ligne de défense, ce n'était clairement pas sans raison. N'en déplaise aux bureaucrates.

    - Bien. Cela me va. J'suis pas du genre à casser les couilles avec des ordres à deux balles. Jamais été mon truc. Mais j'ai besoin de savoir que nos gars m'écouteront sur le champ de bataille. Notamment quand j'leur demanderai de m'laisser le plus gros des troupes en face.

Il se marrait, adressant un petit clin d'oeil complice au loustic face à lui. La force prévalait et il en avait à revendre. De toute façon, sa politique était assez claire. S'il fallait briser des rotules pour prouver qu'il était là, à sa place, il le ferait. En cela, l'ancienneté du Oniwa ne comptait pas à ses yeux. Il avait pris ce poste par la force, en prouvant sa valeur, il ne lâcherait pas l'bisfeak.

Pour le reste, il l'écoutait avec un plaisir visible. Entendre parler d'une telle légende autrement que dans des bouquins tout pourris, c'était le top. Apparemment, le charisme et la force de la Première Kenpachi étaient à la hauteur de ce qu'il avait entendu dire. Ainsi ne fut-il pas étonné d'entendre sa remarque concernant les Kenpachi qui ont précédés. A sa décharge, il avait été enfermé longtemps. Et peut-être que les souvenirs s'étaient transformés en fantasme. Personne n'arriverait à sortir Unohana de son coeur. Et c'était tout à son honneur.

Quant à l'identité de celui qu'elle avait trouvé alors, elle n'était pas un secret pour lui. Il l'avait entendu, cette histoire. Zaraki Kenpachi. Celui qui avait détrôné la Première. Un titan. Que le colosse cherchait à poursuivre. Pas pour l'égaler, ni même pour le dépasser. Mais pour mourir le sourire aux lèvres d'avoir vu la Mort personnifiée.

    - Je te comprends. Et c'est normal. Pour ma part, ce n'est qu'une question de temps avant que j'prenne ce qui me revient. Et si à tes yeux, je n'égalerai jamais la Première, cela me va aussi. Une telle légende ne mérite pas que le premier venu puisse prétendre être à sa hauteur. A elle ou à celle de Zaraki. On verra c'que le temps nous réserve hein. Mais j'suis pas assez con pour croire que mon niveau peut égaler le leur.

Il venait lui aussi de finir son plat. Et si les propos de Metsudai aurait pu blesser un autre que lui, ne serait-ce que dans son orgueil, ce n'était pas le cas ici et cela se voyait. Le colosse n'avait que trop de respect pour ces figures de légende. Sans doute les seuls qu'il respectait à ce point d'ailleurs.

Quant à son niveau, il n'oubliait surtout pas une chose. Sur le papier, il n'avait pas encore terminé sa formation de six années au sein de l'Académie. Techniquement, s'il n'avait pas été aussi précoce, il serait encore la tête dans les cours à s'faire chier.

    - J'me rends pas bien compte et j'comprendrai que tu veuilles pas en parler. Mais c'était comment, ton trou à rat là. J'veux dire... Comment t'as fait pour pas péter un câble après tant de siècles à l'ombre ? 'Tain mais moi, j'aurai vrillé j'crois.
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t342-kiryu-shinjiro-ft

Kiryū Shinjiro

Revenir en haut Aller en bas


Oniwa Metsudai

Données Spirituelles
Grade: 3e Siège de la 11e Division
Dim 28 Mai 2023 - 16:05 - Case "Sortie de prison"

Shinjiro n’aimait pas donner des ordres contraignants. C’est pour le combat qu’il vivait, et c’était ainsi que les choses devaient être. Et c’était là une bien bonne chose. Néanmoins, Metsudai tiqua tout de même lorsqu’il fit allusion au fait de se garder une la majeure partie des ennemis pour lui. Ricanant, le vétéran souffla tout de même :

« Depuis le temps que j’attends de faire redonner à ma vieille lame le goût du sang, j’espère quand même pouvoir m’en garder un morceau… »

Suite à cela, le Vice-Capitaine fit allusion à son admiration, à la fois de la première et du dernier Kenpachi en date. Autant le Menos de Sabitsura pouvait parler des heures durant du Capitaine Unohana, autant ses connaissances sur le dénommé Zaraki se limitait à des on-dit, à son grand dam. Il semblait réellement avoir laissé une empreinte sur le reste de la Soul Society, à ce que comprenait Metsudai.

« Je t’avoue ne pas savoir grand-chose de cet homme de Zaraki. En prison, les actualités pouvaient arriver, mais elles n’étaient jamais précises… Je n’ai vent que de sa particularité de n’utiliser son Zanpakutō que sous forme scellée. C’est une chose que je respecte. »

Pour le reste, Oniwa Metsudai n’était personne pour fouler du pied les ambitions les plus sincères de son supérieur. Il lui avait fait part de son ressenti, et c’était tout ce qu’il voulait faire. Néanmoins, après que Shinjiro eut fini son repas, il se hasarda à une question des plus pertinentes. Il s’enquit de la vie qu’avait pu mené un guerrier emprisonné, et comment avait-il pu échapper à des séquelles mentales qui, le premier intéressé le savait, étaient fréquentes en ces lieux.

Les yeux de Metsudai se plissèrent alors qu’ils se rivèrent sur le blanc des yeux de Shinjiro. Il cherchait ses mots, se rappelant des avertissements de la Seconde Division. Il n’avait pas le droit d’en dévoiler trop sur sa vie en dessous, au risque d’y retourner séance tenante. Mais après réflexion, il décida tout de même de parler.

« J’imagine que tu ne peux en effet pas en savoir grand-chose. Jusqu’à très récemment, l’existence du Nid aux Asticots était tenue secrète. Seuls les Capitaines et l’Onmitsukidō en avait la confidence. »

Croisant les bras en baissant son regard pour fixer son assiette vide, il reprit la parole calmement.

« La vérité, c’est que nous étions assez nombreux, rassemblés dans une grotte très vaste où nos déplacements n’étaient pas régulés. Il n’y avait pas réellement de règles, là-dessous, en dehors du simple fait de ne pas en sortir et d’être désarmés. Nous étions libres de vaquer à nos occupations avec les moyens à disposition. »

C’est là qu’un sourire fin vînt décorer son visage. Mais celui-ci n’avait rien de chaleureux…

« Evidemment, cela suffisait pour que beaucoup perdent la raison. Mais le cerveau occupé n’a pas le temps de tomber malade. Pas le mien en tout cas. Je suis un guerrier. Qu’importe où je me trouve, c’est pour le champ de bataille que je vis. Et si je ne peux combattre, je me renforce pour la guerre qui poindra. »

Le visage toujours incliné face à son assiette, le regard de Metsudai monta en biais pour fixer à nouveau son interlocuteur. Au sein des deux rubis qu’étaient ses pupilles semblait à présent briller une petite lueur.

« Je ne voyais pas les jours passer, et je n’en avais cure. J’avais toujours un corps à endurcir. J’avais toujours un esprit à affuter. Et j’avais sous la main une meute de chiens fous avec lesquels je pouvais m’exercer. Je n’avais pas le temps de devenir fou… »

Se redressant, il ricana à nouveau, passant ses mains sur ses genoux avant de regarder un instant le plafond.

« Ou peut-être ai-je développé ma propre forme de folie… En cherchant une épée qui me faisait défaut, j’ai eu une épiphanie. Dis-moi, Shinjiro… »

Cette fois-ci, la lueur de son regard s’intensifia alors que son sourire s’élargit.

« Je vois bien que ta peau, comme la mienne, porte la marque de nombreux combats. Ce que je vais te dire risque de te sembler étrange, voir suspect. Néanmoins, je vais te demander de réfléchir réellement à la question qui suit. Comprends-tu réellement l’ampleur que du mot ‘coupure’ ? »

A ses côtés reposait au sol son Zanpakutō, Ryutsume. Néanmoins, une forme semblait se former à la taille de Metsudai alors que son Reiatsu s’exprimait pour dégager une aura sans couleur, mais distordant l’air autours de lui.

« As-tu déjà senti l’acier froid te mordre les muscles ? As-tu par le passé éprouvé l’ordalie d’un sabre traversant tes organes internes pour venir trancher net ta moelle ? As-tu une fois souffert de sentir un de tes membres se détacher, ou constaté que ta tête allait tomber de tes épaules pour rouler à tes pieds ? »

D’un coup, aussi soudainement que l’apparition se manifesta, elle s’évanouit comme si de rien n’était en même temps que l’aura du vétéran, qui perdit le visage inquiétant qu’il arborait à cet instant, probablement même sans qu’il ne s’en rende compte. Son sourire malsain, lui aussi, se résorba pour redevenir plus ou moins normal.

« Evidemment, à certaines de ces interrogations, tu pourrais me répondre que non. Et c’est tout naturel, tu es encore vivant et entier. Pourtant, il est des personnes qui peuvent en avoir une impression bien réelle, et sans que la moindre goutte de sang ne soit versée. Il ne s’agit pas là d’un sortilège occulte ou d’un pouvoir étrange. C’est la plus pure expérience inconsciente d’un corps qui sent sa mort approcher. »

Dans ses mots, il n’y avait rien que de la vérité. Il n’était pas question d’images. Il n’était pas question d’ésotérisme. Il n’y avait là que le concept principal de son nouvel art. L’idée sans artifice d’un meurtre sans morts.

Case "Sortie de prison" 1wbv

« C’est en la développant que j’ai pu occuper mon esprit. Maintenant, je n’attends que l’opportunité de la montrer au monde. »

Oh que oui, il y comptait bien.
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t867-oniwa-metsudai-3e-sieg

Oniwa Metsudai

Revenir en haut Aller en bas


Kiryū Shinjiro

Données Spirituelles
Grade: Kenpachi - Capitaine de la 11e Division
Lun 29 Mai 2023 - 14:45 - Case "Sortie de prison"

Même en prison, il avait entendu ce nom. Cela devrait déjà suffire à lui faire comprendre à quel point Zaraki était une légende. Il est vrai que sa manière de combattre avait aidé à faire de lui l'un des plus puissants capitaines du Gotei. Encore aujourd'hui, rare était celui à ne pas connaître son nom. Seulement le colosse n'était pas disposé à en parler avec plus de détails. Ils perdraient des heures l'un et l'autre à discuter de ces deux légendes et ils n'avanceraient pas pour autant.

Les prisons secrètes. Tel était le sujet lancé et le colosse devait admettre être curieux. Il est vrai qu'il n'en avait entendu parler que depuis peu. Mais c'était aussi le genre de sujet qui ne l'avait jamais vraiment intéressé par le passé. Plutôt centré sur ce qu'il avait à faire, il n'avait jamais vraiment eu la curiosité de savoir ce qu'on faisait des prisonniers. Le fait d'avoir l'un d'entre eux sous la main lui permettait au moins de combler cette lacune.

Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il était étonné d'apprendre le fonctionnement de base. Libres de toutes chaînes, ils étaient simplement isolés du reste du Seireitei. Sans armes. Mais sans vraie cage. Physique, il s'entend. Il comprenait que l'absence de repère avait été une chose difficile à accepter, à supporter. N'ayant jamais connu cela, il ne pouvait donc pas imaginer ce que cela représentait. D'où le fait qu'il ne parlait pas pour le moment.

Metsudai avait renforcé son esprit. S'était préparé pour le jour où il sortirait de là. Son abnégation forçait le respect. D'ailleurs le colosse ne put réprimer un long sifflement. Un autre aurait sans doute regarder l'homme pour ce qu'il semblait être : un fou. Ce n'était pas son cas.

    - Clairement, j'ai hâte de voir ce que ça donne. Avoir gardé l'espoir jusqu'au bout, alors que rien ne garantissait que t'en sortirais un jour, c'est couillu. Et c'est ce genre de chose que j'veux que nos gars apprennent. A garder la tête froide, à trouver une échappatoire même dans une situation qui semble extrême. Tu dois te servir de cette expérience pour pousser les autres à évoluer, si tu veux mon avis.

Il poussa l'assiette devant lui, se redressant finalement. Il avait bien mangé et ne comptait pas se perdre pendant des heures dans des discussions qui l'emmerderaient à terme.

    - Fais juste gaffe à une chose. Il parait évident qu'ils ne te louperont pas si tu dérailles encore. J'peux les garder à distance mais j'crois comprendre que ça ne suffira pas à t'en débarrasser. J'vais donc juste me permettre la p'tite mise en garde habituelle. J'tiens aux gars de ma division. Joue pas trop au con avec eux ou alors c'est à moi que t'auras à faire. Crois-moi, la prochaine étape ne sera pas la case "Prison".

Il était sérieux. Il était persuadé que sa présence serait bénéfique pour toute la Onzième. Mais il était important que Metsudai comprenne une chose : la prochaine fois qu'il déconnera au sein de la division du combat, Shinjiro n'hésitera pas une seconde à lui détacher la tête de son corps.

Question de principe.

    - Si t'as des questions, j't'écoute. Sinon, j'vais t'laisser cette journée pour prendre tes quartiers et goûter de nouveau à cette liberté qui t'a été enlevé si longtemps. Tu viendras m'voir ensuite pour qu'on gère la suite des opérations. Ok pour toi ?


Sauf si tu relances, on pourra clôturer ici Wink
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t342-kiryu-shinjiro-ft

Kiryū Shinjiro

Revenir en haut Aller en bas


Oniwa Metsudai

Données Spirituelles
Grade: 3e Siège de la 11e Division
Mar 30 Mai 2023 - 4:36 - Case "Sortie de prison"

Avoir gardé espoir. A entendre le Vice-Capitaine, il ferait presque passer Metsudai pour un courageux héros combattant l’insanité pour attendre sa libération pourtant improbable. Mais en réalité, le vétéran s’était surtout accroché par le travail sur soi car il n’avait rien à faire d’autre, ni ne savait faire quoi que ce soit d’autre. Il souhaitait simplement continuer de devenir toujours plus fort. Il nourrissait même l’espoir de peut-être un jour obtenir une puissance suffisante pour forcer une sortie et réussir à s’échapper ou mourir en essayant. Une mort de guerrier renégat restait plus enviable que celle d’un vieillard attendant la mort dans un lit.

Et puis, il y a plus d’un siècle, un évènement avait su montrer aux détenus que des gens pouvaient quitter le Nid. Si il était apparemment aujourd’hui décédé, à cette époque le maniaque du nom de Kurotsuchi Mayuri avait été gracié pour être ramené à la surface. Il ne suffisait que de ça pour que la possibilité de sortir dans les règles devienne valable dans l’esprit du Menos de Sabitsura. Il misa alors dessus, et au vu de la situation, il avait fait le bon choix. Le lieutenant l’invita aussi à inculquer cette résilience mentale aux troupes, ce que Metsudai avait déjà en idée bien évidemment.

Mais alors qu’il avait finit sa propre pitance, Shinjiro se releva pour lui donner tout de même un avertissement. A l’évidence, cela devait être dit. Il indiqua bien que malgré son influence, il ne pouvait couvrir son subalterne complètement si l’Onmitsukidō devait l’avoir en grippe. Mais il ne s’arrêta pas là, puisqu’il fit clairement comprendre qu’il ne tolèrerait pas que le vétéran s’en prenne à ses propres hommes. Avait-il l’air si suspicieux que cela ?

« Fais-moi confiance, Shinjiro. J’ai assez passé de temps sous la houlette de la Seconde pour savoir ce à quoi m’attendre de leur part. Quant à nos camarades, sois en sûr… »

Ce fut à son tour de se relever juste après avoir empoigné son fourreau, ne soutenant le regard de son supérieur.

« A partir du moment où il s’agit de la Onzième Division, ils sont de mon clan. Ils sont de ma famille. Ainsi l’ai-je juré par le passé, et ma parole jamais je ne trahis. »

Ainsi parla-t-il avant de faire glisser son sabre à sa ceinture. Il n’était pas dupe. Il savait ce qu’il encourait en cas de perte de contrôle. Il était un mort en sursis depuis que le Tsunayashiro avait pris la vie de son disciple, et il avait toujours su faire avec l’épée de Damoclès qui pendait au-dessus de sa tête. Il ne craignait nulle fin. Tout ce qui lui importait était son code. Tout ce qui lui importait était sa Voie. Le reste n’avait au final que peu de poids, pour un guerrier. On lui demanda alors s’il avait d’autres interrogation, sans quoi il était invité à réintégrer ses quartiers pour se refamiliariser avec la division.

« J’aurais volontiers d’autres questions, mais aucune n’est réellement indispensable dans l’immédiat. Je vais donc prendre congé et faire comme tu l’as suggéré. N’hésite pas à faire appel à moi pour quoi que ce soit, c’est pour cela que je suis ici après tout…»

Dit-il avant de s’incliner une nouvelle fois. « Shinjiro, ce fut un honneur de faire ta rencontre. » Avant de se retourner, dos à son interlocuteur. Il marcha alors vers la sortie, tournant la tête une dernière fois avec un nouveau sourire, cette fois-ci presque espiègle. Pourtant les derniers mots du psychopompe se firent sans malice aucune, mais plutôt avec une certaine anticipation palpable et ce avant que la porte de la pièce ne se referment derrière lui.

Case "Sortie de prison" V9yw

« Tout comme toi, j’attendrais avec impatience de voir ce que tu sais faire. Je m'attends à de grandes choses... Mes respects, homme le plus proche du Kenpachi. »

Eh bien on peut s'arrêter ici ! A très vite, boss !
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t867-oniwa-metsudai-3e-sieg

Oniwa Metsudai

Revenir en haut Aller en bas


 
   Permission de ce forum:

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum