Before Tomorrow Comes :: Monde des Vivants :: Alentours :: Japon



Données Spirituelles
Grade: Queen of Clubs
Mar 18 Oct 2022 - 22:43 - I'm with you

Presque deux semaines se sont écoulées depuis la soirée de rencontre qu’ils ont passée dans l’ancien club où elle travaillait. Recca avait été très prise ces derniers jours. Entre les préparatifs de l’expédition au Hueco Mundo qui débuterait le lendemain en début d’après-midi et toutes ces heures supplémentaires qu’elle avait effectuées dans la petite supérette où elle travaillait à mi-temps, la rouquine n’avait trouvé que peu de temps pour organiser cette petite sortie. Mais elle n’avait pas eu vraiment le choix. L’expédition était nécessaire, quant aux heures supplémentaires, elles lui servaient à payer ce qu’elle avait organisé pour Orias.

Elle s’était souvenue de certaines choses qu’il lui avait dites et certaines réactions qu’il avait pu avoir. Alors elle avait fait de gros efforts pour trouver ce qui pourrait lui faire plaisir. Afin d’être certaine qu’il soit présent, quelques jours plus tôt, elle a glissé un papier sous la porte de son bureau, indiquant, l’heure et l’endroit où elle souhaitait le retrouver ainsi que la demande qu’il n’ait rien d’autre de prévu de toute la soirée.

Le lieu en l’occurrence, n’est autre que le parking le plus proche du Palais Impérial. C’est là qu’elle l’attend, un peu anxieuse à l’idée qu’il ne vienne pas, ou qu’elle en ait trop fait pour un homme qu’elle connaît à peine. Mais ils avaient passé une soirée si étrange et si riche en émotions négatives qu’elle avait envie de faire quelque chose qui puisse les mettre plus à l’aise et donner un vrai départ à leur relation. Certes, ils ne sont pas obligés de devenir amis, mais elle le veut vraiment, qu’elle puisse avoir au moins ça. Alors certes, tout cela lui coûte cher, mais si on ne vit pas pour se faire plaisir, alors à quoi rime la vie ?

La rouquine se tient adossée contre la portière de la voiture qu’elle a empruntée à l'organisation, un 3008 importé avec toit ouvrant vitré. La moto n’avait pas l’air d’avoir plu au rouquin, alors elle changeait de moyen de transport le temps de se rendre à leur destination finale. Pas de masque, pas de capuche, enfin pas portée sur la tête, juste pendante dans son dos, pas de pantalon de cuir ni de veste en soie. Cette fois, elle est habillée simplement, chaudement aussi, emmitouflée dans son grand manteau noir.

Lorsqu’elle le voit arriver enfin, elle lui sourit, lui fait un signe de la main pour qu’il la repère facilement même si sa longue tignasse rousse est déjà un bon point de repère.

- Merci d’être là. J’avais peur que tu ne viennes pas. À nouveau, elle le tutoie, un réflexe. Peut-être que ça changera au cours de la soirée par mimétisme si lui persiste dans sa propre habitude du vouvoiement. Le trajet va être long, on en a pour une bonne heure et demie. Vas-y monte !

Elle ne lui dit pas encore où ils vont, garde la surprise. Mais elle ne peut s’empêcher de sourire en y pensant. Installée derrière le volant, elle attend qu’il fasse de même pour démarrer. Le regardant en coin, elle l’observe, se demandant s’il est plus à l’aise ou si, quoiqu’elle utilise comme engin de transport cela ne passe pas.

- ça va depuis… L’autre soir ?

_________________
I'm with you Sl0s
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t325-akashiya-recca-ft

Akashiya Recca

Revenir en haut Aller en bas



Données Spirituelles
Grade: King of Coins
Dim 30 Oct 2022 - 23:28 - I'm with you

Pour quelle raison une femme pouvait-elle bien inviter un homme en lui disant de réserver sa soirée ? Déjà, ce n’était pas vraiment commun pour lui. Il avait bien compris que la femme occupait une place différente dans la société d’aujourd’hui et ce n’était pas pour le gêner. Au sein de la compagnie du Hibou Hurlant, ils ne faisaient pas de différence et cela n’avait été que bénéfique. Bon, ils avaient bien quelques gros cons à faire les gros lourds sur ce point, mais il semblait que ce soit toujours le cas à l’époque moderne, alors autant considérer que sur ce point il était à la page.

Quoi qu’il en soit, cela avait de quoi nourrir son imagination bien entendu. Au point qu’il commençait à en nourrir… une pointe de stress peut-être ? Et si c’était un rendez-vous galant ? Qu’est-ce qu’il allait se mettre ? Et si ça allait plus loin, est-ce qu’il était toujours capable de… hé, c’est légitime comme question. Cela faisait plusieurs siècles qu’il était par la force des choses abonné à l’abstinence après tout, pour ce qu’il en savait il était peut-être redevenu puceau ! La pensée l’amuse, et il essaie de ne pas trop y penser. Mieux valait ne pas se faire trop de films, ce devait être « pour le travail », sans doute.

Il avait gardé le petit mot malgré tout. Ne s’y trouvent qu’une heure et un endroit, mais pour celui qui ne possède pas grand-chose, ça au moins il l’estime à lui, jusqu’à preuve du contraire. L’écriture est un peu différente que dans ses souvenirs. Mais il avait pu le remarquer, la plume et le stylo-bille offraient des opportunités bien différentes. Il y reconnaissait tout de même certains détails. La manière de tracer certaines courbes, de poser les points… Ah, à vrai dire il serait capable d’y reconnaître tout et n’importe quoi, tant que cela lui permettait de se rappeler de sa Chouette. Sans doute se fait-il des idées là aussi. Alors il chasse toutes ces pensées comme il rejoint le parking, et se dirige droit vers elle lorsqu’il la reconnaît.

    - Je dois bien admettre que j’étais par trop intrigué que pour oser poser un gadin. Peut-être à présent aurais-je l’heur d’apprendre la raison de cette entrevue ?
Elle lui précise qu’ils en ont pour un bon moment en tout cas, alors il fronce les sourcils et s’installe sur le siège passager. N’a pas le réflexe de mettre sa ceinture, mais cette invention du démon se met à pousser ses bruits stridents, lui rappelant donc qu’il avait oublié. Pas l’habitude encore, mais ça valait pas un bon canasson c’est sûr. On pourrait bien dire que le cheval ça fait du crottin à ramasser, mais pas question d’admettre que ça puait plus que ces voitures par milliers.

    - Moi ? Oh, je me porte comme un charme, voyons, cela ne se voit pas ? Ne suis-je pas radieux ? Je dois admettre cependant que vous avez admirablement réussi à piquer ma curiosité. Après notre dernière entrevue, j’aurais eu tendance à penser que vous voudriez repousser au plus loin notre prochaine rencontre. N’est-ce pas trop gênant pour vous que d’être en ma compagnie désormais ? D’autant plus pour un « long » voyage. Pour je ne sais toujours pas quelle destination d’ailleurs !

_________________
I'm with you Orias_BTC
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t230-orias-l-astromancien

Orias

Revenir en haut Aller en bas



Données Spirituelles
Grade: Queen of Clubs
Mar 1 Nov 2022 - 22:26 - I'm with you

La rouquine sourit en coin face à sa curiosité. Cependant, elle garde la surprise encore un peu. Elle ne veut pas être derrière le volant lorsqu’ils seront arrivés et qu’il comprendra. De ses prunelles ambrées, elle souhaite être aux premières loges pour contempler sa surprise. Peut-être que c’était complètement n’importe quoi, qu’elle tomberait à côté de la plaque, mais elle veut au moins essayer. Son smartphone accroché sur le tableau de bord est allumé sur une application GPS. Les coordonnées ont déjà été entrées et elle n’a plus qu’à suivre les instructions visuelles. Elle remarque au démarrage qu’il n’a pas plus l’air d’avoir l’habitude des voitures que des motos. Ça l’amuse. Heureusement qu’elle est là pour conduire, pour le moment du moins.

- C’est une surprise ! Mais pour... L’espace d’une seconde, elle hésite, ne sait plus trop quel pronom employer en sa présence. Probablement qu’elle jonglera entre les deux possibilités tout au long de la soirée. … vous répondre, je dirais que ça dépend des moments. J’y ai beaucoup réfléchi. Ça m’a fait penser à ces gens qui perdent complètement la mémoire, ne savent même plus qui ils sont. Ça doit être tellement perturbant, pour eux, pour les proches. Je n’ai pas eu le temps de vraiment faire des recherches alors je ne sais pas comment ils gèrent tout ça, mais c’est un peu l’effet que ça me fait.

Alors qu’elle progresse dans les rues immenses de la capitale Japonaise, elle tourne la tête vers son passager un instant. Elle compatit avec ces gens et leurs histoires si tristes. Son visage traduit sa compassion à leur égard.

- Ne pas se souvenir, savoir qu’on ne se souviendra jamais… Et savoir pourtant que ce passé a existé et que d’une certaine façon, c’était bien le nôtre. Je crois… Je crois que même si l’on ne doit pas faire comme s’il n’avait jamais existé, il faut tourner la page, et voir ce que l’on peut écrire au présent.

Gardant un œil sur la route, les passants, les feux de signalisation et autres, elle se met de nouveau à sourire.

- Et doooonc, j’ai pensé que pour commencer ce serait pas mal de se faire nos propres souvenirs ! Vérifiant l’heure, elle se rassure de ne pas être en retard. - Hum… J’aurai peut-être dû te demander de venir plus tôt. Le soleil se couche déjà.

Ce n’est pas le genre de question qu’elle s’était posé, mais avec l’hiver, la nuit arrive bien plus tôt qu’on se l’imagine. Et dans une ville toujours éclairée comme Tokyo, on ne s’y intéresse pas, tout simplement. Pour elle, ça ne change rien à ses plans, la Lunaire ne serait pas elle si elle avait peur du noir. Un moment, elle reste silencieuse, laissant son compagnon de route poser ses questions s’il en a ou faire un commentaire, y répondant comme elle le peut. Puis à son tour elle demande :

- Est-ce qu’il y a un endroit qui te manque ? Un lieu que tu aimerais revoir ?

_________________
I'm with you Sl0s
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t325-akashiya-recca-ft

Akashiya Recca

Revenir en haut Aller en bas



Données Spirituelles
Grade: King of Coins
Mer 23 Nov 2022 - 22:40 - I'm with you

En l’entendant passer du « vous » au « tu », il ne manque pas de laisser aller ses lèvres à s’étirer en un mince sourire. Comme si elle avait tenté de se plier à sa propre manière de s’adresser aux autres, ou de poser une distance peut-être, et que malgré elle cela s’effaçait naturellement. Moins dans ses habitudes sans doute. Lui vouvoyait toujours tout le monde, jusqu’à ce qu’on lui demande ouvertement d’user du « tu ». Vestige d’une autre époque de toute évidence, où cette habitude servait mieux ses attitudes.

Quoi qu’il en soit il était bien sûr à l’écoute, attentif à sa réplique. S’il était fort bien capable de parler quitte à occuper tout l’espace si l’occasion lui était donnée et que l’inspiration lui venait, il se trouvait qu’Orias savait aussi être une oreille à l’écoute. Cela lui permettait de mieux comprendre, de mieux cerner, et bien sûr cela avait une importance capitale dans les relations humaines n’est-ce pas ? Surtout lorsque l’on souhaitait qu’elle compte, comme c’était tout à fait le cas ici bien entendu.

Il comprenait ce qu’elle ressentait. Ce vide qui pourtant ne la concernait pas directement. Lui-même n’avait aucune idée de tout ce que son âme avait pu vivre hors de sa propre existence à lui. Et il en allait de même de toutes les autres. Pourtant, maintenant, elle savait. Un être imprévu, une erreur de la nature, était venu lui dire qu’elle avait été sa moitié, il y a des siècles de cela. Forcément, cela faisait cogiter, et visiblement au point qu’elle considère elle aussi avoir une relation particulière avec lui désormais. Assez en tout cas que pour vouloir se bâtir des souvenirs avec lui, alors que rien ne les obligeait à cela.

    - Allons, en quoi le coucher de soleil est-il une mauvaise nouvelle ? C’est un de plus beau moment de la journée, juste avant d’offrir au monde la nuit, indispensable aux dormeurs et… aux astromanciens, bien sûr, mais je crois que c’est là une grande rareté désormais. Serais-je le dernier compétent en la matière ? Sans doute, oui, l’érudition ne se gagne pas si facilement, non non non !
L’entrain qu’il mettait à ce type de réponse pouvait souvent semer le trouble, brouiller les pistes. Est-ce qu’il s’amusait à jouer d’absurdité, ou est-ce qu’il éprouvait juste beaucoup de plaisir à révéler ses vérités bien qu’à lui ? Toujours est-il qu’il se prit le menton entre le pouce et l’index, se grattant un peu sa barbe naissante des ongles.

    - Un lieu, hein ? Je pourrais en citer plein qu’il me plairait de revoir. Mais il n’en est plus qui demeurent aujourd’hui encore. Que sont devenues ma demeure à Lyon ? Mon atelier à Paris ? Notre navire ? Ces lieux ne sont pas seulement lointains, ils sont enfouis. Réduits à poussière. Ainsi que toute chose finira par l’être. Vous. Moi. Le monde entier, ainsi que les étoiles au-dessus de nos têtes. Alors, s’il est un lieu que je voudrais voir… je pense que c’est celui où je bâtirai mes prochains souvenirs heureux. Il faut… « tourner la page, et voir ce que l’on peut écrire au présent ».
Tout en parlant, il s’était laissé aller sur son siège, sa tignasse rousse bien appuyée sur le repose-tête. Il la fixait sans pourtant directement poser son regard sur elle, la tête légèrement penchée que pour pouvoir l’admirer dans le rétroviseur intérieur. L’avait-elle remarqué ?

_________________
I'm with you Orias_BTC
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t230-orias-l-astromancien

Orias

Revenir en haut Aller en bas



Données Spirituelles
Grade: Queen of Clubs
Jeu 24 Nov 2022 - 14:41 - I'm with you

Léger sourire sur les lèvres alors qu’elle l’écoute expliquer à quel point il apprécie les couchers de soleils. C’est vrai que c’est un moment presque magique et alors qu’ils s’éloignent des tours gigantesques qui façonnent la capitale, ses prunelles mordorées contemplent les couleurs rouge-orangé qui teintent le ciel. C’est le genre de spectacle qu’elle prend rarement le temps de voir et qui est d’ailleurs difficile lorsque l’on est cerné de blocs de béton et de verre, hauts de plusieurs dizaines de mètres. Quant au monde de la nuit, il y a là, matière à se trouver un point commun. Aussitôt, par réflexe, ses doigts frôlent le pendentif en forme de croissant de lune qu’elle porte en permanence.

    - Et bien, j’avais prévu quelque chose, mais qui est quand même plus faisable lorsqu’il fait jour. Bon, ce n’est pas grave. Soit on attend demain matin, soit on remet cette activité à une autre fois. Cela pourra être l’occasion de revenir.

Cela ne semble pas la perturber plus que cela. Que cela lui donne une raison de passer davantage de temps avec lui, ou une autre occasion de le revoir, les deux lui vont. Au final, elle n’y voit que des points positifs. Un petit sourire amusé étire ses lèvres lorsqu’il mentionne qu’aucun de ses lieux préférés n’existent encore. « Ce n’est pas un problème. » Murmure-t-elle alors. Des mots, qu’il ne manquera pas de pouvoir entendre puis qu’il est entièrement à son écoute. Les comprendra-t-il seulement ? Ah. Cela sera pour plus tard. Peut-être. Car la citation qu’il utilise accroche ses pensées. À cet instant seulement elle remarque son regard dans le rétroviseur intérieur. Se rendre compte qu’ils semblent sur la même longueur d’onde lui fait plaisir, et dans sa poitrine, son coeur ne manque pas de le lui faire remarquer en cognant plus fort. Ravalant sa salive, elle rougit. L’impression que leur sortie est en train de tourner au rancard la met mal à l’aise. Cela ne la dérangerait pas bien sûr, le souci, c’est qu’elle n’en a jamais eu auparavant. L’inconnu de la chose l’angoisse un peu. La peur de se faire des films aussi. Alors pour penser à autre chose, elle lève la main vers un bouton au plafond, le tourne, et aussitôt le toit panoramique se dévoile. Les couleurs chatoyantes entrent davantage dans l’habitacle. La rouquine met en ordre ses pensées. Elle passe un bon moment avec la personne qu’elle a choisie, il vaut mieux en profiter sans se prendre la tête, simplement.

    - Tu as raison, c’est vraiment beau.

La capitale a été dépassée, les villes accolées se sont éloignées et peu à peu, les habitations se font plus rares. De chaque côté de la route, des arbres viennent les remplacer. Où peut-elle bien l’emmener ? La destination n’a rien d’exceptionnelle. Et, justement peut-être est-ce là tout l’intérêt ? Si elle a perçu son malaise vis à vis de Tokyo, alors un endroit qui serait son exact opposé devra mieux convenir. C’est ce qu’elle a pensé. Après diverses discussions banales, la nuit a fini par tomber. Recca éclaire la route de ses phares et il fait bien plus sombre dans la voiture désormais. Rien de dérangeant pour elle, juste un fait.

    - As-tu déjà quitté la capitale ces cinq, six ? Dernières années ?

La voiture s’arrête sur une sorte de parking minuscule et le moteur est éteint. En face, une étendue d’eau. Un lac immense. La pression monte alors qu’elle se tourne vers son compagnon de route. Dehors c’est le noir complet, mais ici, la veilleuse interne les éclaire encore un peu.

    - Nous sommes arrivés. Une petite balade ça te tente ?

_________________
I'm with you Sl0s
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t325-akashiya-recca-ft

Akashiya Recca

Revenir en haut Aller en bas



Données Spirituelles
Grade: King of Coins
Dim 4 Déc 2022 - 0:23 - I'm with you

Il ne comprenait pas trop. Elle avait choisi l’heure du rendez-vous elle-même, non ? Et voilà qu’elle l’emmenait faire quelque chose qui était mieux de jour, et qu’il faudrait peut-être remettre ça pour mieux se caser ? C’était franchement louche. Mais déjà elle présentait la chose pour envisager de rester ensemble jusqu’au lendemain matin ou de se revoir une autre fois. Il la regarde en coin. Orias était un grand baratineur. Est-ce que c’en était, là ? Parce que ça avait tout l’air d’être une manigance pour faire durer le rendez-vous plus longtemps ou permettre d’en organiser un second. S’il fallait qu’il fasse jour, elle n’aurait eu qu’à planifier un rendez-vous au petit matin et hop, l’affaire aurait été réglée. Ouais, franchement bizarre cette affaire.

Cela coïncide en tout cas avec les rougeurs qui viennent frapper ses joues lorsqu’elle remarque qu’il l’observe. Ou bien la mettait-il tout simplement mal à l’aise ? Vu leur situation, cela était possible bien entendu. Il ne fallait pas qu’il tire de conclusions trop hâtives, surtout lorsqu’elle tente immédiatement de détourner l’attention en ouvrant la vue vers le ciel. Ils continuent de rouler, en silence tout un moment. Sans doute n’osent-ils pas trop relever. Ou bien se dévouent-ils trop à l’introspection. Jusqu’à ce qu’enfin, elle trouve la première une question à lui poser.

    - Un peu. Je m’en écarte parfois lorsque je souhaite consulter le ciel. L’on ne peut rien discerner avant d’atteindre les monts, mais même là… les étoiles ne parleront jamais aussi clairement que de mon vivant, j’en ai peur. Pour quelques missions aussi parfois. Disons en tout cas que je n’ai jamais pris le temps de vraiment visiter quoi que ce soit.
Comme il répond, ils arrivent apparemment, et il opine à sa proposition. L’air frais d’une nuit noire, c’était bien plus son élément.

    - Avec plaisir ! Il faudra juste éviter de s’approcher trop près de ce lac le temps que nos yeux s’habituent à l’obscurité. Éteignez tout, puis prenons le temps !
Déclare-t-il avant de sortir de la voiture. Clairement, il espérait également qu’elle avait prévu des vêtements chauds, parce que ça allait cailler sévère, entre le froid de l’hiver et l’humidité d’un bord de lac par une nuit noire. Sortis de la voiture, il parla plus bas alors, comme pour ne pas trop déranger la nature elle-même.

    - C’est un endroit avec une histoire personnelle ? Racontez-moi ce qui a motivé votre choix de m’amener ici, cela m’intéresse !

_________________
I'm with you Orias_BTC
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t230-orias-l-astromancien

Orias

Revenir en haut Aller en bas



Données Spirituelles
Grade: Queen of Clubs
Mer 7 Déc 2022 - 21:05 - I'm with you

Difficile de trouver un endroit sur Terre où il n’y a pas de pollution lumineuse. Elle a fait de son mieux pour trouver un endroit à peu près correct dans le genre, mais elle ne pourra pas rivaliser avec un monde sans électricité. À son tour, elle sort de la voiture et les veilleuses s’éteignent lorsqu’elle la verrouille. Rapidement, elle fait le tour pour le rejoindre. Resserrant l’écharpe autour de son cou, elle observe les alentours. Pour elle, voir dans le noir est un jeu d’enfant. Ses pupilles s’adaptent tellement vite que c’est quasiment instantané. Doucement, elle pose sa main sur son bras pour lui indiquer sa présence. Comme lui, elle murmure pour ne pas briser la quiétude des lieux.

    - Je suis venue une fois oui, il y a… presque quatre ans ? Avec des amis. Je voulais un endroit sans lumière artificielle, parce que j’ai eu l’impression que ça vous dérangeait à notre précédente sortie. J’espérais que ça vous mette plus à l’aise.

Et que ça lui fasse plaisir surtout. En lieu pas trop éloigné et correspondant à ses critères, ce lac lui est alors venu à l’esprit.

    - Il y avait la serveuse, celle que l’on a vue l’autre jour. Je travaillais là-bas aussi avant. C’était… Une autre vie...

Elle soupire et lève les yeux vers le ciel. Au moins, ils ont la chance qu’il soit dégagé. Par contre, ça veut aussi dire qu’il va faire un froid de canard. Mieux vaut ne pas rester planté sur place pour se réchauffer. La rouquine n’a pas très envie de finir congelée.

    - Allons-y. Suis-moi. Tu peux me tenir si tu ne vois pas encore assez bien.

Sans se presser, elle emprunte le sentier de promenade qui fait le tour du lac. Bon, ils ne parviendraient pas à aller jusqu’au bout et il faudrait faire demi-tour à un moment tellement c’est grand, mais de toute façon elle ne compte pas marcher trop longtemps non plus. Au rythme de la ballade, elle étoffe sa réponse.

    - Lorsque nous sommes venus, c’était pour fêter la nouvelle année. Nous avions loué une petite maison et nous avions apporté des feux d’artifice que l’on a tirés au-dessus du lac. C’était sympa. C’est la seule fois que j’ai quitté Tokyo. Alors… Ouais, j’ai pas eu à chercher très loin.

Et alors qu’elle se remémore ces souvenirs du passé, elle ajoute pour conclure :

    - Je n’ai plus de contact avec eux. De toute façon avec la vie que l’on mène, c’est certainement mieux ainsi n’est ce pas ? Les risques sont partout. Et personne n’est infaillible. Demain je pars dans l’autre monde...

Et qui sait si elle en reviendra ? La question n’est pas posée, mais elle peut se deviner. Non seulement on ne peut pas empêcher les maladies ou les accidents dans la vie classique, mais eux ont une menace supérieure à gérer. Orias s’en sort pas trop mal avec cette seconde chance qui lui est donnée, de vivre quelques années de plus. De temps en temps, elle tourne la tête vers lui, l’observe à la dérobée dans la pénombre. Ce temps qui leur est donné, elle compte bien en profiter le plus possible. Non pas qu’elle souhaite qu’il se passe quelque chose en particulier, juste sa présence lui suffit. Et pouvoir parler sans être pressé par quoi que ce soit. Un léger sourire étire ses lèvres alors qu'elle se fait la réflexion que c'est elle qui a de la chance de pouvoir passer sa soirée tranquille avec lui et de pouvoir profiter de la vision agréable de son beau visage.

_________________
I'm with you Sl0s
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t325-akashiya-recca-ft

Akashiya Recca

Revenir en haut Aller en bas



Données Spirituelles
Grade: King of Coins
Jeu 2 Fév 2023 - 22:09 - I'm with you

    - Une autre vie, hein ? Croyez-moi sur parole, cette expression peut facilement être galvaudée !
Se plaît-il à répondre, un sourire aux lèvres. Pour lui forcément, cela pouvait prendre une toute autre tournure, mais bien sûr il ne souhaitait pas le gronder de quelque sorte en disant cela, mais plus s’amuser de cette situation. Bien sûr qu’il était légitime d’estimer avoir vécu plusieurs vies, tant parfois les différentes expériences vécues avaient grandement tranché entre elles. Faire des choses différentes, avec des gens bien différents que l’on ne voyait plus, ou plus que rarement. Bien que dans son cas, toutes ses « vies précédentes » étaient bien loin, et il n’en restait plus rien ni personne, dans tous les cas. Mais peut-être que ce serait sa vie actuelle qui bientôt en deviendrait une précédente ? Parfois il s’imaginait claquer la porte de l’Ultima Necat, mais pour quoi faire alors ?

Lorsqu’elle l’invite à la tenir, Orias ne se fait pas prier pour poser sa main dans le creux de son dos. De son temps, il n’était pas question qu’un homme se cramponne au bras d’une femme bien entendu. En vérité, il n’avait même pas besoin réellement de se tenir, ses yeux s’habituant rapidement également par force d’habitude. Mais ça ne se faisait pas de refuser une invitation polie, n’est-ce pas ? Et une réflexion qui rejoint un peu la sienne…

    - Il est en effet difficile de conjuguer notre existence avec celle des dormeurs. Ceux qui ferment les yeux alors que nous gardons nos paupières ouvertes. Ceux qui ne peuvent voir de quoi même nous les protégeons. Mais la cause est juste, n’est-ce pas ? Quelques sacrifices, au bénéfice de l’humanité toute entière… Cela aide à relativiser, même si bien sûr il est difficile de se défaire totalement de sa propre volonté, de ses propres aspirations. L’homme est égoïste de nature, préférant voir son bien être, et le plus souvent à court terme. Notre nature a peut-être suivi une certaine évolution par rapport à eux, mais nous n’en restons pas moins des humains, aux prises à de pareilles failles.
Il serait peut-être possible de revenir en arrière. De renier ses pouvoirs, de faire comme si de rien n’était. De partir loin. Combien de temps cela mettrait avec qu’« ils » se rendent compte de la désertion ? Avant qu’il ne soit retrouvé ? Sans doute pas longtemps. Et il est très peu probable qu’un agent possédant des informations capitales soit laissé libre sans aucune conséquence. Léger sourire amer, alors qu’au bord du lac, il lève les yeux vers le ciel.

    - Pour beaucoup, l’expression que vous avez utilisé serait par trop funeste. J’espère que ce n’est pas là un mauvais présage, un mauvais sort que vous venez de vous jeter à vous-même. Espérons que vous reviendrez rapidement et en parfaite forme de cet « autre-monde » là. Faites au moins en sorte de ne pas vous exposer à trop de dangers. J’ai déjà beaucoup à faire vous savez, et ce sans anticiper sur une expédition punitive afin de venir vous récupérer ! Vous n’allez pas me faire travailler des heures supplémentaires, n’est-ce pas ?
Bien sûr il plaisante encore. Et s’il le fallait il serait sans doute en première ligne pour venir faire parler la poudre et mordre la poussière à qui empêcherait la rousse de revenir parmi les siens.

_________________
I'm with you Orias_BTC
https://www.before-tomorrow-comes.fr/t230-orias-l-astromancien

Orias

Revenir en haut Aller en bas


 
   Permission de ce forum:

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum